Publié dans Culture

Alliance française d’Antsiranana - 50 ans dans la promotion de la culture malagasy

Publié le vendredi, 05 mai 2017

L’Alliance française d’Antsiranana a été créée en 1967. Depuis ce jour, elle joue un rôle essentiel dans la vie culturelle et académique de la ville, en formant chaque année des milliers d’Antsirananais à la langue française et en soutenant les artistes locaux. Elle fut la troisième « Alliance » à être créée à Madagascar. Ainsi, grâce au soutien et à la confiance des Antsirananais, cette Alliance française est aujourd’hui l’une des plus importantes de Madagascar.

Mettre à l’honneur la richesse de la culture du nord de Madagascar et la diversité culturelle, tel est le thème de cette célébration. Afin de fêter les noces d’or de cette alliance franco-malgache, une grande festivité aura lieu ce jour dans la ville d’Antsiranana. L’évènement durera quatre jours, du mercredi 17 au samedi 20 mai prochain. Il mettra à l’honneur la culture traditionnelle malagasy, notamment celle du nord de Madagascar. Musique traditionnelle de la Région de Diana, concert de Jaojoby, le roi du « salegy », bal traditionnel, démonstrations de « moraingy » ou boxe malagasy, grande parade avec les artistes et les associations, ou encore la recréation du marché dans ce qui fut le « Bazar be » feront partie du programme. Toute la ville d’Antsiranana vibrera au rythme des 50 ans de l’Alliance française. L’objectif de cette célébration est d’offrir un moment culturel fort au plus grand nombre, montrer la richesse de la culture traditionnelle du nord de Madagascar. Ainsi, elle mettra à l’honneur le « Bazar be » et le patrimoine architectural de la ville, et valorisera le travail de nombreuses associations qui dynamisent cette Région.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff