Publié dans Culture

D-Lain - Le premier malagasy à assumer son homosexualité

Publié le dimanche, 05 novembre 2017

Fierté de la Grande île, le candidat représentant  Madagascar pour le concours Castel Live Opéra, qui était d'ailleurs le gagnant de cette première édition fait l'objet de discussion sur les réseaux sociaux. Il s'agit de D-Lain, un chanteur à ne plus présenter au grand public car il faisait une époque où il était membre d'un des plus célèbres chorales de Madagascar, le Tana Gospel Choir. Et oui, on parle de ce jeune homme doté d'un talent inouï pour le chant et d'une voix extraordinaire. Apparemment, l'artiste vient de passer l'un des plus beaux jours de son passage dans cette vie car on vient juste de lui demander sa main. A voir la vidéo et les photos qui ont circulé, il a eu droit à une belle déclaration avec un beau discours. Une proclamation qui s'est faite en présence de beaucoup de monde. 

 

 

Discours

« Notre pays nous donne la chance de vivre libre n'importe quel amour. Et nous ne nous rendons pas compte que cette liberté, ce droit nous permet d'être heureux, au côté de l'être rêvé, qu'on soit hétéro ou homosexuel. Depuis plusieurs semaines, j'ai réfléchi à cette soirée, j'ai hésité et j'ai sauté le pas. Je n'ai jamais vécu caché, j'aime ma vie publique mais vivre homo n'est pas toujours facile. Je remercie la Municipalité, la famille et mes proches qui m'ont accepté comme je suis. La grandeur de cette ouverture d'esprit, ici à Bonifacio est le signe d'un bien vivre ensemble porté sans jugement et sans discrimination afin d'être libre et heureux entre nous », dixit son compagnon dans son discours. Et lui d'ajouter « Depuis que  je t'ai rencontré il y a 2 ans, tu as chamboulé ma vie, je suis devenu plus joyeux, plus heureux et plus amoureux. Tu m'as invité à partager ta vie, ta passion, la musique. Tu es l'épaule à laquelle je veux poser, je ne veux que toi. Tu vois, il y a deux ans, je t'ai offert cette alliance, car  lors de notre première rencontre à Abidjan, je savais que c'est toi la personne avec qui je veux vieillir. Cet amour ce soir, je veux le porter plus haut, et pour cela, j'aurai besoin de toi car notre amour ne peut se faire que sans ton consentement. Alors ce soir, je voudrai te demander si tu veux m'épouser ».

 

Incertain

Après le discours, il se dirige vers D-Lain et lui offre un grand bouquet de rose rouge, avec sûrement l'alliance dedans. Malheureusement, le public n'a pas pu entendre la réponse de D-Lain car la vidéo a été coupée au mauvais moment. En tout cas, personne n'est en pouvoir de dire que la vidéo date vraiment de ce week-end. D'autres sources affirment d'ailleurs que ce n'était qu'un simple jeu et que ce n'était pas réellement une demande de mariage mais seulement une soirée bien arrosée où ils ne faisaient que s'amuser. Jusqu'à maintenant, les publications comprenant la vidéo et des photos du couple en train de s'embrasser circulent sur le Net mais aucune réaction ni publication du chanteur. En tout cas, cela fait un buzz de fou sur facebook car D-Lain est le premier malagasy à faire un coming out comme celui-ci et à assumer son homosexualité. Des commentaires, des insultes et des injures inondent les publications. « Tu es la honte de la nation, tu étais pourtant un chrétien et membre de la Tgc. Ne reviens plus jamais, tu me dégoutes », écrit un utilisateur bien mécontent de la nouvelle. D'autres par contre ont affirmé que  c'est sa vie privée et qu'on n'a pas à s'impliquer : « C'est son choix, laissons- le tranquille. Vit ta vie, ça ne changerait rien ». Mais D-Lain, étant un artiste très suivi devait aussi s'attendre à des critiques venant du public en laissant fuir des photos de son couple sur les réseaux sociaux. 

 

Accepter ou non

Selon les époques et les cultures, l'homosexualité est relativement tolérée ou réprimée. Aujourd'hui, la tendance, dans les pays développés et notamment les sociétés occidentales est à l'acceptation avec éventuellement une ouverture du mariage à tous les couples. Les droits pour les homosexuels évoluent. Mais il est assez frappant de constater qu'on parle encore « d'accepter ou non » les préférences d'un individu, du fait qu'on le classe dans une catégorie minoritaire, alors qu'elles ne nuisent à personne. Est-ce qu'on parle "d'accepter" ou de « tolérer » l'hétérosexualité ? La société étant ainsi faite, encore trop calquée sur des représentations sociales archaïques, d'origine judéo-chrétienne, familialistes et donnant à la vie pour but ultime la procréation. Pour cette raison, les hétérosexuels ont quant à eux la liberté d'aimer. Quant aux pratiques sexuelles d'un individu, en théorie, elles ne regardent que lui. A Madagascar, l'homosexualité existe mais n'est pas toujours acceptée par la société.

Publius

2 Commentaires

  • Posté par mbinintsoa
    mardi, 14 novembre 2017

    sodoma sy gomora zany!!!

    Rapporter
  • Posté par Entrez votre nom...*
    jeudi, 09 novembre 2017

    Galatiana 5
    19. Fa miharihary ny asan'ny nofo, dia izao:
    Fijangajangana, fahalotoana, fijejojejoana,

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République - Démission de Hery Rajaonarimampianina dans dix mois
  • Souffrances de la population malagasy - Le Parlement européen fait mieux que le nôtre
  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres

La Une

Editorial

  • Nuisible réseau
    Contre-productif. Le réseau de la filière « riz » va à l’encontre de la saine production de cet aliment de base des 24 millions de Malagasy dans le pays. Au lieu de jouer le rôle de levier à la croissance, il fait obstacle. La population souffre, de manière chronique, de l’insuffisance de ce produit vital pour la consommation quotidienne. Le « kapoaka » ou le kilo s’achète à prix d’or sur le marché.

A bout portant

AutoDiff