Publié dans Culture

Poetic Lover à Madagascar - Décevant…ou pas !

Publié le mardi, 22 mai 2018

Beaucoup attendaient avec impatience la venue du groupe Poetic Lover à Madagascar. Une grande première pour le public de la Grande île de les voir, et vice versa…Malheureusement, les feedbacks n’étaient pas vraiment positifs. Décevant, c’est ce que beaucoup ont qualifié les retrouvailles, que ce soit lors du concert au Carlton ou encore à Antsahamanitra, respectivement le vendredi et samedi 18 et 19 mai derniers. Mal organisé, sonorisation et scène insatisfaisantes, prestation qui laisse à désirer, beaucoup de critiques ont été lâchés par les fans qui ont été quand même nombreux à assister aux deux dates. Certains pensent que c’était à cause du fait que la tournée aurait pu n’avoir lieu, vu la situation politique qui prévaut dans le pays et que l’organisation a été faite à la va-vite.

Et apparemment, cela a eu ses effets. Au Carlton, le début du concert était prévu à 20h. Les inconditionnels devraient donc arriver tôt pour être certains d'avoir une bonne place et là, tout le monde était déjà bien déçu puisqu’on s’attendait à un grand show avec une grande scène bien décorée et des lumières partout mais, la décoration de la scène était très minimalisée. Après quelques minutes d’attente, le concert commence enfin vers 21h et l’organisateur a annoncé que le groupe Poetic Lover allait bientôt arriver.

Silencieux

En attendant, les guest de la soirée sont montés sur scène pour essayer d’animer. Un spectateur donne son point de vue : « Grace Loraine a chanté 5 chansons quasiment dans l'indifférence générale. Le chanteur c’est-à-dire Steph Rambi lui a succédé, avec un peu plus d'enthousiasme du public. Quoiqu'à un moment donné, il voulait faire participer le public, mais aucune réponse. Il a ainsi quitté la scène précipitamment, après un : vous n'êtes pas là en fait!, on le sentait vexé, il n'a pas terminé jusqu'au bout son dernier morceau, il a souhaité une bonne soirée puis quitte la scène ». L’organisateur sûrement vexé et non amadoué est à nouveau monté sur scène, en lançant les « gars » seront là dans 15 mn, en attendant, nous allons chauffer la salle avec un Dj... Musique, et personne sur la piste. Il a repris le micro et a demandé au public de venir sur la piste mais toujours rien. Après plusieurs minutes, elle a enfin accueilli les deux premières fêtardes, suivies timidement d'autres. Une trentaine de personnes ont ainsi envahi la piste, au grand soulagement de l'équipe organisatrice sans doute. Après quelques minutes d’attente, encore une fois, des timides « y en a marre d’attendre », des désapprobations et impatience s’entendent dans la salle. Carry Kani, Jay Kani, Dré et Little T ne sont donc s sur scène que vers 23h18. Et encore une fois, beaucoup se sont plaints notamment ceux qui se sont assis devant. Ils n'ont eu droit qu'aux dos et aux cheveux bien coiffés des filles qui se sont précipitées juste devant la scène pour mieux voir les chanteurs. Sans aucune considération pour ceux qui sont assis derrière eux. Du coup, il fallait se lever aussi pour pouvoir voir ce qu'il y avait sur scène. Aucune raison en effet d’avoir acheté les places assises devant qui, en passant, coûtaient plus cher que celles de derrière. Et la surprise ne s’arrête pas là, après dix chansons, soit une cinquantaine de minutes après, les Poetic Lover ont annoncé la fin de leur show, sur le tube des Boyz II men « End of the road ». Et c'était la fin de la route en effet! 

Mal organisé

A Antsahamanitra, c’était encore pire. Un autre fan de dire : « J'étais fan, c'était mon adolescence et mes premières années fac! Donc, je m'attendais à revivre un très bon moment de doux souvenirs, et j'y ai mis le paquet... mais grosse déception. J’aurais mieux fait de ressortir ma vieille cassette et de repasser en boucle les clips sur YouTube, franchement. Nous n’avions eu droit qu’à un semblant de scène, avec des tissus noirs en fond de scène, deux tables de DJ, une moquette rouge cramoisie rabougrie, et …. le vide total ». Effectivement, faut-il se l’avouer, nous avons connu mieux, venant de l’organisateur. En première partie, nous avons eu droit à un Mr Sayda qui balançait sur scène « Haut les mains pour ceux qui aiment du feeling gasy, nous ne sommes pas Poetic Lover », carrément en malgache. Un geste pas très diplomate quand tu fais la première partie de ce groupe dont tu parles, dans ta langue natale, bien claire pour qu’ils ne s’en rendent pas compte ! Suivi de Marion qui a mis de l’ambiance, juste ce qu’il faut pour accueillir les Poetic Lover. Voici donc, que les 4 compères montent sur scène, de blanc et de noir vêtus, dans des tenues dans l’air du temps, plus « décontractés » dans leur façon d’être que dans mes souvenirs. Oui, 20 ans après, ils sont plus « beaux », plus modernes et moins sérieux… dans le sens sympa du terme. Comme annoncé lors de leur conférence de presse, ils se sont lancés dans des interprétations d’autres artistes, et ont également repris leurs plus grands tubes pour le public d’Antsahamanitra. Des prestations vocales, là il n’y a guère à discuter, oui ils le maîtrisent, mais sur des sons de DJ tout fait, sur une sonorisation plus que médiocre, avec des balances plus que déplorables. Beaucoup ont pensé qu’il n’aurait pas été très difficile de trouver des musiciens capables de jouer leurs morceaux, et mettre un peu plus de « contenu » dans cette prestation déjà presque « vide de tout ». Quoi qu’il en soit, beaucoup y ont trouvé du plaisir et chanté à tue-tête les morceaux du groupe. 

Recueillis par Tahiana Andrianiaina

Fil infos

  • Ministère des Affaires étrangères - Naina Andriantsitohaina prend congé de ses collaborateurs
  • Fondation d'Andry Rajoelina - Feu vert de la HCC
  • Changement climatique - Madagascar parmi les plus vulnérables
  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants

La Une

Editorial

  • Etat riche !
    Ntsay Christian, le Premier ministre de consensus, dès le moment où il débarqua à Mahazoarivo, au palais de la Primature, jugea nécessaire l'assainissement de l'Administration. Dans le viseur du PM, le patrimoine de l'Etat dont le parc automobile se trouve, en premier lieu, en ligne de mire. Nanti d'une volonté politique inébranlable, le nouveau Premier ministre a eu le courage d'ouvrir la boîte de Pandore.  

A bout portant

AutoDiff