Publié dans Culture

Dadagaby - L’îcone du Vakodrazana s’est éteint

Publié le jeudi, 31 mai 2018

Triste nouvelle, une légende s’est éteinte. Dadagaby ou Gabriel Rakotomavo de son état civil qui a été hospitalisé depuis une semaine à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavolona a fini malheureusement par lâcher, il nous a quittés, dans la matinée d’hier. Dans les actualités d’hier, nombreux journaux ont encore démenti sa mort étant donné que des rumeurs ont circulé notamment sur les réseaux sociaux.

Désastreusement, la légende du folklore malagasy a fini par perdre la vie. Le ciel est sombre et la culture malagasy est de nouveau en deuil, la musique malagasy, plus particulièrement le monde du Vakodrazana et le groupe Ny Voninavoko sont devenus orphelins car il a perdu un de ses piliers, plus qu’une star, il était un patrimoine national. La famille a tout fait pour qu’il retrouve la forme mais malheureusement Dieu a voulu ainsi, de plus sa maladie qui l’a affaibli depuis trop longtemps a fini par faire tomber le grand Dadagaby. Pour rappeler les faits, il a été victime d’hypertension depuis quelque temps et d’une augmentation du taux de cholestérol et a été hospitalisé pour ces raisons. Aprè avoir suivi des séances d’acupuncture, son état de santé s’est amélioré mais Dadagaby a malheureusement fait ces deux chutes et a été de nouveau hospitalisé. Après avoir été emmené à l’HJRA, dans le service réanimation, il est tombé dans un coma profond depuis  lundi jusqu’à hier où il a quitté la terre pour rejoindre les firmaments.  Hier, son fils Christian Tsilavina a fait une déclaration officielle sur son compte personnel affirmant que son père est vraiment mort. « C’est avec une grande tristesse que j’annonce la mort de Dadagaby. Il nous a quittés vers 5 du matin, les médecins ont fait tout ce qu’ils ont pu mais malheureusement, ses maladies ne l’ont pas lâché, il a fini par succomber », confie- t-il.
Immortelles œuvres
Selon les membres de la famille, il avait eu un problème de tension depuis 2002. Il a été victime d’un grave accident cardiaque et a dû prendre des médicaments à vie.  Beaucoup se souviendront de cet homme comme un généreux mais aussi d’un personnage qui a beaucoup aimé sa culture et son pays. Il a passé toute sa vie à promouvoir la culture à travers ses chants et danses dont lui-même était professeur. Avec le Vakodrazana, il a réussi à faire le tour de la Grande île à travers des tournées mais aussi à l’étranger. « Raozy mavokely », est la chanson que le public, même de la nouvelle génération, connait. Ses œuvres resteront en tout cas immortelles. Qui  ne connaît pas les chansons « Voninavoko », « Zaza mitomany », « Raozy Mavokely », « Mananjary », « Itondray tsikitsiky », « Iza ireo » ... ? Pour ne citer que ces quelques morceaux tellement connus que la plupart pensent que ce sont des chansons traditionnelles malagasy ! Leur auteur-compositeur-interprète n’est autre que le génie de l’écriture et de la composition à savoir Gabriel Rakotomavo dit Dadagaby dont certaines de ses compositions sont interprétées aujourd’hui par des artistes de renommée tels que Rossy, Hanta ou encore Erick Manana. Il était sans doute l’ambassadeur artistique par excellence. Il a été en plus le représentant du patrimoine culturel immatériel de la Grande île. Depuis le début des années soixante, il a parcouru le monde pour montrer la richesse et la beauté de notre folklore. Réunion, France, Inde, Suisse, Grande-Bretagne, Allemagne et Etats-Unis sont quelques-uns des pays où l’on s’est émerveillé devant le talent de Dadagaby et de sa troupe dont il était l’âme. Comme petite anecdote, il a confié avoir déjà remplacé une dizaine de fois son passeport à cause de ses fréquents déplacements extérieurs. En tout cas, le programme pour les veillées funèbres et l’enterrement n’ont pas encore été dévoilés, la famille en communiquera le grand public prochainement.
Tahiana Andrianiaina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff