Publié dans Culture

Groupe Jaojoby face à la peste - « C’est un manque de responsabilité ! »

Publié le lundi, 09 octobre 2017

C’est maintenant officiel, le groupe Jaojoby ne participera finalement pas au grand festival Kreol aux Seychelles qui débutera du 23 au 29 octobre prochains. Apparemment, la peste fait encore des malheureux et le roi du Salegy fait partie des victimes. Selon ce dernier, l’organisateur de la manifestation a pris la décision d’annuler la participation de la formation à cause de l’épidémie de peste qui sévit à Madagascar. D’ailleurs, il a fait en sorte de n’inviter aucun artiste de la Grande île pour que l’épidémie ne se propage dans l’île voisine.

Une décision qui a frustré plus d’un mais qui semble être juste car le pays tient à la santé de sa population, pas comme à Madagascar où la saleté est devenue le quotidien des malgaches. C’est en effet un choc mais aussi une triste nouvelle pour le leader du groupe. Il n’a pas attendu longtemps pour exprimer son chagrin sur les stations audiovisuelles.
Mauvaise réputation
Il a affirmé dans une interview que cela le désole et que ça provoquera une fois encore une mauvaise image de Madagascar. En effet, selon lui, l’épidémie de peste sévit dans la Grande île à cause d’un manque de responsabilité mais surtout une totale négligence des dirigeants. « C’est une honte pour le pays ! Ça me fait de la peine que l’insalubrité fait actuellement partie de la vie quotidienne des malgaches. C’est devenu une habitude pour nous de voir la ville malpropre et nous payons les conséquences.  Venez faire un tour dans mon quartier et ses alentours, les déchets remplissent chaque coin de rue sans que personne ne prenne conscience de les enlever. Ambohipo empeste la maladie et ce à cause de la malpropreté. En disant cela, je n’accuse personne mais à mon humble avis, c’est notre devoir à tous de prendre les mesures nécessaires. Les dirigeants devront aussi faire autant », confie l’interprète de « Malemilemy ».
Une chance ratée
Ainsi, le groupe ne sera pas sur la grande scène pendant la clôture du festival consacré à la musique de l’Océan Indien dont Madagascar devrait être en tête d’affiche. C’était pourtant une chance pour Madagascar de faire résonner sa musique sur une grande scène Seychelloise. A noter que le festival Kreol est un évènement haut en couleur qui se vit intensément dans tout l'archipel. Instaurée depuis bientôt 30 ans, la manifestation promet chaque année rythmes et couleurs, dans une effervescence qu'on ne saurait décrire ! C'est l'occasion pour les communautés du pays de mettre en avant la « créolité » qui fait leur singularité. Au-delà des paillettes, cette célébration se retrouve, le temps du festival, dans tous les aspects du quotidien des habitants. De la cuisine à l'habillement, en passant par la danse et la décoration, l'évènement fait de chaque recoin de l'archipel un monde fabuleux. Dans tous les cas, il faut que le gouvernement s’active au plus vite pour maîtriser cette peste qui gâche des choses un peu plus chaque jour.
T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff