Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Culture

Jazz@Tohatohabato - Une clôture en apothéose à Analakely

Publié le dimanche, 03 juin 2018

Chaque année, l'événement se professionnalise et attire de plus en plus de public. Malgré qu'il n'y ait pas eu d'invités internationaux, les mélomanes étaient toujours au rendez-vous et on sent vraiment une belle tension et communication entre les artistes et le public qui n’était pas forcément amateur de ce genre musical. Ainsi, pendant 4 jours, les artistes, musiciens malagasy ont donné la meilleure d'eux-mêmes sur scène en jouant non seulement pour le plaisir de l'assistance mais surtout pour leur propre plaisir.

Une occasion pour les musiciens de s'auto-évaluer et de se surpasser en conséquent. Bien qu'ils soient nombreux à y participer, et ce dans plusieurs endroits et dans les divers concepts, ils avaient chacun leur propre style qui leur rendait unique. Que ce soit à la basse, aux instruments à vent, à la guitare, à la batterie ou bien au piano, chaque musicien avait chacun sa sauce à lui dont il est le seul à disposer les ingrédients.
De l'ouverture avec la participation des Jazz Kids, jusqu'à la clôture du Jazz@Tohatohabato hier à Analakely, le inconditionnels ont été servis de bonne musique, d'improvisation à ne plus en finir et de bonne humeur. A chacun sa façon de jouer, à chacun son « grimasse » et à chacun sa technique. Le rideau est tombé sur la manifestation nationale mettant à l'honneur le jazz à Madagascar. Comme à l’accoutumée, c’est à travers une tribune en plein air et à entrée gratuite que la manifestation a tiré sa révérence. Plusieurs groupes déjà connus dans le domaine ont participé à la fermeture de la manifestation.
Epoustouflant
On cite entre autres Rainitely qui a ouvert le bal, Centre Alabri Miarinarivo, Finoana Quartet, Les Saxophoneuses, Jazz Club Cgm, Full Vao Band, T-Vibes, Jazz Quart, Fanja Andriamanantena ou encore Faniah. Ce qui a rendu exceptionnel cette clôture était surtout la participation de Tsiliva, qui ne faisait pas de Jazz mais qui a joué pour le plus grand bonheur du public. Ceci pour témoigner que malgré l'objectif du Jazz@Tohatohabto qu'est la promotion de ce genre musical, il s'ouvre également dans d'autres genres. Ce dernier a donc fait vibrer le public plongé dans le froid mais qui s'est quand même amusé. L'événement était d'ailleurs gratuit, tout le monde ne s'est gêné d'encercler la grande scène placée juste devant le Cercle Germano-Malagasy (Cgm), en face de l'escalier d'Antaninarenina. Quoi qu'il en soit, c'est toujours un réel honneur pour les jeunes musiciens ou les vieux briscards de s'aventurer sur la grande scène du Jazz@Tohatohabato. Une occasion pour eux de montrer ce qu'ils ont dans le ventre mais aussi de partager des expériences et déjà de se préparer pour l'édition prochaine. L’un des objectifs de l'événement étant de confronter et de mettre en rapport les artistes locaux, les amateurs, venus nombreux, dans tous les sites, et même en provinces. Musiciens et chanteurs n’ont effectivement pas chômé. Ils se sont donné des conseils, partagé leurs expériences et leur savoir et concocté des duos, des trios, des quartets… Tous ceux qui se sont rendus à Analakely, pour le bouquet final, samedi dernier, ont ainsi pu apprécier un show à la hauteur de leurs attentes. Le dernier jour a tout simplement été époustouflant. Un vrai régal ! Ce ne sont pas ceux qui étaient sur place qui vont dire le contraire.
T.A.

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff