Publié dans Culture

Semaine de la langue française - La technologie et le numérique à l’honneur

Publié le mercredi, 01 mars 2017

La Semaine de la langue française et la francophonie se tient chaque mois de mars. Cette année, elle se tiendra du 13 mars au 8 avril. Diverses activités auront lieu à l’Alliance française d’Antananarivo (Aft), telles qu’une exposition, un concours de création artistique, une remise des prix, du karaoké francophone ou encore un concours de dictée.
Durant cette célébration, trois expositions auront lieu à l’Alliance française d’Antananarivo (Aft) dont l’incontournable « Dis-moi dix mots », et « Les cultures en confluence ». « Dis-moi dix mots sur la toile », telle est la thématique choisie pour cette édition 2016-2017.


Elle mettra à l’honneur la manière dont le français s’adapte à des technologies et à des usages numériques en constante évolution, en s’enrichissant de leurs nouveautés, sans
emprunter  nécessairement à une autre langue. Il s’agira de « Canular, avatar, nuage, pirate, émoticône, nomade, télésnober, fureteur, héberger, favori ». Ces 10 mots seront expliqués à travers des tableaux et images. La deuxième exposition est intitulée « Cultures en confluence ». Elle raconte à travers des  clichés un survol des écrivains et des historiens malagasy et francophones qui ont façonné l’Histoire de Madagascar. Ils sont entre autres Gérard Henri, Albert Rakoto Ratsimamanga,  Etienne de Flacourt, Raymond Decary, Odéam Rakoto, Dox, Esther R. Randriamamonjy. Les productions littéraires, artistiques et vidéo des élèves issus des établissements scolaires seront exposées à la fin de la célébration.Ces photos seront sélectionnées lors d’un concours de création artistique autour du thème « Dis-moi dix mots ». Une exposition qui sera couronnée par une remise de prix aux lauréats du concours.Pour cette édition de la Semaine de la langue française, Henri Ratsimbazafy montera sur les planches de l’Aft. Il interprétera ses plus grands titres francophones tels que « J’aime les filles »,  « Au  Zomà », « Prends ma main », «  Lamba blanc » ou encore « Tamatave », « Au revoir Tana ». Ce chanteur qui a tant bercé les générations depuis 1960, a remporté deux fois le Grand prix de la chanson française à Madagascar, en 1962 et 1963. Ce concours avait été organisé à l’époque par le Centre culturel Albert Camus et le ministère de l’Information. Puis, en 1966, Henri Ratsimbazafy a reçu le 2e prix du Président de la République avec « Ny lambanao mikopakopaka ». Le concert aura lieu dans le hall de l’Aft, Andavamamba, le vendredi 31 mars à 18h 30.
Anatra R.

Fil infos

  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina
  • Accident mortel de la circulation - Le MD automatique, une aberration
  • Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice
  • Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »

Editorial

  • Le pacte gagnant
    L’union fait la force ! Cet adage populaire universel n’a jamais déçu. Il est valable à toute situation, à toute culture et à tout pays.  La force bat tous les obstacles et fait gagner à toute bataille ! Grâce aux efforts concertés des Alliés durant la Grande guerre (39-45) que les abominables forces nazies avaient pu être repoussées et écrasées. Les soutiens au candidat n° 4, Naina Andriantsitohaina, affluent. Des mouvements associatifs de toutes les sensibilités ou des régions différentes de l’île, des formations politiques de toutes tendances, des personnalités diverses, des élus (parlementaires ou autres) et de simples citoyens se décident à prêter main forte à Naina. Et d’autres vont encore venir.  

A bout portant

AutoDiff