Publié dans Culture

Littérature - Sortie d’un livre sur l’écrivain Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le mercredi, 28 juin 2017

C’est un personnage qui inspire presque toute la nouvelle génération d’écrivains malgaches et étrangers. Jean-Joseph Rabearivelo avait sa façon d’écrire qui le rendait exceptionnel. Chantre du spleen et du désespoir, Jean-Joseph Rabearivelo a su transformer ses souffrances de métis culturel en matière pour la poésie. Passionné par ses œuvres et surtout son histoire, l’écrivain, historien et poète Ecossé Gavin Bowd a pris quelque temps, voire même plusieurs années de sa vie pour écrire un livre qui résumerait la vie de ce remarquable individu ayant marqué l’histoire de la littérature mondiale.

Venu spécialement dans la Grande île pour présenter au grand public l’œuvre qui est tout simplement intitulée « La double culture de Jean-Joseph Rabearivelo entre latins et scythes », il a donné une conférence à l’Institut français de Madagascar le week-end dernier. Plusieurs personnes passionnées de belles écritures sont venues honorer de leur présence la rencontre qui s’avère enrichissante et conviviale. Cette étude sur le poète national de Madagascar situe la vie et l'œuvre de Jean-Joseph Rabearivelo (1903-1937) dans leur contexte colonial et post-colonial, puisant dans les archives et son journal récemment publié. Elle explore en particulier les rapports complexes entre Rabearivelo et les colons français, notamment le Gouverneur général Léon Cayla, puis le débat autour du sens de son suicide, qui continue jusqu'à nos jours. 

Plusieurs questionnements 

L’auteur se pose également plusieurs questions autour de la vie du personnage : Est-ce que Rabearivelo, « prince des poètes » selon Senghor, serait une victime du colonialisme français ? Comment expliquer son attachement aux idées et à la personne de Charles Maurras ? Premier poète majeur de la francophonie, attiré par la culture occidentale mais sensible à l'appel de ses ancêtres, cet écrivain et passeur maudit se trouve tiraillé entre « Latins » et « Scythes ». En tout cas, ce livre de 211 pages édité par l’Harmattan est passionnant à lire et est bien riche en savoir. Il sera d’ailleurs prochainement disponible dans les librairies de la Grande île mais déjà en vente sur internet. Pour rappel, Rabearivelo est sans doute l’écrivain francophone malgache le plus célèbre. Mais le plus méconnu aussi, car une majeure partie de son œuvre est longtemps restée inédite. Né en 1903, l’homme s’est fait connaître dès les années 1920, en publiant des recueils de poésie d’une grande puissance lyrique. Homme de talents multiples, il s’est imposé comme poète, mais aussi romancier, journaliste, dramaturge, critique, historien littéraire et formidable épistolier. Sans jamais être sorti de Madagascar, il entretenait des liens par correspondance avec quelques-uns des grands écrivains occidentaux de son temps : André Gide, Paul Claudel, Valéry Larbaud… Senghor qui avait inclus ses poèmes dans son Anthologie de la poésie nègre et malgache (1948) le considérait comme le « Prince des poètes malgaches ».

T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Baccalauréat 2017 - Fuite de sujets impossible
  • Détournement de deniers publics - Claudine Razaimamonjy aperçue en ville
  • Meurtre du jeune Golo Achimo à Nosy Be - Un inspecteur de police accusé de complicité
  • Circulation - Hécatombes sur les routes nationales
  • André Rasolo - La dérive dictatoriale du régime dénoncée
  • Groupe des Experts Nationaux - Madagascar sur « une poudrière »
  • Marc Ravalomanana à Mandritsara - Visite sous haute surveillance policière
  • Presse internationale - La piètre image du régime Rajaonarimampianina
  • Palais de Mahazoarivo - Qu'est-ce qu'il s'y passait ?
  • Colonel Coutiti Assolant - Devenu un farouche partisan du Hvm

Editorial

  • Bérézina scolaire
        C’est la déroute ! L’année scolaire se termine par des résultats plus que catastrophiques. Les taux des admis aux examens officiels relevant du ministère de l’Education nationale (Men), à savoir le Cepe et le Bepc, descendent tous au-dessous de la barre des 50 %, et même en dessous des 20 à 10 % pour certains cas.  

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff