Publié dans Culture

Festival international de l’accordéon - Un Malagasy parmi les cinq musiciens sélectionnés

Publié le vendredi, 14 avril 2017

Depuis 2009, le festival international « Akkordéonale »  est devenu le plus grand événement  en Allemagne consacré à l’accordéon.  A l’initiative du musicien Servais Hanan, le festival a été créé pour redonner une place de choix à cet instrument surprenant. Il s’agit de l’événement phare de la saison culturelle en Allemagne. Il se déroulera du 17 avril au 25 mai prochain. Durant presque un mois et demi, 34 dates sont proposées en Autriche et en Allemagne afin de satisfaire les amateurs de l’accordéon, ainsi que les touristes et visiteurs. Le festival est actuellement à sa 9e édition.


La plupart des régions du monde jouent de l’accordéon depuis le XIXe siècle. Né en Europe, puis disséminé à l’époque coloniale sur tous les continents, cet instrument a été progressivement assimilé par différentes cultures musicales, allant de la Russie à l’Europe de l’Est, à travers des musiques klezmer et tsiganes, mais aussi en Amérique du Sud et du Nord, en passant par le Maghreb. Pour la Grande île, cet instrument est en train de perdre ses valeurs. Beaucoup de jeunes ne connaissent plus cet instrument, faute de moyens et de savoir-faire. Cinq accordéonistes de la planète participeront à ce festival, dont un Malagasy. Il s’agit de Rinah Rakotovao du groupe « Tafaranitse ». Le concept de ce festival « Akkordéonale » est de proposer une chanson, originale, typique et facile à retenir.  La préparation a duré trois mois, pour les 7 musiciens et de deux ans pour Rinah. Rinah à la conquête de la scène internationale Rinah Rakotovao est un accordéoniste à talent indéniable. Depuis sa tendre enfance, il a déjà été attiré par l’accordéon, et a commencé à jouer avec son oncle prénommé Ra-Maurice. En l’an 2000, il a intégré le groupe Zmg (Zara-Mauric-Germain) en tant que musicien. Ce groupe est devenu six ans après le « Zatovo Mikalo Gasy ». Zmg s’est démarqué par la musique traditionnelle betsileo, ainsi que la maîtrise des instruments typiquement malagasy tels que le « kabosy » et le « jejo voatavo ». Actuellement, Rinah a créé le groupe « Tafaranitse » avec Tina Tafaranitse.  En 2015, il a décidé d’intégrer le professionnalisme en s’inscrivant dans le festival international « Akkordéonale » en Allemagne. Pour Rinah, l’objectif de cet événement est de donner un nouveau souffle à l’accordéon ainsi qu’aux aspects typiques de la culture betsileo, notamment à travers le « Horija » et le « Zafindraony ». 
 Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff