Publié dans Culture

Symposium sur les colorants naturels - 65 experts issus de 24 pays attendus à Antananarivo

Publié le mardi, 09 mai 2017

Cela fait dix ans qu’a eu lieu à Hyderabad, en Inde, le Congrès mondial sur les teintures naturelles. Ce congrès a marqué le début d’une série de rencontres mondiales du même type, en Asie et en Europe. C’est dans le même esprit que va avoir lieu à Antananarivo, du 15 au 21 mai 2017, le symposium dédié aux colorants naturels « Plantes, Ecologie et Couleurs ».

Il sera axé sur les civilisations et pays du pourtour de l’océan Indien. Cette initiative contribuera au mouvement global vers le développement durable à travers la création, la production, le commerce et la consommation de produits naturels issus des matières premières renouvelables. Une soixantaine d’experts nationaux et internationaux, issus de 24 pays participeront à ce congrès, entre autres les 50 artisans issus des 22 Régions de Madagascar et de 12 pays. Dans le cadre de ce festival, des ventes-expositions et ateliers axés sur les colorants et teintures naturels, les plantes tinctoriales, les matières premières renouvelables, des pratiques écologiques et environnementales telles que les plantes médicinales, cosmétiques, alimentaires, textiles... auront lieu à l’Institut français de Madagascar (Ifm) à Analakely, à la Bibliothèque nationale à Anosy ou encore à l’Alliance française d’Antananarivo (Aft), sise à Andavamamba.
 « Des arbres et des hommes : histoires intimes »
En attendant ces événements, une exposition se tient à l’Ifm depuis hier. Intitulée « Des arbres et des hommes : histoires intimes », cette exposition initiée par Andrée Ethève met en scène les arbres et les plantes, dans ce qu’ils offrent de plus intime à l’homme : leurs bois, leurs fibres, leurs sucs au pouvoir colorant. On y trouvera également les sculptures teintes, les bois gravés, ciselés et retravaillés de la forêt d’Ankarafantsika, ainsi que des rabanes et ikats de raphia, teints et présentés avec les plantes tinctoriales relatives à leurs couleurs. Cette artiste, artisane, tisseuse professionnelle est originaire de Mahajanga. Andrée a d’abord suivi un cursus d’ingénieur en aviation civile. Puis, sa passion la rattrape et elle bifurque vers des études artistiques, sept ans de beaux-arts, un apprentissage avec un maître tisseur à Lyon (France). S’ensuivent 25 années de tissage professionnel, puis un retour sur l’île rouge à la fin des années 90. Elle fonda ensuite l’entreprise « Terre La » dans la Région de Boeny. Cette exposition  est visible au public jusqu’au samedi 27 mai prochain.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff