Publié dans Culture

Scrutin présidentiel - Les artistes malgaches incompris

Publié le jeudi, 01 mars 2018

A Madagascar, l'élection présidentielle approche à grand pas et ceux qui pensent se présenter pour l'aventure, ils commencent déjà et ce, discrètement leur propagande. Depuis plusieurs années, les artistes sont des figures récurrentes des élections présidentielles. Les politiques cherchent le soutien de des vedettes populaires. Il y a lieu de dire qu'ils sont, en quelque sorte, incontournables dans ce genre de situation. Effectivement, la plupart de ces derniers acceptent les demandes des partis mais apparemment, ce sera uniquement pour l'argent.

En tout cas, les observateurs peuvent apercevoir qu'un groupe d'artistes ayant soutenu un candidat peut également animer une propagande d'un autre politicien. Ceci dit, les artistes à Madagascar ne dévoilent pas au grand public leur vraie orientation politique. Une question se pose donc s'ils ne veulent vraiment pas divulguer leur propre avis ou le candidat qu'ils soutiennent par peur d'être jugés bêtement.
Droit citoyen
En effet, les célébrités, encore une fois dans la Grande île ne peuvent pas jouir de leur droit, en tant que simple citoyen, celui de soutenir le candidat ou la candidate de son choix. En cette période pré-campagne électorale pour la présidentielle, certains artistes malgaches sont déjà sous les feux de la rampe sur les réseaux sociaux comme quoi ils sont des « artistes caméléons », c'est-à-dire soutenant tous ceux qui se présentent à l'élection. Certains, apparemment, ne connaissent donc pas qu'avant leur propre orientation politique, le principal leitmotiv d'une formation qu'elle soit en groupe ou en solo est avant tout d'encaisser le maximum de cachets en période d'élection. Beaucoup ont tendance à juger bêtement le choix de ces artistes pour assurer l'animation ou la chanson pour amener et à appuyer certaines idées pour le compte du candidat. Une éducation s'impose puisque Madagascar est le seul pays où une célébrité ne peut pas montrer publiquement, en tout cas, de son propre gré, son opinion politique. Pourtant, dans les autres pays notamment les Etats-Unis, France ou encore les autres pays de l'Afrique, tous citoyens, vedettes ou non peuvent prendre position. Puisqu'il ne faut pas oublier qu'on ne soutient pas le personnage en personne mais plutôt son projet et ses idées pour diriger en mieux le pays.
Sujet tabou
L'orientation politique peut parfois être un sujet tabou. Si certains artistes ne souhaitent pas prendre publiquement position, d'autres en revanche n'hésitent pas à s'engager pour un parti qui leur tient à coeur. Certaines célébrités ont également choisi de ne plus communiquer sur leur vie politique juste par peur d'être jugées comme beaucoup de gens le font déjà actuellement. En effet, cela aura un trop gros impact sur leur notoriété et leur image. S'engager politiquement publiquement lorsqu'on est une personne connue, c'est aussi prendre le risque de perdre une partie de son public qui ne partagerait pas les mêmes opinions. Mais dans le contexte actuel, surtout à Madagascar, cela ne se limite pas que sur les points de vue des fans. Un artiste dévoilant publiquement son opinion politique, peut être boycotté par le gouvernement lui-même, de par ses activités comme par exemple : être privé de certains lieux ou salles de spectacle. Par ailleurs, se référant à une étude effectuée par Harris Interactive sur comment la population perçoit-elle de manière générale le fait que des artistes prennent publiquement position sur des sujets politiques.
