Publié dans Culture

« Ny Ainga » - A jamais uni et solidaire

Publié le lundi, 13 mars 2017

Depuis la mort d’Om-Gui, le leader du groupe « Ny Ainga », des rumeurs sur la séparation des membres du groupe envahissent les réseaux sociaux et les médias. Depuis, les fans ne savent plus qui croire. Hier après-midi, les trois frères, et non moins fondateurs du groupe, à l’instar de Luc, Do et Doda ont apporté leur version des faits.

« Le groupe "Ny Ainga" restera plus que jamais uni », a avancé Luc. Contrairement à l’époque d’Om-Gui, les trois nouveaux  leaders sont les principaux auteurs et compositeurs au sein du groupe. « Tous les membres de "Ny Ainga" pourraient écrire des chansons au nom du groupe », selon toujours l’artiste. Ils ont ainsi annoncé leur volonté de promouvoir l’art et la valeur culturelle malagasy, en plus de satisfaire, encore et toujours, leurs admirateurs. Récemment, un enseignant-chercheur de l’Université de Maninday à Toliara a fait des recherches sur « l’esthétique et la communication dans les œuvres de "Ny Ainga" ». Une thèse qui a été sanctionnée par une mention très honorable. « Il s’agit d’une recherche qui est loin d’être terminée », a conclu Luc.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes
  • Journée d'assainissement - Initiative louable mais…
  • Marc Ravalomanana - « Rajaonarimampianina manque de personnalité et d’autorité »
  • Affaire 7 février - Marc Ravalomanana encourt une arrestation
  • Reconnaissance pour la gestion de la peste - La grosse blague de l’Oms
  • Dégâts du cyclone Ava - L’inertie et l’incompétence du régime mises à nu

Editorial

  • A quand ?
     Les choses commencent à bouger ailleurs. Les séismes du changement ébranlent les anciennes habitudes de certains pays.  En Arabie Saoudite, premier producteur mondial du brut (pétrole), un pays longtemps réputé d’être hermétiquement fermé à toute influence étrangère, notamment de l’Occident, commence à ouvrir, bien que timidement, les portes et enclenche des changements notables.  Entre autres, les femmes saoudiennes, depuis toujours ignorées, retrouvent, peu à peu considérés, leurs droits les plus élémentaires. Désormais, elles peuvent entrer au stade et voir des matches ; elles peuvent conduire, etc… En outre, le roi Salmane affiche sa détermination de moraliser la vie publique, surtout, dans les rangs de la famille royale. Personne « n’est plus » au-dessus de la loi.

A bout portant

AutoDiff