Publié dans Culture

Compagnie Lovatiana - Des actions de sensibilisation dans les écoles primaires publiques

Publié le vendredi, 10 novembre 2017

La compagnie Lovatiana utilise la danse comme un levier de développement. Pour ce faire, elle a mis en place un grand projet à long terme intitulé « Kilokolo » ayant comme objectif la sensibilisation au civisme et à la citoyenneté auprès des élèves et même des enseignants.  L’année dernière, plusieurs établissements ont pu jouir des formations et ateliers organisés par la Compagnie. Sur cinq mois, plusieurs activités se sont développées grâce à l’équipe pédagogique de Kilokolo et au soutien de ses différents partenaires.

Des écoles primaires ont été sélectionnées dans la capitale pour participer à ces activités artistiques initiées par la compagnie Lovatiana. S’orientant vers l’art, la promotion du droit des enfants s’est développée à travers des ateliers de danse, de théâtre, de chant et également de cirque. Les bénéficiaires sont des élèves de 6 à 15 ans, excepté ceux qui sont en classe d’examen. Actuellement, la Compagnie continue ses actions de sensibilisation à travers les ateliers artistiques, toujours avec des équipes professionnelless. Ainsi, depuis le mois d’août, la compagnie Lovatiana a organisé un programme de formation à destination des enseignants et éducateurs spécialisés  sur Antananarivo ville et dans la ville d’Eaux. 

Restitutions

Plusieurs établissements scolaires ont répondu favorable à ce programme avec l’aval de la Cisco et le soutien de Cbm Madagascar, partenaire du projet. En effet, les enseignants et éducateurs qui ont suivi la formation devront mettre en pratique leur acquis durant l’année scolaire 2017-2018 dans leurs lieux de fonction.  « Après la formation pédagogique et artistique d’une semaine, dispensée par l’équipe pédagogique de Kilokolo,  une semaine d’accompagnement  des enseignants se fera également au niveau  de chaque établissement scolaire pour la préparation de la restitution publique. Une première étape d’évaluation sera effectuée ce mois-ci, plus précisément le samedi 18 novembre durant la restitution des ateliers. Les enseignants devaient mettre en pratique leurs acquis dès la rentrée scolaire et ils vont tous présenter un spectacle. Un spectacle à thème dont chacun est libre de choisir. A noter que nous avons enregistré une cinquantaine d’enseignants et presque 350 élèves  issus de 9 EPP et 5 centres spécialisés bénéficiaires de ce programme », explique un responsable. Après les ateliers et formations, une restitution sera organisée à l’Epp Antanimena le samedi 18 novembre pour Antananarivo et le jeudi 23 novembre au Tranompokonolona Antsirabe pour Antsirabe. Les artistes et chorégraphes professionnels ayant participé aux ateliers et formations participeront eux aussi à ces restitutions dont le programme ne se limite pas seulement à un spectacle de danse, mais également à une sensibilisation su public sur le civisme et la citoyenneté.

T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »
  • Perception de droit de visa par Ametis - Un détournement de deniers publics
  • Calendrier des élections- Un suspense inquiétant
  • Trafic de personnes vers la Chine - Une fille malgache vendue à 24 millions d’ariary
  • Hery Rajaonarimampianina - Miser beaucoup sur l’énergie
  • Visas aux frontières - Piraterie publique-privée sur les 200 milliards de recette annuelle
  • Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !
  • Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface
  • Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Editorial

  • Quid du logement !
     Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

A bout portant

AutoDiff