Publié dans Culture

Musique en deuil - Clarisse de Ny Voanio est partie rejoindre les étoiles

Publié le mardi, 17 avril 2018

Une grande figure de la musique locale vient de nous quitter à l'âge de 71 ans. Il s'agit de Rasoloharilala Sahondrarisoa Clarisse, un membre fondateur du groupe Ny Voanio. Elle était une personne très appréciée dans le monde de la culture et de la musique en particulier. Selon l'explication de la famille, elle a trouvé la mort à l'Hopitaly Be à Toamasina après avoir combattu la maladie depuis quelque temps. « Elle avait toujours un problème de respiration. Après avoir fait une crise, elle a été transportée à l'hôpital.

Et arrivée sur place, l’on a constaté quelle avait une maladie du coeur. La famille a tout fait ce qu'elle devait faire en tentant l'impossible mais Dieu l'a voulu ainsi », explique Sylvain Rakoto, membre de la famille. Une chose est sûre, elle sera inoubliable et laisse un grand vide dans la formation. Comme la chanson qui a beaucoup fait parler d'elle et surtout de la formation le dit, « Je ne peux pas t'oublier... », beaucoup ont regretté sa disparition et s'est souvenue d'elle comme une femme exceptionnelle qui aimait ce qu'elle faisait.
Programme
Elle partageait sa passion pour la musique avec ses sœurs sans pour autant laisser de côté son travail. En effet, elle a occupé le poste d'opératrice téléphonique chez Telecom Malagasy, devenu Poste Malagasy depuis 40 ans. Après sa retraite, elle occupait le même poste chez Telma Madagascar. Née le 4 septembre 1947, elle a depuis son enfance été passionnée de musique. Mais ce n'est qu’en 1965 qu'elle intègre son premier groupe Ny Voanio avec ses soeurs entre autres, Fara, Monique. Dans la formation, il ne restait plus donc que cette dernière (3ème voix) puisqu'avant Clarisse, Max, Fara quittèrent aussi la terre pour rejoindre les firmaments. Concernant le programme, après une veillée mortuaire au domicile de son fils au Jovena Ambalamanasy Tamatave, son corps sera ce jour transporté à la Mairie de Tamatave pour que les fans de la ville et ses alentours puissent lui rendre un dernier hommage. Le mercredi, la dépouille quittera Tamatave à destination de la Capitale. Et c’est la décision du président du syndicat des artistes qui définira si elle sera emmené au Kianjan'ny Kanto ou bien au Tranompokonolona Analakely. Les négociations sont encore en cours à l'heure où nous écrivons cet article. La levée du corps aura lieu le vendredi 20 avril prochain suivie d’un office religieux sera donné avant la mise en terre à Sabotsy Namehana. La Vérité présente ses condoléances à sa famille.
Tahiana Andrianiaina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff