Publié dans Culture

Disparition de Régis Gizavo - Le ministre de la Culture sans réaction !

Publié le mardi, 18 juillet 2017

Face à la disparition soudaine de la légende de l’accordéon, Régis Gizavo, dimanche dernier, le ministre de la Culture, de la Promotion de l'artisanat et de la Sauvegarde du patrimoine, Jean Jacques Rabenirina reste bouche bée. Sans aucune réaction, il préfère rester à l’écart de tout ce qui se passe dans le monde de la culture. Tout le monde est en deuil, même ceux qui ne le connaissaient pas vraiment sont attristés par la nouvelle mais apparemment, le ministère ne l’est absolument pas.

Jusqu’à l’heure où nous écrivons aucune publication sur le site web du ministère, ni communiqué officiel ni message de désolation par rapport au décès de l’artiste n’ont été faits. Seul un statut sur la page facebook du ministère a été fait, pourtant il n’est pas très suivi par les internautes et n’est pas  encore accessible par tous les Malgaches. Et comment ? C’est quand même un grand artiste international qui s’en est allé. Les stars internationales notamment Christophe Maé a même pris la peine de publier un statut exprimant son regret sur la mort de son grand ami. Pourtant, le ministre qui a aussi été inévitablement bercé par les œuvres de Régis Gizavo n’a pas exprimé personnellement ses sincères condoléances à la famille et aux proches du défunt. On a entendu dire que le Premier ministre et ses compagnons ont accordé une minute de silence pour rendre hommage à l’artiste, hier au Carlton lors de la célébration de la journée mondiale Nelson Mandela. Mais les fans, sa famille et le grand public n’ont pas vu ça… ces derniers veulent un ministre responsable qui est toujours présent durant les événements qu’ils soient malheureux ou réjouissants.

Gestes de solidarité

Selon les observateurs, il devrait avoir son propre blog ou site web où il puisse s’exprimer en son propre nom et pas à travers des modérateurs qui ne font que publier au nom du ministère qu’il dirige. Car ces derniers temps, c’est toujours lors des solennités qu’on voit le ministre mais rarement dans les tristes événements. On attend ainsi des gestes de solidarité de la part de ce département ministériel et espérons qu’il s’impliquera personnellement à aider la famille du défunt à  rapatrier  le corps à Madagascar. Car il faut préciser que Régis Gizavo est mort en France, à Corse durant une tournée qu’il faisait dans le but de porter haut le flambeau de la Grande île partout dans le monde. En tout cas, notre ministre devrait suivre l’exemple de Carolina Cerqueira, ministre de la Culture angolaise qui était toujours présente pour rendre hommage aux grands artistes de son pays qui s’en sont allés comme Papa Wemba entre autres.  On attend donc que le ministre contacte personnellement les journalistes culturels, qui ne sont pas très amis avec lui ces derniers temps, ne serait-ce que pour partager ses émotions ou des anecdotes sur l’artiste, histoire de lui rendre un dernier hommage. Un grand artiste comme Régis Gizavo mérite au moins ça.

Publius 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff