Publié dans Culture

Taombaovao malagasy - Célébré sous le signe de la fraternité

Publié le lundi, 19 mars 2018

Au fil du temps, la manifestation a pris de l'ampleur et plusieurs Malagasy sont de plus en plus captivés à célébrer leur propre nouvel an.  Cette année, le nombre de participants a fortement augmenté et apparemment, beaucoup de personnes se sont donné rendez-vous à Mahamasina pendant deux jours pour célébrer ensemble le Taombaovao malagasy. Samedi, une grande estrade était placée juste devant l'entrée du stade pour les diverses animations.

Petits et grands étaient présents pour découvrir leur propre culture et savoir à quoi ressemble un réveillon à la Malagasy, à l'occasion du nouvel an malagasy. Ainsi, dans l'après-midi, vers 17h30, les membres au sein du « Adivory Fito Sosona », organisateur de l'événement, ont allumé le fameux « Afo tsy maty » ou feu éternel pour marquer le début de la fête. Pendant ce temps, plus de 500 lampions en papier ont été distribués pour la marche qui a fait le tour de Mahamasina.
Antananarivo a donc brillé de mille feux pendant quelques minutes et les gens ne se sont pas gênés de chanter. De plus, la grande parade a été menée par une fanfare de « Mpitsoka mozika ». Un vrai festival de bruit et de couleur. « Les participants ont augmenté de 100 % cette année. L'événement commence à intéresser les gens et franchement, on ne s'attendait pas à ça. Artistes, poètes, musiciens, mpikabary, plusieurs acteurs culturels et bien sûr des simples citoyens ont marché ensemble, lampions dans les mains, pour montrer la fraternité entre les Malagasy », explique Sandy Hasimbola, membre du comité d'organisation. Ceux qui étaient présents ont donc passé un réveillon exceptionnel. Danses, chants et poèmes étaient au menu, et à part les artistes membres du Vamm ou « Vondron'ny artista mandala ny maha malagasy », d'autres musiciens et poètes se sont joints à la manifestation en jouant quelques morceaux et faisant des déclamations de poème. Tout le monde a dansé, chanté, mangé jusqu'à 5 h du matin et bien sûr, à minuit, place aux félicitations pour le nouvel an.
Absence du ministre de la Culture
Hier, la cérémonie officielle a débuté à 9h du matin en présence des invités. Toutes les régions de la Grande île étaient représentées et tout le monde était habillé de façon bien gasigasy. Ponctués par des prises de parole, les messages véhiculés étaient plus concentrés sur la valeur de la culture et cette pratique. Ceux qui prenaient la parole avaient donc encouragé le Gouvernement sur la promotion du Taombaovao malagasy pour qu'il devienne un événement national. Encore une fois, aucun représentant du ministère de la Culture n'a été présent lors de la manifestation malgré les tonnes d'invitation qu'on leur a envoyées. Le ministre Jean Jaques Rabenirina, qui se dit être un fer de lance de la culture malagasy, n'a donc pas pris la peine de venir sur les lieux pour encourager les organisateurs. Un vrai manque total de respect! Par ailleurs, après les prises de parole, ceux qui étaient présents ont pu goûter au fameux Tatao, riz couvert de lait et de miel, une distribution marquant la sagesse des Malagasy contenue dans le concept du « Fihavanana ». Sans oublier la distribution du Jaka ou « Hena manitra » pour les Zokiolona. Mais le plus important dans le nouvel an malagasy est la bénédiction. L’Ampanjaka Antemoro Anakarana a prononcé la bénédiction pour que la nouvelle année apporte prospérité, abondance et bonheur pour les jours à venir. Ceux qui n'étaient pas présents ont pu savoir un peu plus sur la tradition en suivant une émission spéciale dédiée au Taombaovao malagasy sur la chaîne de télévision nationale.
Tahiana Andrianiaina

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Editorial

  • Quelle chance !
    Coup de théâtre ! Ravalomanana Marc n’est pas candidat. Finalement, il décline l’offre des caciques du parti (TIM) et celle du RMDM (plate-forme de l’opposition) qui voulaient le propulser au starting-block à l’élection communale à Antananarivo prévue ce 27 novembre 2019. Le suspens aura duré jusqu’à la dernière minute, au son de cloche de la clôture. En fait, Ravalomanana mit à sa place un jeune de trente-trois ans, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, administrateur civil de son état et secrétaire général de la mairie en cours. Un illustre totalement inconnu du bataillon ! Apparemment, Ravalo a omis de consulter l’état-major du parti, entre autres les députés. Il les a mis devant le fait accompli.  

A bout portant

AutoDiff