Publié dans Culture

Din Rotsaka - Une légende incopiable !

Publié le vendredi, 23 février 2018

Modeste dans la vie quotidienne et ne se prétend pas être le meilleur, d'où son appellation « Prince du Salegy », Bernadin Rabeharison, plus connu sous le pseudo mythique de Din Rotsaka est de retour sous le feu des projecteurs après quelque temps d'absence sur la scène tananarivienne. Une précision qui se doit être ponctuée puisque selon l'artiste, il ne cesse de faire des tournées dans diverses régions de la Grande île. Et apparemment, il continue à faire du tapage partout où il va avec des concerts se passant toujours presque à guichets fermés. En tout cas, Din Rotsaka participera au concert sobrement dénommé « La légende du salegy », et évidemment, il fait partie de la tête d'affiche puisqu'il fait partie de ces artistes inscrits sur le livre d'or de la musique malgache, plus particulièrement dans le mozika mafana ou le salegy.

Une culture
En 2015, Din Rotsaka a fait un grand retour dans le monde du showbiz. Une grande surprise pour les fans, le Kakalahy ou vieux comme on l'appelle dans le milieu, il a troqué ses dreadlocks contre des tresses plus typiquement malgaches. Nouveau look, nouvelle inspiration avec de nouveaux clips mais malheureusement moins de spectacles dans la Capitale. Cette fois-ci, il promet de multipliser ses apparitions pour le plus grand bonheur des inconditionnels. Il faut tout de même rappeler son brillant parcours pour marquer ce grand retour. Originaire de Befandriana, sur la côte Ouest de Madagascar, il se fait remarquer comme batteur à l’âge de 14 ans, alors qu’il jouait dans la chorale de sa ville. Selon lui, la musique l'a choisi et il n'as pas le choix que de satisfaire l'art et la culture. D'ailleurs, ce n'est pas le talent qui manque pour l'artiste. « La musique, le salegy, fait partie de ma vie depuis toujours. Une culture, dans ma région d'origine, à Antsakabary commune et district de Befandriana Avaratra, pour faire la fête, on était obligé de chanter et de danser car il n'y avait pas d'électricité. Passionné comme je suis, j'ai été ébloui par la beauté de cette discipline qui m'a forcé à trouver ma particularité. Mais ça c'était avant les différentes formations que j'ai imprégnées », explique Din Rosaka durant une interview.
Plusieurs groupes
 Les connaisseurs se souviendront en effet qu'il faisait partie de plusieurs groupes avant de monter son propre empire. En 1984, il était batteur dans le groupe Tianjama, en 1993, il intègre Mily Clément, en 1994, il fait un petit passage dans Bilo puis avec Jaojoby. Mais ce n'est pas tout, il a déjà travaillé côte à côte avec Ninie Donia ou encore avec Franisco Salama Meva. Mais notre artiste ne semble pas être satisfait. Avec ses expériences mais également avec son talent de musicien et de chanteur, il crée sa propre formation et sort son premier album « Rotsaka », le 17 mai 1999. « En réalité, c'est cet album qui a fait du groupe ce qu'il est. C'est à sa sortie que nous avions pu être découvert par le publc. Un disque qui a grandement contribué à bâtir notre notoriété. Des nouveaux morceaux ont été dévoilés à l'époque et ça a fait drôlement de buzz », continue -t-il.
Influence
Ce qui rend exceptionnel l'artiste, c'est que malgré son genre musical, il n'a jamais essayé de copier le style d'un autre groupe évoluant dans le même milieu que lui. C'est peut-être cette qualité qui lui rend également incopiable. Même si la nouvelle génération du salegy a tenté de le copier, ils n'ont jamais pu reproduire le style ni encore la voix de l'artiste. Din Rotsaka explique : « En toute humilité, c'est le public qui m'a mis sur la chaise de l'altesse, je n'ai fait que suivre le destin. Je ne suis pas né pour être célèbre, mais on m'a classé parmi les vedettes. Ce qui me différencie des autres, c'est que je me contente de faire sortir ce que j'ai dans le coeur, sans copier qui que ce soit ou encore moins de suivre la tendance. Même les groupes dont j'ai été membre ne m'ont jamais influencé. J'ai laissé travailler mon talent qui a laissé la part belle à la création ». Depuis 1985, Din Rotsaka n'a cessé d'écrire des chansons et apparemment, il existe encore plusieurs morceaux qui ne sont même pas enregistrés. Pour en revenir au comeback, c'est peut-être dans la Capitale qu'il revient mais selon ses explications, il n'a jamais arrêté les tournées. « Dans la ville des Mille, c'est l'argent qui dicte tout pourtant je ne cherche pas la célébrité. Mon principe est simple : quand Dieu décidera de m'enlever la célébrité, c'est que je ne dois plus l'être. C'est plus simple que ça. Je n'achète pas la gloire. Il faut éduquer les jeunes qu'il faut d'abord avoir du talent avant toute chose ».
 Pour le public tananarivien, le spectacle de ce dimanche 25 février, qui se déroulera au Palais des sports Mahamasina, sera une grande occasion de revoir la formation au grand complet, s'affichant avec d'autres légendes du salegy. A connaître l'artiste, il fera sûrement fondre les lieux avec ses mélodies et danses endiablées ou encore avec ses rythmes qui vont swinger les couples. Une dizaine de chansons tirées dans les 7 albums déjà sortis figureront au répertoire. On peut citer entre autres les incontournables « Gaga », « Papango be », « Ravoravo » ou encore « Safia ». Un rendez-vous à ne pas louper.
Dossier réalisé par Tahiana Andrianiaina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Jeter de l’argent par la fenêtre - Une nouvelle récidive du régime ce samedi
  • Andry Rajoelina au forum de l'IEM - « Remplacer le fatalisme par l'optimisme »
  • Atteinte à la sûreté de l’Etat - Rasoamaromaka sort libre de son audition
  • Initiative pour l’Emergence de Madagascar - Plus de 2000 participants au forum international
  • Condamnation de l'écologiste Raleva - Un « chef d'accusation ridicule », selon Amnesty international
  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar

Editorial

  • Les incorruptibles
    Brian De Palma, le célèbre réalisateur américain, mit jour en 1987, le légendaire film « The untouchables » et adapté sur l'écran français « Les incorruptibles ». Interprété sur le plateau par des acteurs mythiques tels, entre autres, Kevin Costner, Sean Connery ou Robert De Niro, Andy Garcia, le film rencontra un immense succès à travers le monde. En gros, c'est l'histoire de la traque du…charismatique mafieux « Al Capone » durant les années trente, à Chicago. Pour venir à bout de sa mission, l'agent Eliot Ness (Kevin Costner), dut recourir au service des hommes répondant aux critères  de sa trempe, à savoir, intraitables et surtout  incorruptibles (untouchables).

A bout portant

AutoDiff