Publié dans Culture

Ambondrona à Antsahamanitra - Les deux dates de concert affichent complet !

Publié le lundi, 26 mars 2018

La bande à Beranto a encore une fois démontré qu'ils sont et resteront la locomotive du rock à Madagascar. Deux concerts à cartons pleins, on s'attendait à ça depuis le début puisque quelques semaines avant les shows, les réservations étaient déjà à sec. Bref, Ambondrona, ses fans et Antsahamanitra c'est une vraie histoire d'amour. Les retrouvailles étaient électriques et les deux côtés ont passé des moments heureux ensemble.

Depuis ses débuts, le groupe partage une relation privilégiée avec ses inconditionnels et comme l’ont prouvé hier ces derniers, cette histoire d’amour est encore très loin de son dénouement. Public de tous âges, il y a ceux qui ont préféré venir pendant les deux dates pour se rassurer qu'ils n'ont rien raté. Filles, garçons, petits et grands se mettaient devant la scène, mains en forme de corne de zébu pour apprécier leurs stars préférées. Depuis le début du show jusqu'à la fin, l'ambiance a été au rendez-vous et les effets lumières et la sonorisation qui étaient au top ont beaucoup contribué au succès des concerts. Côté répertoire, toutes les chansons de la formation étaient revisitées par Kix et compagnie.
Hymne
Et comme d'habitude, à chaque début de mélodie de chaque morceau, le public se met à crier de toute sa force en chantant à haute voix les paroles connues par coeur. Le micro était effectivement tourné vers l'assistance, pendant que Kix s'amuse à accompagner Beranto et Honty à la guitare. Le point fort du groupe est sa capacité à jouer en harmonie et à improviser pendant la prestation. Charmeur qu'il est, Kix de droite à gauche remplit la scène et anime tout Antsahamanitra. On se bouscule même pour pouvoir toucher la main du leader vocal. Du slow comme le hard, petits et grands prennent du plaisir à lever leur main tout en chantant les fameux morceaux comme « Havaoziko ny eny », « Tiako hitoetra » ou encore « Ny fitempon'ny foko ».  Les titres composant le répertoire sont repris à tue-tête. Les paroles résonnent comme des hymnes dans le public. Ça bouge dans tous les sens et tout le monde est dans le même état d’esprit. En effet, les années sont passées  mais pour les compagnons de scène d’Ambondrona, rien n’a changé. Ils gardent toujours l’allure de jeunes adolescents. Et cela ne semble déranger en rien leurs fans, tant que Beranto, Honty, Blanc, Kix et Ranto leur chantent leurs grands succès avec autant d’enthousiasme et avec la même euphorie ! Une aventure qui n'est pas prête de s'achever puisque les fans ont besoin du groupe. Et même s'il y avait une troisième date, le théâtre de verdure pourrait encore être noir de monde.
T.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff