Publié dans Culture

Njakatiana & Bodo - Le Palais des sports brille de mille feux

Publié le dimanche, 18 février 2018

Le temps d'un spectacle, le duo incontesté Njakatiana et Bodo a fait renaître dans le coeur des mélomanes l'amour de la belle musique, celle que tout le monde décrit d'écoutable et mélodieuse. Le Palais des sports et de la culture était envahi par des inconditionnels qui voulaient être gâtés de la plus belle des manières. Rien qu'une belle décoration et une scène bien ornée bien évidemment sur le thème de l'amour ont suffi pour éblouir l'assistance. Et on ne parle même pas de la sonorisation qui était impeccable tout comme les jeux de lumière...tout ceci pour respect du public car l'organisateur a promis un spectacle inédit.

C'était en effet le cas car les spectateurs qui n'ont malheureusement pas rempli la salle avaient le sourire sur le visage, une envie de s'évader et de s'ambiancer mais surtout de valser sur les belles mélodies slow que le duo a concoctées pour eux. Chose promise, chose due, organisationnellement parlant, Live Prod a tenu parole. Evidemment, Njakatiana et Bodo, professionnels qu'ils sont, ont évidemment émerveillé la salle avec un répertoire vraiment hors du commun.
En harmonie
Les mélomanes de tous âges ont pu profiter d'un bel duo des chanteurs, sur plusieurs de leurs titres préférés. Tantôt à la guitare mais toujours sur son micro, le crooner de charme, une fois sur scène, se laisse conduire par sa belle voix qui accompagne comme un vrai chevalier de guerre celle de Bodo. Ensemble, ils ne peuvent que former un duo exceptionnel qui peut conquérir facilement des coeurs, des plus durs qu'ils soient. D'ailleurs, les musiciens des deux groupes respectifs font en sorte d'harmoniser le show en donnant le meilleur d'eux-mêmes. « Main dans la main » comme l'intitulé du show l'indique, Njakatiana et Bodo sur leur petit nuage interprètent « Toy ny vao omaly »,
« Mpankafy »,  « Resinao » ou encore « Toera-mamy ». Dans une salle plus ou moins sombre, les inconditionnels ne se privent pas de sortir leurs briquets et leurs torches de téléphone pour mettre plus d'ambiance. Comme dans un concert de Celine Dion à Bercy, le Palais des sports a brillé de mille feux. Njakatiana, habillé comme un prince et Bodo comme une vraie reine, étaient comblés en chantonnant presque en larme. En tout cas, les 4 heures ont suffi pour se remémorer le bon vieux temps puisqu'il est à rappeler que le dernier concert du duo remonte à 18 ans.
Tahiana Andrianiaina

1 Commentaire

  • Posté par Lovatiana
    lundi, 19 février 2018

    apparemment, on n'a pas vu le même spectacle, la salle a été plein à craquer

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - « Prions ensemble pour que notre foi se reflète dans nos actes »
  • Scission au sein du HVM - Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - Un discours rempli d’amour et de reconnaissance
  • Affaire CEG d’Analamahitsy - Les zones d’ombre persistent
  • Impartialité durant les élections - Jean Eric Rakotoarisoa rassure
  • Patrimoine de l’Etat - Le HVM fait sa braderie
  • Election présidentielle 2018 - Andry Rajoelina le candidat le mieux préparé

Editorial

  • Calendrier irrévocable
    Un arbre de taille haute, sur le sommet de la colline, attire les foudres. C’est un phénomène physique  naturel. Dans une communauté humaine donnée, quelqu’un qui a réussi dans sa vie et parvient à se hisser au top de sa carrière attise des animosités. AndryNirinaRajoelina, ancien président de la Transition, de retour au pays, entame un périple de descentes sur terrains. A la bonne surprise générale ou à la désolation totale pour certains, c’est selon, le leader du Mapar/Tgv cartonne partout où il passe. Il a été accueilli de Mahajanga à Fianarantsoa, tout récemment, en passant par Antsohihy puis Soanierana-Ivongo jusqu’à Marolambo, pour ne citer que ces quelques localités-repères, par une population entièrement en phase et enthousiasme. L’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), détaillée en long et en large durant tout le parcours par son président-fondateur en personne, reçoit un écho plus que favorable. L’IEM est la bienvenue partout où…

A bout portant

AutoDiff