Selon l'étude fait il y a quelques années de cela, 41% des Français estiment que le fait que des artistes incluant chanteurs, comédiens, humoristes… prennent position sur des sujets politiques est une bonne chose, tandis que 56% considèrent qu'il s'agit d'une mauvaise chose, et même 22% d'une très mauvaise chose. Les personnes les plus susceptibles de percevoir négativement ce type de prise de parole sont les personnes les plus âgées (67%), ainsi que les sympathisants de Droite (64%) et du Front National (76%), qui considèrent sans doute que les artistes utilisent à mauvais escient leur notoriété lorsqu'ils rendent publiques leurs opinions politiques. A l'inverse, une majorité de sympathisants de Gauche juge positivement cette attitude (58%). Cette lecture différenciée selon la sympathie partisane découle sans doute d'un positionnement des artistes français perçu plutôt à Gauche de l'échiquier politique.
Les artistes internationaux ayant soutenu leur candidat
Avec Nicolas Sarkozy, l'on retrouve des fidèles de 2007 : le chanteur Enrico Macias ; le compositeur Didier Barbelivien ; les acteurs Gérard Depardieu, Emmanuelle Seignier, Nadine Trintignant, Véronique Genest, Christian Clavier ; les journalistes Thierry Roland, Jean-Claude Narcy, Patrick Besson, Marie Drucker ; le réalisateur Claude Lelouch et les animateurs Igor et Grishka Bogdanoff ; les sportifs David Douillet et le rugbyman Christophe Dominici. Et bien sûr Carla Bruni, l'épouse du chef de l'État.
Avec François Hollande : Les milieux artistiques étant réputés plus proches de la gauche, François Hollande dispose de très nombreux soutiens. On compte ainsi les chanteurs Yannick Noah, Michel Delpech, Juliette Gréco, Ridan, Benjamin Biolay, Cali, Higelin, Bénabar ; les comédiens Jeanne Moreau, Christophe Malavoy, Charles Berling, Pierre Arditi, Jacques Weber, Dominique Blanc, Myriam Boyer, Macha Méril, Fanny Cottençon, Daniel Mesguish, Eva Darlan, Josiane Balasko, Gérard Darmon ; les écrivains Tahar Ben Jelloun, Dan Franck, Yves Simon ; l'animatrice Valérie Damidot ; l'imitateur Gérald Dahan ; Stéphane Hessel et jusqu'à son décès le résistant Raymond Aubrac. L'entraîneur de handball Claude Onnesta soutient Hollande tout comme Geneviève de Fontenay, ancien soutien d'Arlette Laguiller.
Marine Le Pen à l'époque a été soutenue par Me Gilbert Collard, Brigitte Bardot, le champion de rallye Pierre Lartigue et Denis Seznec. Philippe Poutou a reçu l'appui de George Moustaki et Eva Joly celui de la chanteuse Björk.
Pendant le dernier scrutin présidentiel en France, lors de son grand meeting parisien, à Bercy le 17 avril, beaucoup de « people» étaient de la partie pour soutenir Emanuel Macron. Line Renaud, fidèle parmi les fidèles, était même assise à côté de la mère d'Emmanuel Macron, Françoise Noguès-Macron, de son épouse Brigitte et de ses deux belles-filles Tiphaine et Laurence. Dans les tribunes VIP de l'AccorHotels Arena on pouvait aussi apercevoir l'écrivain Erik Orsenna, les acteurs Pierre Arditi et Vincent Lindon, les chanteuses Dani, Catherine Lara, Keren Ann ou encore le footballeur Yohan Cabaye. Le président du club de rugby de Toulon Mourad Boudjellal, fils d'immigrés algériens, était quant à lui monté sur l'estrade pour vanter « la France qui s'est enrichie avec des gens venus d'ailleurs ».
Lady Gaga, Katy Perry, Snoop Dogg ou encore Eva Longoria. Toutes ces stars ont affiché publiquement leur soutien à la candidate démocrate à l'élection présidentielle américaine, Hillary Clinton. Du côté de son rival, le milliardaire républicain Donald Trump, les célébrités se pressent beaucoup moins pour afficher leur engagement. Hormis les très peu populaires Jesse Hugues, chanteur des Eagles of Death Metal, ou encore le boxeur Myke Tyson, ami de longue date du candidat républicain. 
De moins en moins
