Publié dans Culture

Njakatiana & Bodo - Le Palais des sports brille de mille feux

Publié le dimanche, 18 février 2018

Le temps d'un spectacle, le duo incontesté Njakatiana et Bodo a fait renaître dans le coeur des mélomanes l'amour de la belle musique, celle que tout le monde décrit d'écoutable et mélodieuse. Le Palais des sports et de la culture était envahi par des inconditionnels qui voulaient être gâtés de la plus belle des manières. Rien qu'une belle décoration et une scène bien ornée bien évidemment sur le thème de l'amour ont suffi pour éblouir l'assistance. Et on ne parle même pas de la sonorisation qui était impeccable tout comme les jeux de lumière...tout ceci pour respect du public car l'organisateur a promis un spectacle inédit.

C'était en effet le cas car les spectateurs qui n'ont malheureusement pas rempli la salle avaient le sourire sur le visage, une envie de s'évader et de s'ambiancer mais surtout de valser sur les belles mélodies slow que le duo a concoctées pour eux. Chose promise, chose due, organisationnellement parlant, Live Prod a tenu parole. Evidemment, Njakatiana et Bodo, professionnels qu'ils sont, ont évidemment émerveillé la salle avec un répertoire vraiment hors du commun.
En harmonie
Les mélomanes de tous âges ont pu profiter d'un bel duo des chanteurs, sur plusieurs de leurs titres préférés. Tantôt à la guitare mais toujours sur son micro, le crooner de charme, une fois sur scène, se laisse conduire par sa belle voix qui accompagne comme un vrai chevalier de guerre celle de Bodo. Ensemble, ils ne peuvent que former un duo exceptionnel qui peut conquérir facilement des coeurs, des plus durs qu'ils soient. D'ailleurs, les musiciens des deux groupes respectifs font en sorte d'harmoniser le show en donnant le meilleur d'eux-mêmes. « Main dans la main » comme l'intitulé du show l'indique, Njakatiana et Bodo sur leur petit nuage interprètent « Toy ny vao omaly »,
« Mpankafy »,  « Resinao » ou encore « Toera-mamy ». Dans une salle plus ou moins sombre, les inconditionnels ne se privent pas de sortir leurs briquets et leurs torches de téléphone pour mettre plus d'ambiance. Comme dans un concert de Celine Dion à Bercy, le Palais des sports a brillé de mille feux. Njakatiana, habillé comme un prince et Bodo comme une vraie reine, étaient comblés en chantonnant presque en larme. En tout cas, les 4 heures ont suffi pour se remémorer le bon vieux temps puisqu'il est à rappeler que le dernier concert du duo remonte à 18 ans.
Tahiana Andrianiaina

1 Commentaire

  • Posté par Lovatiana
    lundi, 19 février 2018

    apparemment, on n'a pas vu le même spectacle, la salle a été plein à craquer

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff