Publié dans Culture

Conservation de la tradition - Chaque ethnie aura son propre musée

Publié le mercredi, 12 avril 2017

La conservation du patrimoine culturel et celle du patrimoine naturel se confondent dans la Région mahafaly. La tradition a permis de sauvegarder de nombreux sites naturels, notamment  les forêts sacrés, des lacs, des animaux. Il s’avère d’ailleurs que le développement de la Région du Sud-ouest, fortement rurale et traditionaliste, doit passer par la redynamisation des traditions.

Conscients de ce fait, les dépositaires des traditions, à savoir les descendants des dynasties régnantes de Betioky Sud à Ampanihy Ouest, notamment les Régions de Sakatovo, Linta, Menarandra, Onilahy, ont décidé de fonder une association. En 1998, l’Association de la grande famille royale de « Maroseragna Mahafale » du Sud- ouest a été fondée sous l’égide du grand roi héritier Elakovelo Tsimamande Bahary Etiasoa. Son premier projet est la création d’un musée régional dont l’objectif est de promouvoir un développement intègre à la tradition du pays. L’association a déjà réuni 300 divers objets concernant l’ethnie mahafaly. Ce sont entre autres des armes, coiffures, bijoux, ustensiles, ainsi que des documents. A titre d’essai et afin d’acquérir de l’expérience, l’association tient déjà dans ses bureaux un musée réduit. Mise en veille depuis quelques années, la Fédération des communautés royales traditionnelles de Madagascar (Fcrtm) a décidé de reprendre le travail. Le lancement officiel de ce projet s’est tenu hier à la Bibliothèque nationale, Anosy.  « Le musée sis à Ampanihy Ouest devrait être inauguré l’année prochaine. Pour y arriver, la fédération nécessite encore un fonds assez conséquent, outre la collecte des documents, archives, photos et autres objets liés  à la Région mahafaly », a avancé la présidente de la Fcrtm, Princesse Zoendreniny Elakovelo. La construction de musées ne concerne pas seulement l’ethnie mahafaly, mais également d’autres Régions de la Grande île. En parallèle avec ce projet, une exposition intitulée « Mahafale naho ty manodidina aze » se tient à la Bibliothèque nationale, Anosy, dans la salle Gisèle Rabesahala depuis hier. L’objectif est de faire connaître au public l’ethnie mahafaly, notamment ses us et coutumes. Après la Capitale, l’exposition se déroulera à Antsiranana, Fianarantsoa, Mahajanga.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff