Publié dans Culture

« Showcase » - Carton plein, Shyn met le feu au Kudeta Urban Club

Publié le dimanche, 29 octobre 2017

 Sûrement le chanteur de R’n’b le plus célèbre dans tout Madagascar, Shyn est actuellement au summum de son art. Partout où il passe, c’est vraiment le show et apparemment, l’artiste est très sollicité par les organisateurs d’événementiels. Mais Shyn reste discret comme il l’a toujours été, c’est d’ailleurs le secret de sa réussite : la qualité au lieu de la quantité. Seulement quelques chansons ont suffi de prouver à tous qu’il a sa place dans le showbiz national et qu’il fait toujours partie des grosses pointures ayant déjà écrit leurs noms dans le livre d’or de la musique malgache. « Resim-pitia » puis « Fitiavana mafoaka » et maintenant « Overdose », les singles s’enchaînent et les qualités sont vraiment exceptionnelles que ce soit au niveau du son ou encore de l’image.

Shyn ne travaille qu’avec des professionnels du domaine. Ceci est dû sûrement par le fait que l’artiste commence également à percer au niveau international. Ainsi, il se doit de suivre les normes internationales dans sa musique. Raison pour laquelle il ne sort que très rarement des nouveaux morceaux. Il est tout le temps en studio ou en quête de collaboration avec des spécialistes de renommée. C’est pour cela qu’il ne se produit que rarement sur scène. Justement, samedi dernier était une des rares occasions pour les inconditionnels de voir l’artiste sur scène. C’était au Kudeta Urban Club, Anosy où Shyn s’est affiché en solo. Pas de surprise : la salle était trop petite pour accueillir le public qui la remplissait même jusqu’à l’entrée. Et même les lieux étant déjà noirs de monde, plusieurs fans n’ont pas encore pu entrer pour admirer le spectacle. En tout cas, le show a créé une bonne ambiance et a renforcé les liens entre l’artiste et les groupies. Ces derniers se bousculaient même pour être au-devant la scène afin de se rapprocher autant que possible de l’artiste.
Mémorable
Téléphone en main pour mémoriser toute la soirée, selfies à gogo, avec la star ou avec ses amis, bref tout était permis durant le spectacle. Shyn, de son côté, était habillé dans un premier temps d’un costard et d’une camisole pour être plus classe. Mais étant donné que sa musique est plus « street », il n’a pas oublié les divers « bling-bling » et bien sûr ses lunettes qui vont bien avec la couleur de sa peau.  Fier d’être malagasy, il s’est habillé en « Gasigasy » dans la deuxième partie, dont le haut en « lamba soga » sublimé par des bordures cousues avec soin. Côté prestation, rien de plus extraordinaire quand l’artiste entame la soirée avec des chansons bien rythmées et décorées d’une cadence malagasy. Des morceaux expressifs pour dire que le « showcase » sera grandiose. Au début jusqu’à la fin du spectacle, l’ambiance était toujours chaud, le public est toujours resté debout tout comme l’artiste. Sauf que la plupart du temps, le micro était tourné vers l’assistance, elle qui connaissait tous les titres qui passaient, du couplet au refrain. Comme à l’accoutumée, les chansons qui ont fait le renommée de Shyn étaient au répertoire. Des plus vieux jusqu’au nouveaux  tubes, l’ambiance était toujours de la partie. « Hasarotam-piaro », « Ho avy », « Tontolo hisainana » ou encore l’incontournable « Mahatsara zaho » ont transporté le public dans un monde mélodieux et sensuel. Il est même arrivé que le Dj change un peu la structure et le rythme de la chanson, mais étant toujours au top, il fait toujours preuve de professionnalisme durant ses prestations.  Des fois seul sur scène, des fois accompagné par des danseurs, on peut dire qu’il a su gérer le temps et surtout sa voix. Aucune fausse note n’a été enregistrée. A la fin de la soirée, Shyn a pris le temps de saluer tout le monde et de prendre des photos avec les groupies pour finir en beauté ces retrouvailles mémorables. Après ce « showcase », il a donné un autre spectacle hier à Diego- Suarez, toujours accompagné par son équipe.
T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff