Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Culture

Semaine de la langue française - La technologie et le numérique à l’honneur

Publié le mercredi, 01 mars 2017

La Semaine de la langue française et la francophonie se tient chaque mois de mars. Cette année, elle se tiendra du 13 mars au 8 avril. Diverses activités auront lieu à l’Alliance française d’Antananarivo (Aft), telles qu’une exposition, un concours de création artistique, une remise des prix, du karaoké francophone ou encore un concours de dictée.
Durant cette célébration, trois expositions auront lieu à l’Alliance française d’Antananarivo (Aft) dont l’incontournable « Dis-moi dix mots », et « Les cultures en confluence ». « Dis-moi dix mots sur la toile », telle est la thématique choisie pour cette édition 2016-2017.


Elle mettra à l’honneur la manière dont le français s’adapte à des technologies et à des usages numériques en constante évolution, en s’enrichissant de leurs nouveautés, sans
emprunter  nécessairement à une autre langue. Il s’agira de « Canular, avatar, nuage, pirate, émoticône, nomade, télésnober, fureteur, héberger, favori ». Ces 10 mots seront expliqués à travers des tableaux et images. La deuxième exposition est intitulée « Cultures en confluence ». Elle raconte à travers des  clichés un survol des écrivains et des historiens malagasy et francophones qui ont façonné l’Histoire de Madagascar. Ils sont entre autres Gérard Henri, Albert Rakoto Ratsimamanga,  Etienne de Flacourt, Raymond Decary, Odéam Rakoto, Dox, Esther R. Randriamamonjy. Les productions littéraires, artistiques et vidéo des élèves issus des établissements scolaires seront exposées à la fin de la célébration.Ces photos seront sélectionnées lors d’un concours de création artistique autour du thème « Dis-moi dix mots ». Une exposition qui sera couronnée par une remise de prix aux lauréats du concours.Pour cette édition de la Semaine de la langue française, Henri Ratsimbazafy montera sur les planches de l’Aft. Il interprétera ses plus grands titres francophones tels que « J’aime les filles »,  « Au  Zomà », « Prends ma main », «  Lamba blanc » ou encore « Tamatave », « Au revoir Tana ». Ce chanteur qui a tant bercé les générations depuis 1960, a remporté deux fois le Grand prix de la chanson française à Madagascar, en 1962 et 1963. Ce concours avait été organisé à l’époque par le Centre culturel Albert Camus et le ministère de l’Information. Puis, en 1966, Henri Ratsimbazafy a reçu le 2e prix du Président de la République avec « Ny lambanao mikopakopaka ». Le concert aura lieu dans le hall de l’Aft, Andavamamba, le vendredi 31 mars à 18h 30.
Anatra R.

Fil infos

  • Remaniement - Les natifs du Nord souhaitent intégrer le prochain Gouvernement
  • Premier ministre Christian Ntsay - Deux fois reconduit
  • Nouveau Gouvernement - Le nom du Premier ministre connu dans les prochaines heures
  • 60ème anniversaire du Sénat - Rivo Rakotovao, le nouvel Icare ?
  • Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme
  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française

La Une

Editorial

  • Choix judicieux et responsable
    Selon la tradition républicaine, pour le respect  de la Constitution et en vertu de la démocratie, le Premier ministre Ntsay Christian a remis dans la journée du jeudi sa démission, tout le Gouvernement avec, auprès du Président de la République Rajoelina Andry Nirina qui l’a accepté dans la foulée. 24 heures après, l’Assemblée nationale, à travers la formation politique ayant obtenu le maximum des sièges, a proposé les noms du Premier ministre au locataire d’Iavoloha. Et ce dans le respect de l’article 54 de la Loi fondamentale.  Dès le lendemain, le Président de la République fait son choix en reconduisant au Palais de Mahazoarivo, Ntsay Christian. Jusque- là, le respect de l’Etat de droit marche à merveille. Un bon signe qui cautionne l’avenir meilleur, sous de bon augure ! C’est bien loin le temps où cet Art. 54 du Texte fondamental fut bafoué et violé par un régime dénué de l’éthique…

A bout portant

AutoDiff