Culture

Loisir du week end

Publié le vendredi, 27 mai 2016
Vendredi 27 mai 2016 - Zandry Gasy animera le vendredi joli du Piment café de Behoririka, ce soir à partir de 21h.  Ce groupe phare de la musique Betsileo et du « Ba Gasy », interprétera ses compositions déjà connues par les publics telles que « Hanina ny taniko », « Pangalana » et « Eny ambanivohitra ». Ony et ses collègues promettent de plus amples retrouvailles avec leurs fans dans les mois à venir.
Les problèmes au niveau du Syndicat des artistes et l’Office malagasy des droits d’auteur (Omda) ne sont toujours pas réglés. C’est pour cette raison que les membres de ce syndicat dirigés par Samoela, président du Conseil d’administration, ont envoyé la semaine dernière une lettre expliquant au Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, leur situation tout en lui demandant une audience.

Poopy - La fête continue…

Publié le mardi, 24 mai 2016
Après un concert inédit au Palais des Sports de Mahamasina, Poopy revient sur le devant de la scène. Elle réalisera un autre spectacle au Carlton, Anosy, le dimanche 29 mai dans l’après-midi. Durant quelques heures, elle résume les trente ans de sa carrière à travers ses titres.

« Joyfull » La joie de vivre avec - Fanny Lantoniaina

Publié le mardi, 24 mai 2016
Fanny, la jeune entrepreneure et artiste de talent expose ses œuvres à l’Ikm (« Ivo-toeran’ny kolotsaina malagasy à Antsahavola »). Le vernissage de cette exposition aura lieu ce jour à 18h et ne prendra fin que le 2 juin prochain.

20 ans après - Zay étincelle toujours

Publié le jeudi, 19 mai 2016
Le groupe Zay est un groupe malagasy qui cartonne au niveau national et international. Talent, sincérité, simplicité font de ce groupe l'un des meilleurs artistes. Le groupe a vu le jour en 1996, et composé de 7 membres à savoir Nary et Malala (chanteurs), Haingo (guitariste), Nini (batteur), Bim (chanteur-percussionniste), Mamy (claviste) et de Nantenaina (bassiste). 
Lors du spectacle « Madagascar all stars » qui s’est tenu l’année dernière, Dama a promis que le concept « Valim-babena tours » aura lieu bientôt. Désormais, c’est maintenant chose faite, Dama et Erick Manana effectueront 40 spectacles en Europe et à Madagascar dans le cadre de la promotion de cette nouvelle formule.

Jazz à Madagascar - Bernard Lubat en tête de l’affiche

Publié le mercredi, 18 mai 2016
Bernard Lubat débarquera dans le pays pour animer un événement axé sur le thème « L’improvisation du Jazz à Madagascar ». Ce musicien et chanteur de jazz français sera accompagné, à cette occasion par des artistes et chercheurs malagasy et étrangers. L’événement sera organisé à l’Institut français de Madagascar (Ifm) à Analakely, le vendredi prochain.

Fil infos

  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs
  • Ecole nationale de la magistrature - La Cnidh exige une annulation des examens
  • Andry Rajoelina Pas d’excuses pour Rajaonarimampianina
  • Sefafi - Les caméléons politiques au pilori !
  • Epidémie de peste - Le pire est à venir
  • Team Building gouvernemental - Mahafaly Olivier Solonandrasana tacle Rolly Mercia

Editorial

  • Futiles doublons
    Madagascar, un archi-pauvre pays, se permet le luxe d’avoir deux ou trois instances administratives pour s’occuper d’un même secteur d’activité. Parmi les cinq pays les plus pauvres de la planète, la Grande île malmène les maigres possibilités financières entre ses mains. La notion d’austérité échappe totalement à nos pauvres dirigeants. Le peu que l’on dispose doit être géré scrupuleusement et consciencieusement. Trois grands domaines sont principalement touchés par l’ineptie du gaspillage de l’argent public : l’environnement, le tourisme et le transport. Des secteurs d’activités qui nécessitent, chacun pour leur part, une meilleure gestion. Les deux premiers, grands pourvoyeurs de devises, ont besoin d’un ensemble de stratégies bien ficelé. Tandis que le troisième, le transport, exige un traitement particulier. L’environnement, un patrimoine particulièrement riche et endémique qui ne demande qu’être traité de façon méthodique et rationnel, se trouve tiraillé par le ministère de l’Environnement et de la Forêt (Mef), d’une part, et…

A bout portant

AutoDiff