Publié dans Culture

Conservation de la tradition - Chaque ethnie aura son propre musée

Publié le mercredi, 12 avril 2017

La conservation du patrimoine culturel et celle du patrimoine naturel se confondent dans la Région mahafaly. La tradition a permis de sauvegarder de nombreux sites naturels, notamment  les forêts sacrés, des lacs, des animaux. Il s’avère d’ailleurs que le développement de la Région du Sud-ouest, fortement rurale et traditionaliste, doit passer par la redynamisation des traditions.

Conscients de ce fait, les dépositaires des traditions, à savoir les descendants des dynasties régnantes de Betioky Sud à Ampanihy Ouest, notamment les Régions de Sakatovo, Linta, Menarandra, Onilahy, ont décidé de fonder une association. En 1998, l’Association de la grande famille royale de « Maroseragna Mahafale » du Sud- ouest a été fondée sous l’égide du grand roi héritier Elakovelo Tsimamande Bahary Etiasoa. Son premier projet est la création d’un musée régional dont l’objectif est de promouvoir un développement intègre à la tradition du pays. L’association a déjà réuni 300 divers objets concernant l’ethnie mahafaly. Ce sont entre autres des armes, coiffures, bijoux, ustensiles, ainsi que des documents. A titre d’essai et afin d’acquérir de l’expérience, l’association tient déjà dans ses bureaux un musée réduit. Mise en veille depuis quelques années, la Fédération des communautés royales traditionnelles de Madagascar (Fcrtm) a décidé de reprendre le travail. Le lancement officiel de ce projet s’est tenu hier à la Bibliothèque nationale, Anosy.  « Le musée sis à Ampanihy Ouest devrait être inauguré l’année prochaine. Pour y arriver, la fédération nécessite encore un fonds assez conséquent, outre la collecte des documents, archives, photos et autres objets liés  à la Région mahafaly », a avancé la présidente de la Fcrtm, Princesse Zoendreniny Elakovelo. La construction de musées ne concerne pas seulement l’ethnie mahafaly, mais également d’autres Régions de la Grande île. En parallèle avec ce projet, une exposition intitulée « Mahafale naho ty manodidina aze » se tient à la Bibliothèque nationale, Anosy, dans la salle Gisèle Rabesahala depuis hier. L’objectif est de faire connaître au public l’ethnie mahafaly, notamment ses us et coutumes. Après la Capitale, l’exposition se déroulera à Antsiranana, Fianarantsoa, Mahajanga.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff