Publié dans Culture

Festival international de l’accordéon - Un Malagasy parmi les cinq musiciens sélectionnés

Publié le vendredi, 14 avril 2017

Depuis 2009, le festival international « Akkordéonale »  est devenu le plus grand événement  en Allemagne consacré à l’accordéon.  A l’initiative du musicien Servais Hanan, le festival a été créé pour redonner une place de choix à cet instrument surprenant. Il s’agit de l’événement phare de la saison culturelle en Allemagne. Il se déroulera du 17 avril au 25 mai prochain. Durant presque un mois et demi, 34 dates sont proposées en Autriche et en Allemagne afin de satisfaire les amateurs de l’accordéon, ainsi que les touristes et visiteurs. Le festival est actuellement à sa 9e édition.


La plupart des régions du monde jouent de l’accordéon depuis le XIXe siècle. Né en Europe, puis disséminé à l’époque coloniale sur tous les continents, cet instrument a été progressivement assimilé par différentes cultures musicales, allant de la Russie à l’Europe de l’Est, à travers des musiques klezmer et tsiganes, mais aussi en Amérique du Sud et du Nord, en passant par le Maghreb. Pour la Grande île, cet instrument est en train de perdre ses valeurs. Beaucoup de jeunes ne connaissent plus cet instrument, faute de moyens et de savoir-faire. Cinq accordéonistes de la planète participeront à ce festival, dont un Malagasy. Il s’agit de Rinah Rakotovao du groupe « Tafaranitse ». Le concept de ce festival « Akkordéonale » est de proposer une chanson, originale, typique et facile à retenir.  La préparation a duré trois mois, pour les 7 musiciens et de deux ans pour Rinah. Rinah à la conquête de la scène internationale Rinah Rakotovao est un accordéoniste à talent indéniable. Depuis sa tendre enfance, il a déjà été attiré par l’accordéon, et a commencé à jouer avec son oncle prénommé Ra-Maurice. En l’an 2000, il a intégré le groupe Zmg (Zara-Mauric-Germain) en tant que musicien. Ce groupe est devenu six ans après le « Zatovo Mikalo Gasy ». Zmg s’est démarqué par la musique traditionnelle betsileo, ainsi que la maîtrise des instruments typiquement malagasy tels que le « kabosy » et le « jejo voatavo ». Actuellement, Rinah a créé le groupe « Tafaranitse » avec Tina Tafaranitse.  En 2015, il a décidé d’intégrer le professionnalisme en s’inscrivant dans le festival international « Akkordéonale » en Allemagne. Pour Rinah, l’objectif de cet événement est de donner un nouveau souffle à l’accordéon ainsi qu’aux aspects typiques de la culture betsileo, notamment à travers le « Horija » et le « Zafindraony ». 
 Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff