Le coup d’envoi de la troisième phase du championnat  national du football féminin Elite reprendra ce lundi 6 mai et ce, jusqu’au 18 mai sur le terrain synthétique du Centre technique national de  Carion. Cette joute servira de détection des joueuses susceptibles de former l’ossature de l’équipe nationale, en vue du Cosafa au mois de septembre. Pour rappel, la deuxième phase de ce grand rendez-vous du football féminin remonte au mois de juillet 2018.Le tirage au sort de cette troisième phase a eu lieu, hier, au siège de la Fédération malagasy de football. Le match d’ouverture mettra aux prises l’As Comato Atsimo Andrefana et l’Asot Analamanga, tandis que le match de clôture de ce lundi opposera le SOM Boeny et l’Ac SabNam. Selon la formule de compétition, l’équipe qui engrange le plus de points, durant les trois phases, sera sacrée champion de Madagascar en titre 2018. Et la saison 2019 va, en outre, débuter au mois de juillet.

Publié dans Sport

Au nom de la liberté d'expression ! Lors de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, des journalistes issus des organes de presse se sont donné rendez-vous hier devant la stèle de la liberté à Analakely. Ils ont manifesté en faveur de ce qui leur tient à cœur avec des pancartes à la main.  Pour cette année, la participation des « futurs » journalistes a marqué la journée. « Je suis étudiante en communication. Le métier de journalisme m'intéresse beaucoup car les journalistes acquièrent chaque jour de nouvelles connaissances. Cependant, ils rencontrent souvent de difficulté dans l'accès aux sources d'information et dans leurs écrits.  J'envisage de travailler dans ce domaine. C'est pourquoi je revendique dès aujourd'hui mes droits pour ma future carrière », explique Rakotomalala Nyavo, étudiante en deuxième année à l'E-media.

Publié dans Société

La nuit du 15 avril 2019, des maisons appartenant à des particuliers étaient attaquées par des bandits armés dans le quartier d'Anoronala à Ambilobe. La Police était intervenue et le commissaire de cette ville fut blessé au cours d'une fusillade avec les assaillants. Récemment, la Brigade criminelle a vu le couronnement de son enquête. Deux assaillants ont été interpellés grâce à une embuscade. Actuellement, ils sont déjà envoyés en prison, précisément à la maison de force de Tsiafahy, dans la banlieue sud de la Capitale. La Police a donc pu remonter la piste des deux suspects après la nuit même de cette fusillade à Ambilobe, et ce malgré le fait qu'ils aient réussi à prendre la fuite. Cependant, les fuyards, dans leur empressement pour déguerpir, ont laissé tomber par inadvertance un sac par terre. Ce qui a facilité la tâche des enquêteurs, étant donné que l'objet a constitué un indice pour connaître l'identité de l'un des  fugitifs. Depuis, les Forces de l'ordre leur ont tendu une embuscade le long de la route nationale reliant le Nord. Et c'était dans ces circonstances que les deux suspects mentionnés s'étaient fait prendre à bord d'un taxi-brousse à Maevatanàna.

Publié dans Société

En 2003, Andry Rajoelina a remporté la première édition du Trophée des Jeunes Entrepreneurs (TJE) organisée par la BNI Madagascar avec son entreprise œuvrant dans la publicité, Injet. Un tremplin qui lui a permis de développer ses activités. Seize années plus tard, le premier lauréat du Trophée devient Président de la République. Et hier, le vainqueur de la 14e édition de ce concours initié par la BNI Madagascar, Liva Ferod Njiamizaka, a eu l’honneur de recevoir son prix de la main du premier gagnant du TJE, et ce, au Palais d’Etat d’Ambohitsirohitra. « Il est important de soutenir les jeunes dans leurs projets d’entreprise. Il y a plusieurs années de cela, je me suis trouvé exactement à la même place que vous. Ce fut un véritable parcours du combattant, mais j’ai quand même réussi. Je sais ce que c’est de ne pouvoir compter sur personne pour monter son entreprise. Heureusement, il y a eu la BNI Madagascar et le Trophée des Jeunes Entrepreneurs pour croire en moi et me tendre la main. Et je les en remercie », témoigne le locataire du Palais d’Etat à l’endroit de l’assistance, composée entre autres des deux hauts dirigeants de l’institution financière,  Henri Rabarijohn (PCA) et Alexandre Mey (DG), mais aussi de la ministre de l’Industrie et du Commerce, Lantosoa Rakotomalala, et certains des lauréats des précédentes éditions du Trophée des Jeunes Entrepreneurs. 

