Publié dans Culture

Afrima Award - « Resim-pitia » de Shyn sélectionné dans la catégorie « révélation de l’année »

Publié le mercredi, 23 août 2017

Shyn, ce jeune artiste qui a commencé timidement sa carrière musicale il y a quelques années de cela. Ce personnage sort rarement des titres mais est toujours célèbre partout dans la Grande île et même ailleurs. Cet homme est minutieux dans son travail. En effet, il est l’interprète de la fameuse chanson « Resim-pitia » qui affiche plus d’un million de vues sur Youtube. Cet artiste pourra devenir l’artiste africain révélation de l’année 2017 s’il gagne au concours Afrima Award.

Et oui, Shyn vient d’être sélectionné dans la catégorie révélation de l’année dans ce prestigieux concours africain. Durant une conférence de presse hier, l’artiste lui-même, fier et heureux, a annoncé à la presse sa sélection tout en faisant appel au soutien de la population malgache étant donné que le vote se fait en ligne. « Les Prix  All Africa Music Awards ou Afrima sont destinés à promouvoir la musique africaine dans le monde entier, engageant des millions de fans en propulsant la musique africaine  au-delà des frontières de l'Afrique. Je représente donc Madagascar pendant ce concours c’est pour cela que je demande l’appui de tous en votant pour moi. Il suffit juste d’aller sur ma page facebook et voir le lien que j’y ai posté. Allez ensuite dans la catégorie révélation de l’année,  cliquez sur le bouton vert qui s’affichera à côté de ma photo. Le public aura droit à un vote par jour jusqu’au 10 novembre. J’irai sur place durant la cérémonie de remise de trophée qui se tiendra au Nigéria du 10 au 12 novembre et j’espère sincèrement que Madagascar remportera pour la première fois le prix. C’est une occasion pour les artistes malgaches d’enfin percer dans le showbiz Africain et s’ouvrir à l’international », confie Shyn. A préciser que le vote se base sur celui du public avec une notation de 50% et celui de l’académie avec 50%. Les fans et les malgaches pourront voter pour l’artiste une fois par jour. L’édition de 2017, présentera une ossature d’un collège d’électeurs de 100 membres et de 13 membres du jury parmi lesquels l’on retrouvera pour cette année, Charles Tabu (République démocratique du Congo), David Tayorault (Côte d’Ivoire), Joett (Tanzanie), Olisa Adibua (Nigéria), Hadja Kobélé (une guinéenne résidente aux USA). De véritables références en matière de musique africaine, venues enrichir l’expérience déjà acquise par l’équipe d’Afrima. Espérons donc que Shyn, à travers son morceau « Resim-pitia » emmènera haut le flambeau de la musique malgache en gagnant à ce concours.
T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs
  • Ecole nationale de la magistrature - La Cnidh exige une annulation des examens
  • Andry Rajoelina Pas d’excuses pour Rajaonarimampianina
  • Sefafi - Les caméléons politiques au pilori !
  • Epidémie de peste - Le pire est à venir
  • Team Building gouvernemental - Mahafaly Olivier Solonandrasana tacle Rolly Mercia

Editorial

  • Futiles doublons
    Madagascar, un archi-pauvre pays, se permet le luxe d’avoir deux ou trois instances administratives pour s’occuper d’un même secteur d’activité. Parmi les cinq pays les plus pauvres de la planète, la Grande île malmène les maigres possibilités financières entre ses mains. La notion d’austérité échappe totalement à nos pauvres dirigeants. Le peu que l’on dispose doit être géré scrupuleusement et consciencieusement. Trois grands domaines sont principalement touchés par l’ineptie du gaspillage de l’argent public : l’environnement, le tourisme et le transport. Des secteurs d’activités qui nécessitent, chacun pour leur part, une meilleure gestion. Les deux premiers, grands pourvoyeurs de devises, ont besoin d’un ensemble de stratégies bien ficelé. Tandis que le troisième, le transport, exige un traitement particulier. L’environnement, un patrimoine particulièrement riche et endémique qui ne demande qu’être traité de façon méthodique et rationnel, se trouve tiraillé par le ministère de l’Environnement et de la Forêt (Mef), d’une part, et…

A bout portant

AutoDiff