Publié dans Culture

Vazo Kaiamba au Piment Café - Rendez-vous ce soir avec Mahery, Simon Randria et Jeankely

Publié le jeudi, 24 août 2017

Un rendez-vous nostalgique promettant de transporter l’assistance dans le passé, à l’époque de Discomad…bref dans les années 60, 70 et 80, c’est ce que propose la petite cabane du Piment Café ce soir. Le « Vazo Kaiamba » viendra de nouveau s’inviter sur la petite scène du local après quelques temps. C’est en effet un cabaret unique puisque les Kaiamba ne viennent dans la Capitale que très rarement que ce soit pour rencontrer ses fans ou encore s’afficher dans des grands concerts.

Le dernier rendez-vous où ils se sont affichés au grand complet, c’était au Palais des sports. Mais depuis ce temps, pas mal de choses ont changé, plusieurs membres nous ont déjà quittés. Mais cela n’empêche pas les membres actifs de continuer la musique. Ainsi, ce soir, ce sera au tour de Simon Randria et de Jeankely de se mettre sous le feu des projecteurs durant ce cabaret qui se déroulera ce soir au Pim’s. Selon ces derniers, tout est déjà prêt et il ne reste plus qu’à attendre le grand public pour s’amuser et fredonner ensemble les titres. D’ailleurs, ils ne viendront pas seul, Simon et Jeankely seront accompagnés de Mahery, membre du groupe Johary, qui jouera de la basse et sera également au chant. Par ailleurs, le cabaret se veut aussi être un hommage pour les autres artistes, membres ou non de Kaiamba. Les morceaux de Jean Fredy, Zézé Mahanoro, Raindimby, Bruno Raisner, Simon Randria, Super 7, Jeankely & Bast, Dédé Fenerive ou encore Oza Jerôme seront donc au répertoire. Que des artistes qui ont bercé plusieurs générations de mélomanes. Entre les ballades mélancoliques et romantiques qu’on leur connaît, le public sera, comme à l’accoutumée, invité à danser au rythme des mélodies de funk et de blues qui se conjuguent avec brio aux rythmiques propres au Kaiamba qui nous rappelle ses intemporelles chansons de l’ère Discomad. En tout cas, la soirée ne risquera pas de déplaire l’assistance. Au contraire, amuseur et animateur comme ils sont, Mahery, Simon Randria et Jeankely promettent de réveiller de bons souvenirs pour toute une génération du public. Le plaisir de réécouter « Ianao irery », « Zay rehetra sitrakao » ou encore « Afom-pitiavana », « Fehiloha mena » et « Aporatiana » sera renouvelé. Il faut donc penser à venir en avance car les retardataires pourront manquer des surprises.
Tahiana Andrianiaina

1 Commentaire

  • Posté par Richardmah
    dimanche, 10 septembre 2017

    cannabis oil addiction
    alcohol rehab houston
    help opiate withdrawal
    alcohol rehab houston
    drinking addiction

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Arriérés du sommet de la francophonie 2016 - Des prestataires ruinés par la présidence
  • Affaire Ametis - Le syndicat des agents des impôts monte au créneau
  • Ministère des Finances et du Budget - La gabegie d’un directeur général stoppée net !
  • Droits humains à Madagascar - Le harcèlement des activistes préoccupe Amnesty international
  • Face à l’Iem de Rajoelina - Les pompiers de service du Hvm à la rescousse
  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs

La Une

Editorial

  • Alternative crédible
    Andry Nirina Rajoelina, l'ancien président de la Transition, après quatre années d'absence et de silence, revient sur le devant de la scène. « Zandry kely » débarque au « tanindrazana » avec un « voan-dàlana » dans la valise : l'Iem. Après avoir été présentée, pour la première fois, le vendredi 26 janvier 2018 à Paris au Petit Palais, Musée des beaux-arts, l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (Iem) fut à l'honneur à Antananarivo (Ivandry) par le soin de son « père fondateur », en la personne de monsieur Andry Nirina Rajoelina.

A bout portant

AutoDiff