Publié dans Economie

Alors qu'on croyait les dossiers dans l'affaire Claudine Razaimamonjy tous traités, de sources informées, l'on apprend que les enquêtes se sont poursuivies. Pas plus tard qu'hier, un autre nouveau dossier concernant cette proche de l'ancien couple présidentiel Rajaonarimampianina, a été transmis par le Bureau Indépendant anti-corruption ( BIANCO) au Pôle Anti-corruption (PAC). Cette fois-ci, la Dame est soupçonnée d'implication dans une affaire de détournement de fonds publics et de favoritisme dans le cadre des marchés de travaux de réhabilitation des infrastructures scolaires dans la Région Haute Matsiatra en 2015 et 2016. Suite à plusieurs doléances, l'organe anti-corruption d'Ambohibao a ouvert des enquêtes.   Selon les informations obtenues, des paiements occultes, extrabudgétaires et illégaux auraient été faits par le ministère des Finances de l'époque au profit des fournisseurs et entreprises prête-noms de l'opératrice économique propriétaire de l'A&C Hotel d'Ivato qui croupie encore en prison en attendant les sorts réservés à ses multiples affaires en cours au niveau de la justice.

Publié dans Politique
vendredi, 03 mai 2019

Quelle liberté ?

Quid de la liberté de presse ! Le monde consacra dans la journée d'hier 3 mai 2019 la célébration de la « Journée internationale de la liberté de la presse ». Mais, quelle liberté s'agit-elle exactement ? La Déclaration Universelle des Droits de l'homme adoptée en Assemblée Générale des Nations Unies en 1948, par 58 Etats à Paris au Palais Chaillot stipule en Préambule, paragraphe 2 : « …les êtres humains seront libres de parler… ». Dans l'Article 1 : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits … », Art 2. 1 : « Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans cette Déclaration …, liberté d'opinion politique, … ». Quelques extraits jetant les bases fondamentales de la liberté d'expression et par extension la liberté de la presse qu'il fallait à juste titre mettre en exergue. Dans cette lutte par le biais de l'IEM contre tous les maux qui sévissent le pays, quelle liberté de la presse entendons-nous ?

Publié dans Editorial

Honneur pour les Malagasy ! Vatosoa Rakotondrazafy, coordonnatrice du réseau Mihary a remporté le prix de la conservation marine mercredi dernier à Londres lors du « Whitley awards 2019 ». « Madagascar est reconnu mondialement pour ses mangroves, ses récifs coralliens, ses plages et ses algues marines. Plus de 200000 personnes dépendent des ressources côtières et marines pour leur subsistance. Cependant, ces communautés côtières sont la plupart confrontées à un isolement géographique.

Publié dans Economie

Un sujet de polémique, engendrant une réjouissance pour les uns et des craintes pour les autres. La révision à la hausse du salaire minimum d’embauche (SME) pour le secteur privé à 200 000 ariary vient d’être validée cette semaine. C’était à l’issue d’une rencontre tripartite au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra entre le Président de la République Andry Rajoelina, qui l’a promis dans son « velirano », les représentants du patronnat malagasy et les syndicats des travailleurs. Depuis, les suppositions et débats fusent de toutes parts, notamment faute de détails sur la hausse. A travers ce reportage, nous avons collecté les avis de quelques bénéficiaires, des représentants des syndicats et de l’Inspection du travail. Les employeurs et responsables d’entreprise n’étaient pas en reste, en sollicitant des mesures d’accompagnement face à cette décision.

Publié dans Dossier

Le terrible accident de camion du  Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) et ayant coûté la vie à des militaires durant la récente journée de la fête du travail à Manakara, retient encore les esprits. Récemment, le nombre des  victimes est revu à la hausse car l’on dénombre maintenant 6 morts, contre  5 initialement. Par ailleurs, sur les 29 soldats blessés, 9 ont été sévèrement touchés. Ils ont dû être évacués dans des hôpitaux situés  dans deux villes du centre du pays.

Publié dans Société

C'est parti pour la 6e édition de l'émission de téléréalité « Kopi kolé », réalisée par la chaîne Tv plus Madagascar. Le groupe Sodiat est le principal sponsor officiel de cette émission phare, et ce, depuis la 1ère  édition. Une fidélité qui a pour objectif de mettre en avant le partenariat entre les entreprises malagasy. En vue de réaliser la première étape du casting, l'équipe du « Kopi kolé » a quitté la Capitale hier, pour rejoindre la ville d'Antsohihy, puis Ambilobe, Antsiranana, Mahajanga, Toamasina, Fénérive Est et Moramanga.

Publié dans Société
Page 1 sur 2

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff