Publié dans Culture

Hanitra Andriamboavonjy - La première femme présidente de la Fimpima

Publié le vendredi, 10 mars 2017

Hanitra Andriamboavonjy est l’actuelle présidente de la féderation des rhéteurs à Madagascar ou « Fikambanan’ny mpikabary malagasy » (Fimpima). Elle est aussi une organisatrice de mariages et d’autres cérémonies, et dont les produits sont marqués par une touche malagasy. En tant que première femme présidente de cette association, elle nous livre ses impressions, et ce, dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la femme. La Fimpima a vu le jour en 1964 mais la première femme oratrice membre n’a été admise qu’en 1980, soit presque vingt ans après. Interview.



La Vérité (+) : La place d’une femme oratrice dans la société ?
Hanitra Andriamboavonjy (=) : Traditionnellement, les
femmes malagasy n’avaient pas le droit à la parole en public, dans des contextes formels. Jusqu’à maintenant, il est difficile pour les femmes d’intégrer ce monde. La langue dont fait partie l’art oratoire est un héritage traditionnel. Elle est donc à la disposition de tout un chacun, qu’il soit homme ou femme…  Par ailleurs, être une femme oratrice nécessite beaucoup de courage, puisque dans certaines Régions du pays, on n’accepte pas encore la prise de parole des femmes en public, et l’on doit respecter cette tradition.
 
(+) : Présider une association composée majoritairement par des hommes…
(=) : En tant que première femme qui dirige l’association des rhéteurs à Madagascar, il est encore difficile d’occuper ce poste. Jusqu’à maintenant, des hommes réfusent d’être présidés par une femme. D’ailleurs, si la femme est consciente que l’oratoire est un parti moine, elle pourra surmonter cette angoisse. La gestion est innée chez la gent féminine. Elle peut accomplir différentes tâches en même temps.

(+) : L’égalité des droits est encore un rêve pour certaines
femmes ?
(=) : Je disais toujours que l’homme et la femme sont complémentaires. L’égalité des droits entre les deux sexes est un choix. Cependant, elle n’existe que quand les femmes le souhaitent. D’ailleurs, les femmes ont besoin d’être convaincues que la complémentarité est importante, en ce 21e siècle. Le devoir de la femme commence dans son foyer. Il faudra notamment fixer les responsabilités de chacun. Dans leur milieu, les femmes sont encouragées à prendre des responsabilités selon leurs compétences, et elles ne devraient pas avoir honte d’agir ainsi.

(+) : D’autres occupations ?
(=) : Pour moi, l’art oratoire n’est pas une occupation, c’est un signe de patriotisme. Je travaille sur la préparation des cérémonies, notamment le « wedding planner » et le service traiteur. A ce jour où la propagation de la technologie se fait à grande vitesse, je reste toujours fidèle à la promotion de la tradition, l’art et la touche malagasy à travers mon métier.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff