Publié dans Culture

Décoration à titre posthume des artistes - Le ministre fait-il de la discrimination ?

Publié le mercredi, 14 mars 2018

Depuis la fin de semaine jusqu'à maintenant, les yeux des observateurs sont tournés vers le ministre de la Culture, de la promotion de l'artisanat et de la sauvegarde du patrimoine. Après la mort subite de Tovoherizo Michaël Eric dit Djaig, chanteur et membre du groupe Spesialista, beaucoup attendaient de pied ferme la décision que le ministre va prendre concernant la décoration de cet artiste. Apparemment, la situation est pire que l'on le croyait. Selon les informations recueillies, ni Jean Jacques Rabenirina ni aucun représentant d'ailleurs n'ont pris le temps de rendre un dernier hommage à cet artiste pendant que la dépouille était encore à son domicile, à Namontana.

En tant que premier responsable et surtout premier ami des artistes, le ministre devrait être le premier à venir sur les lieux après une telle tragédie. Non seulement il n'est pas venu présenter ses condoléances à la famille mais également il n'a pris la peine d'envoyer un représentant. Ce qui a, normalement, choqué plus d'un. Par ailleurs, plusieurs membres du syndicat des artistes présidé par Paul Bert Rahasimanana dit Rossy sont venus nombreux présenter leurs condoléances à la famille de leur camarade.
Des questions
Ce geste du ministre a donc suscité de nombreuses réactions notamment en ce qui conserne la décoration. Beaucoup se sont posé la question comme quoi le ministre fait-il de la discrimination ? Quel genre d'artiste mérite d'être décoré à sa mort ? Puisqu'il n'est plus à rappeler que le ministre lui-même a couru pour décorer des grands noms de la musique ou d'autres disciplines lors de décès de ceux-ci. Or, même rendre un dernier hommage à Djaig, il ne l’a pas fait. Peut-être que ce dernier serait d’une condition humble tout comme le groupe dont il était membre? Une question pertinente qui mérite une réponse venant du ministre. Ce dernier qui, comme d'habitude, ne va faire aucun communiqué, car même lui n'est pas trop proche avec les journalistes culturels... Dommage!  A noter que ce n'est pas la première fois que ce ministre ‘commet’ une grave erreur de ce genre. Plusieurs artistes de renom décédés n'ont pas également mérité de décoration de la part du ministre. En fait, ce n'est pas vraiment la distinction qui est la plus importante mais le respect qu'on doit à l'artiste après tout ce qu'il a réalisé pour l'art et la culture en général. En tout cas, l’inhumation de cet artiste s’est déroulée dans l'après-midi d'hier à Anjomakely Andohaony Bongatsara, en présence de la famille, du groupe Spesialista, des amis et quelques artistes.
T.A.

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Editorial

  • Quelle chance !
    Coup de théâtre ! Ravalomanana Marc n’est pas candidat. Finalement, il décline l’offre des caciques du parti (TIM) et celle du RMDM (plate-forme de l’opposition) qui voulaient le propulser au starting-block à l’élection communale à Antananarivo prévue ce 27 novembre 2019. Le suspens aura duré jusqu’à la dernière minute, au son de cloche de la clôture. En fait, Ravalomanana mit à sa place un jeune de trente-trois ans, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, administrateur civil de son état et secrétaire général de la mairie en cours. Un illustre totalement inconnu du bataillon ! Apparemment, Ravalo a omis de consulter l’état-major du parti, entre autres les députés. Il les a mis devant le fait accompli.  

A bout portant

AutoDiff