Publié dans Culture

Festival international de l’accordéon - Un Malagasy parmi les cinq musiciens sélectionnés

Publié le vendredi, 14 avril 2017

Depuis 2009, le festival international « Akkordéonale »  est devenu le plus grand événement  en Allemagne consacré à l’accordéon.  A l’initiative du musicien Servais Hanan, le festival a été créé pour redonner une place de choix à cet instrument surprenant. Il s’agit de l’événement phare de la saison culturelle en Allemagne. Il se déroulera du 17 avril au 25 mai prochain. Durant presque un mois et demi, 34 dates sont proposées en Autriche et en Allemagne afin de satisfaire les amateurs de l’accordéon, ainsi que les touristes et visiteurs. Le festival est actuellement à sa 9e édition.


La plupart des régions du monde jouent de l’accordéon depuis le XIXe siècle. Né en Europe, puis disséminé à l’époque coloniale sur tous les continents, cet instrument a été progressivement assimilé par différentes cultures musicales, allant de la Russie à l’Europe de l’Est, à travers des musiques klezmer et tsiganes, mais aussi en Amérique du Sud et du Nord, en passant par le Maghreb. Pour la Grande île, cet instrument est en train de perdre ses valeurs. Beaucoup de jeunes ne connaissent plus cet instrument, faute de moyens et de savoir-faire. Cinq accordéonistes de la planète participeront à ce festival, dont un Malagasy. Il s’agit de Rinah Rakotovao du groupe « Tafaranitse ». Le concept de ce festival « Akkordéonale » est de proposer une chanson, originale, typique et facile à retenir.  La préparation a duré trois mois, pour les 7 musiciens et de deux ans pour Rinah. Rinah à la conquête de la scène internationale Rinah Rakotovao est un accordéoniste à talent indéniable. Depuis sa tendre enfance, il a déjà été attiré par l’accordéon, et a commencé à jouer avec son oncle prénommé Ra-Maurice. En l’an 2000, il a intégré le groupe Zmg (Zara-Mauric-Germain) en tant que musicien. Ce groupe est devenu six ans après le « Zatovo Mikalo Gasy ». Zmg s’est démarqué par la musique traditionnelle betsileo, ainsi que la maîtrise des instruments typiquement malagasy tels que le « kabosy » et le « jejo voatavo ». Actuellement, Rinah a créé le groupe « Tafaranitse » avec Tina Tafaranitse.  En 2015, il a décidé d’intégrer le professionnalisme en s’inscrivant dans le festival international « Akkordéonale » en Allemagne. Pour Rinah, l’objectif de cet événement est de donner un nouveau souffle à l’accordéon ainsi qu’aux aspects typiques de la culture betsileo, notamment à travers le « Horija » et le « Zafindraony ». 
 Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Week-end de Pâques - 1 mort, plus de 80 consultations
  • Port et détention illégale d’armes - Arrestation d’une ancienne députée
  • Couple présidentiel à Antanifotsy - Une fête pascale sous le signe de la générosité et de la simplicité !
  • Toamasina - 40 kg d’héroïne saisis sur la route nationale 5
  • Décentralisation effective et suppression du Sénat - Andry Rajoelina demande l’avis du peuple
  • Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes
  • Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber
  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés

La Une

Editorial

  • Retour sur terre
    La petite semaine de ferveur de Pâques prend déjà fin. Après avoir été « dans les nuages », on redescend sur terre. Les choses sérieuses attendent. Malgré que les célébrations des fêtes de Pâques n’atteignent pas le degré d’exultation de celles de Noël, elles ont quand même réussi à remplir leur contrat. Eglises et temples ont été pris d’assaut et les … affaires des commerçants, tout gabarit confondu, n’en déméritent pas. Normalement, les réjouissances de Pâques devraient revêtir une importance capitale parmi les chrétiens du fait qu’elles sont les seules fêtes inscrites et recommandées par Dieu dans les Saintes Ecritures judéo-chrétiennes ou la Bible. Les seuls « Jours de réjouissances » où chrétiens et juifs (judaïsme) célèbrent ensemble, à leur manière chacun, ces « andro firavoravoana ». Par contre, les célébrations de Noël, telles qu’on assiste dans les temples et églises, sont pour la plupart de pures inventions dans l’imaginaire des hommes. La Bible n’a jamais…

A bout portant

AutoDiff