Mais apparemment, ce problème ne touche pas que Madagascar, en France également, lors de la dernière élection présidentielle, les artistes français étaient également peu à répondre aux appels des candidats. On a beau les chercher aux meetings des candidats à la présidentielle, mais les people sont aux abonnés absents. Et lorsqu'un journaliste en vient à leur demander ce qu'ils pensent de la campagne, la plupart des célébrités bottent en touche et refusent de dévoiler pour qui elles voteront. A quelques semaines des propagandes, ils n'étaient que quelques dizaines à avoir soutenu publiquement un candidat. Les deux personnalités politiques ayant engrangé le plus d'appui de people sont Emmnauel Macron (Geneviève de Fontenay, Guy Bedos, Renaud, Line Renaud, François Berléand, Françoise Hardy et Pierre Arditi) et Jean-Luc Mélenchon (Richard et Romane Bohringer, Jacques Weber, Yvan Le Bolloch et Bernard Lavilliers). Mais Marine Le Pen ne peut se targuer que du soutien de Brigitte Bardot et de Franck de Lapersonne, Benoît Hamon de celui de Valérie Donzelli et de Juliette Binoche. Quant à François Fillon, les seules têtes un peu connues qui le soutiennent sont Frigide Barjot et Alain Afflelou…
Des points de vue
" Les artistes ont peur de perdre des fans et des engagements. Et à une période où les films, la musique et les bouquins se vendent mal, ils jugent que le jeu n'en vaut pas la chandelle " , explique un citoyen. « D'autant qu'aujourd'hui un artiste engagé doit aussi subir la vindicte de ses détracteurs sur les réseaux sociaux et les questions incessantes des journalistes sur son positionnement politique », poursuit un autre. Pour soutenir un politique sans prendre trop de risque, mieux vaut donc être un artiste installé et être raccord avec son public. C'est-dire qu'un artiste doit soutenir un candidat de même conviction que lui. Et alors que l'on pourrait croire que les artistes sont de formidables relais d'opinion pour des candidats, il semblerait que ces derniers en doutent eux-mêmes. « Afficher une liste de soutiens de stars n'a jamais rapporté de voix, mais cela montre un candidat proche du monde de la culture », analyse Frédéric Dabi, directeur général de l'Ifop. Le hic, c'est que lors de cette campagne, la culture semble quasi absente des débats politiques. A quoi bon donc pour un candidat faire croire à une réelle proximité avec les artistes ? Et d'ailleurs, est-ce même souhaitable ? « Non », répond d'emblée Frédéric Dabi. « Car à l'heure actuelle, les artistes sont perçus comme une élite, "la France d'en haut". Et les hommes politiques ont bien compris qu'ils n'avaient pas intérêt à en faire des caisses de ce coté là, s'ils voulaient en même temps jouer la carte de la proximité avec leurs électeurs ». Les politiciens malgaches devraient en faire autant!
Recueillis par Tahiana Andrianiaina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Jeter de l’argent par la fenêtre - Une nouvelle récidive du régime ce samedi
  • Andry Rajoelina au forum de l'IEM - « Remplacer le fatalisme par l'optimisme »
  • Atteinte à la sûreté de l’Etat - Rasoamaromaka sort libre de son audition
  • Initiative pour l’Emergence de Madagascar - Plus de 2000 participants au forum international
  • Condamnation de l'écologiste Raleva - Un « chef d'accusation ridicule », selon Amnesty international
  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar

Editorial

  • Les incorruptibles
    Brian De Palma, le célèbre réalisateur américain, mit jour en 1987, le légendaire film « The untouchables » et adapté sur l'écran français « Les incorruptibles ». Interprété sur le plateau par des acteurs mythiques tels, entre autres, Kevin Costner, Sean Connery ou Robert De Niro, Andy Garcia, le film rencontra un immense succès à travers le monde. En gros, c'est l'histoire de la traque du…charismatique mafieux « Al Capone » durant les années trente, à Chicago. Pour venir à bout de sa mission, l'agent Eliot Ness (Kevin Costner), dut recourir au service des hommes répondant aux critères  de sa trempe, à savoir, intraitables et surtout  incorruptibles (untouchables).

A bout portant

AutoDiff