Publié dans Culture

Hanitra Ranaivo - Un parcours d’une artiste persévérante

Publié le mercredi, 11 octobre 2017

Sa musique est  écoutée et aimée  par des gens toutes catégories confondues. Qui n’aimerait pas se relaxer avec les chansons de Hanitra une fois arrivé chez soi. Ceux qui ont déjà entendu le dernier album intitulé « Lasa » ont même dit que c’est un subtil mélange entre une production et des arrangements modernes et des chansons pourtant plus traditionnelles. Effectivement, c’est un bel opus, envoûtant et quelquefois entrainant ! C’est tout simplement grâce à la voix magnifique de Hanitra et ses excellents musiciens qui savent nous faire voyager à travers Madagascar.

Ce n’est pas très étonnant puisque Hanitra Ranaivo a commencé et ce dès l’âge de 7 ans à s’intéresser à la musique. Nourrissant ses mélodies du suc des rythmes de l'île rouge qu'elle agrémente de réminiscences afro-cubaines et brésiliennes, elle puise dans la tradition pour incarner avec chaleur et dynamisme la nouvelle génération malgache. Sa voix à la fois sensuelle et profonde, nous guide sur les traces de ses racines les plus authentiques, sur une terre d'harmonie, fille du soleil et de la beauté.
Un parcours débordant
Née à Fianarantsoa, Hanitra commence à chanter et à jouer de la guitare à l'âge de sept ans. Avant de devenir une star, elle intègre le groupe Lolo sy ny tariny en 1979 qui devient, par cet apport, l’une des formations musicales les plus populaires de l’île. C’est à cette époque que la formation eut une mention très bien venant du journaliste Fred Hidalgo en disant : « … De nombreux groupes vont tenter d’inscrire leurs propres empreintes, ce sont les Lolo sy ny tariny qui réussiront le mieux dans cet exercice : un groupe d’excellents vocalistes-mélodistes avec huit garçons et une fille qui va être indirectement à l’origine de l’ouverture de la chanson malgache au monde extérieur ».
Le groupe décide de venir en France pour l’enregistrement de son premier album. En quittant son île natale en 1980, Hanitra laisse sur sa faim toute une génération. Des milliers de fans nostalgiques s’interrogeront pendant des années sur les raisons de son départ. Malgré tous ses atouts, Lolo sy ny tariny ne poursuit pas longtemps sa carrière. Le groupe, en ces années quatre-vingt si difficiles à vivre pour tout artiste non médiatisé, finit par se dissoudre. C’est ainsi que Hanitra se retrouve dans l’ouest de la France où elle continue de chanter. En 1997, après plus de 15 années d’absence et sans aucune promotion, elle effectue un retour inattendu sur la scène malgache par une série de concerts. L’accueil enthousiaste des médias et du public l’encourage à enregistrer son premier album solo. Tout en reconnaissant la qualité artistique de cet album, aucun label Français n’acceptera de le distribuer. A sa sortie en France, en 1998 dans le circuit Fnac sous l’étiquette « auto-produit » le disque connaît pourtant le succès en ne bénéficiant encore une fois d’aucune médiatisation. Les ventes réalisées conduiront à la signature d’une licence de distribution pour le monde entier.
Ouvre le premier Marché des Musiques de l’Océan Indien
En 2005, Hanitra quitte la Bretagne pour l’île de La Réunion. C’est donc au début 2012 qu’elle sort un nouvel album intitulé « Any aminay ». C’est ainsi que Hanitra est désignée pour ouvrir le premier Marché des Musiques de l’Océan Indien, devant plus d’une centaine de programmateurs venus du monde entier.  Tout s’accélère alors : elle se produit successivement en France, à Madagascar, à La Réunion, à Zanzibar, aux Usa, en Australie ou encore en Inde. Pour l’anecdote, pendant son séjour aux USA, le musicien australien Keith Urban, mari de Nicole Kidman et jury de l’émission American Idol lui offre discrètement une guitare après l’avoir entendue jouer et chanter par hasard au Guitar Center de Hollywood boulevard à Los Angeles.
Proche des malgaches
Hanitra est aussi une femme sociale qui aime le partage entre fans et artistes. Depuis qu’elle s’est envolée à La Réunion pour déposer son nid, elle n’a jamais oublié de se mettre en contact avec ses groupies malgaches, par téléphone ou bien sur les réseaux sociaux. Actuellement, sa page officielle portant de nom de Hanitra a neuf mille « j’aime » avec une vingtaine de commentaires sur les publications. C’est dans cette page qu’elle échange avec ses fans. Dernièrement, Hanitra a donné rendez-vous avec ceux de La Réunion, dimanche dernier. En tout cas, les Malgaches attendent impatiemment son retour sur la scène nationale.
Recueillis par T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence du Sénat - Les jours d’Honoré Rakotomanana, comptés
  • Trafic illicite de bois de rose à Singapour - Mbola Rajaonah, commanditaire !
  • Président Zafy Albert - Vibrant et émouvant hommage de tout un peuple
  • Veillée funèbre de Albert Zafy - Cri d’un citoyen écœuré
  • Professeur Zafy Albert - Un dernier « Mada Raid » vers le Nord
  • Régime Rajaonarimampianina - Fierté dans la médiocrité
  • Madagascar en deuil - Le Père de la démocratie tire sa révérence
  • Air Madagascar - Besoa Razafimaharo, nouveau Dg
  • Conseiller du Président de la République - Un parc automobile luxueux et coûteux
  • Lutte contre la peste - La Première Dame s'approprie les dons onusiens

Editorial

  • Dans l’œil … !
     La Commission nationale électorale joue un rôle-clé dans un processus démocratique. Elle est au centre de tous les litiges et de toutes les convoitises. Courtisée par ici, critiquée par-là, la Commission marche sur des œufs. Une moindre maladresse risquerait de tout mettre en péril. François Mitterrand, dans un dessein de moraliser la pratique politique et démocratique auprès des anciennes colonies d’Afrique réunies à La Baule (1989), pesait de tout son poids à imposer un train de mesures s’inscrivant dans la ligne droite d’un processus irréversible en faveur de la démocratie. Entre autres, l’instauration du multipartisme, le respect des droits élémentaires humains, une alternance démocratique par le biais des élections libres et transparentes, l’obéissance absolue à la Constitution démocratiquement adoptée, etc. La France profitant de cette occasion, dictait la nécessité de mettre sur les rails une commission nationale indépendante pour s’occuper, à la place du Gouvernement local, des votes. A souligner…

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff