Mardi prochain à Dakar (Sénégal), la Confédération africaine de football (CAF) procédera à la remise des prix aux méritants du continent de l'année 2018. Après avoir été écarté dans les deux catégories à savoir celle des meilleurs joueurs et celle des meilleurs entraîneurs, Madagascar est encore présent dans la catégorie de meilleure équipe masculine de l'année. Mieux, la sélection nationale malagasy figure sur  la liste restreinte (short- list) de trois équipes retenues et  à choisir avec l'Ouganda et la Mauritanie. Mais d'après les observateurs, cette dernière et Madagascar se trouvent en bonne position pour ravir la distinction honorifique de la CAF pour une raison indiscutable.

Publié dans Sport

Un beau cadeau de fin d’année. C’est ce que Raholivololona Andriantsilazaina, l’heureuse gagnante lors de la 28è édition du « Fun quizz » d’Airtel Madagascar, a qualifié son gros lot. Effectivement, cette femme a remporté la voiture de marque « Fiat Punto », dont la clé lui a été remise le 20 décembre dernier à Andraharo par Maixent Bekangba, directeur général d’Airtel. « Je ne m’attendais pas à remporter ce gros lot. J’ai rarement joué faute de moyens, mais j’ai quand même été la gagnante de cette belle voiture.

Publié dans Société

Sur les réseaux sociaux, les buzz ne s’arrêtent plus. Des sujets plus ou moins délicats jusqu’aux blagues ridicules mais qui font rire quand même les gens jusqu’à en devenir un sujet viral sur internet, en passant par des discussions sérieuses suscitant des polémiques, on peut dire que ce ne sont pas les thèmes qui manquent pour semer le boxon.Dernièrement, c’est une photo postée par l'ancien champion du monde de kick-boxing Jean Marc Koumba qui a créé une polémique.  Un cliché inhabituel de l’ancienne star de boxe assise aux côtés de deux jeunes « Vazaha » qui vendent des beignets, des gaufres et des sambos sur les bords de Mahajanga où il a été écrit un message.

Publié dans Société
vendredi, 04 janvier 2019

Dérives de la démocratie

Abus ! Marc Ravalomanana et ses partisans seraient-ils allés trop loin ? Auraient-ils trop appuyé le bouchon ? En tout cas, simples citoyens et observateurs politiques constatent que des manifestants, trop passionnés, commirent des abus à l’encontre de la démocratie. Bouderies. Des enfantillages enquiquinants sinon des caprices d’enfants éternellement insoumis et insatisfaits de leur part de « bonbons » et qui contestent sans cesse et donnent du fil à retordre aux parents. Des bouderies qui témoignent le manque de maturité de certains de nos acteurs politiques. Au final, des gestes impudents  mettant à mal notre fragile stabilité et notre chancelante démocratie. De quoi à inquiéter sérieusement la Communauté Internationale (C.I.)!

Publié dans Editorial

Une histoire partagée. Depuis des années, le Maroc et Madagascar ont développé leur amitié. Toutefois, au niveau économique, cette coopération reste encore timide. Pourtant, les opérateurs des deux parties peuvent collaborer sur beaucoup de secteurs, pour ne citer que le commerce, la technologie ou encore la finance. Entre le partage de savoir-faire, d'expériences et les relations d'affaires, les deux parties ont tout à y gagner, sauf que les opportunités restent encore méconnues. Ce dossier présente ainsi les différentes opportunités exploitables au Maroc mais également les systèmes à imiter, tout à fait applicables dans la Grande île.

Publié dans Economie

« Mpanangana fa tsy mpandrava » (bâtisseurs et non destructeurs) ! Tel fut le slogan démagogique scandé par le candidat Marc Ravalomanana et ses partisans durant tout le long de la campagne électorale. Un slogan qui sonnait surtout comme une forme d’exclusion entre les partisans du candidat n°25 et le n°13. A présent, les prétendus « mpanangana » sont en train de montrer leur vrai visage. Leur dernier fait d’armes, l’entrée de force dans l’enceinte du parvis de l’Hôtel de ville malgré l’interdiction formelle de la Préfecture.

Publié dans Politique

Douze mois.  C’est la durée de la nouvelle Transition qui se comploterait dans les coulisses selon les bruits qui courent actuellement dans la sphère politique malagasy. D’après les bruits de couloir, les Rivo Rakotovao, Chef de l’Etat par intérim, le Général Béni Xavier Rasolofonirina et des journalistes connus et reconnus, manœuvreraient en coulisse pour favoriser le désordre actuel dans le but in fine de décréter l’Etat d’urgence dans le pays. Cela expliquerait les agissements actuels de certains dirigeants notamment  le Chef de l’Etat par intérim Rivo Rakotovao qui, d’après les informations qui circulent, recevrait discrètement dans ses bureaux à Ambohitsorohitra, le candidat finaliste à l’élection présidentielle Marc Ravalomanana, qui sait n’avoir plus aucune chance de briguer un ultime mandat. En ce qui concerne Rivo Rakotovao, une transition lui permettrait de prolonger la durée de son intérim à la tête de l’Etat.

Publié dans Politique

L’une des raisons pour laquelle les partisans de Marc Ravalomanana insistent pour manifester dans la rue au lieu d’attendre le verdict de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) est qu’ils veulent faire pression sur cette dernière afin qu’elle tranche en leur faveur. La magistrate suspendue, Fanirisoa Ernaivo a d’ailleurs été explicite en brandissant dernièrement la menace d’une justice populaire à l’encontre des membres de la Haute juridiction si ceux-ci ne répondent pas aux attentes des pro-Ravalomanana. Il n’y aucune chance cependant pour qu’Ambohidahy puisse se laisser ainsi manipuler.

Publié dans Politique
vendredi, 04 janvier 2019

La UNE du 04 janvier 2019

Publié dans La Une

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff