Publié dans Culture

Bodo et Poopy - Les divas incapables de cacher leurs émotions

Publié le dimanche, 19 mars 2017

Dix ans plus tard, les deux stars restent égales à elles-mêmes. Bodo et Poopy ont ému plus d’un au Palais de Sports de Mahamasina, hier, dans « Mifampitantana ». Les deux femmes, charmantes et dévouées, ont offert un spectacle plus nostalgique et émotionnel.

Ensembles, elles ont monté sur scène sous un tonnerre d’applaudissements. Le public est venu en masse pour acceuillir les deux chanteuses qui ont été visiblement émues et, parfois, incapables de cacher leurs émotions. Elles ont raconté leur amitié durant les cinq heures de scène avec un répertoire composé d’une cinquantaine de chansons. Une histoire qui a débuté sur les bancs de l’école, et qui se poursuit jusqu’à maintenant, avec un échange de titres. Des interprétations qui ont totalement envoûté la foule, en plus des duos. Accompagnée chacune de ses choristes et musiciens, Bodo a interprété avec assurance les succès de Poopy et vice versa. Elles ont enchaîné « Resabe », « Mba rahoviana », « Tahak’izay », « Mety ve », « Fony » « Tsy natolony », « Mitafa irery »…  Plusieurs fois, les deux femmes se sont arrêtées un moment, pour bien être sûres que le public était réellement en train de chanter avec elles. En attendant le prochain rendez-vous prévu en 2027, Bodo et Poopy sont convaincues que si un jour, elles oublient les paroles, elles pourraient s’appuyer sur leur fidèle public. « Rindra tarika » s’est également démarqué durant ce concert. Les trois jeunes hommes ont chanté « Mitia mangina » en communion avec les spectateurs, ces derniers les ayant accompagnés avec la lumière de leurs téléphones
cellulaires.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff