Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Culture

Randrianarisaona Faratahiana - Une artiste qui chante pour la bonne cause

Publié le dimanche, 24 juin 2018

Nombreux sont les célèbres artistes qui œuvrent pour la bonne cause. Ils utilisent leur talent pour venir en aide aux nécessiteux notamment en organisant des grands concerts afin de récolter des fonds ou encore d’autres événements. L’auteur et compositrice Randrianarisaona Faratahiana connue sous le nom de scène Tahiana fait partie de ces gracieux artistes qui utilisent leur savoir-faire pour aider les vulnérables. Née à Antananarivo mais habitant depuis plusieurs années en France après avoir été élevée au Kenya et en Tanzanie, la chanteuse a après avoir effectué ses études  s’est rapidement plongée dans la musique professionnelle. Amoureuse de la musique depuis sa tendre enfance, elle ne lui a fallu que quelques années pour sortir deux albums intitulés
« Count on me » et « Don’t complain » avec lesquels elle a pu faire le tour de l’Europe et du Canada dans les Festivals Country.

Le choix de son style de musique s’est par ailleurs naturellement acquis car depuis son enfance, elle a été bercée par la country au son de Kenny Rogers, Emmylou Harris, Willie Nelson, Patsy Cline, Dolly Parton, Alan Jackson et bien d’autres artistes. Mais comme tous les autres artistes, elle écoute de tout notamment Bon Jovi qui figure parmi ses idoles. « J’écoute beaucoup Mahaleo également, j’adore particulièrement la voix de Fafa et les thèmes qu’ils abordent sont très importants », raconte l’artiste. Et malgré qu’elle ne soit pas dans la star système, durant toute sa carrière musicale, elle a eu l’honneur de recevoir l’Award du meilleur espoir féminin de la  FACM.
Un parcours digne
Elle a eu également l’immense chance de partager des scènes avec les plus grands noms de la Country musique comme Jo Dee Messina, Paula Nelson, la fille de Willie Nelson et bien d’autres encore. « Pendant mon parcours, plusieurs aventures m’ont particulièrement marquée. Mon énorme joie était de partager la gigantesque scène de Mirande en France parmi d’autres avec Michael Jones, mais aussi, de travailler et jouer avec lui dans mon 2e album », continue l’artiste. Ainsi, après avoir effectué une longue pause dans la musique, Tahiana revient en force avec un nouveau single intitulé « The bigred land », toujours en collaboration avec Michael Jones et dont elle a dédié au projet de rendre la dignité des êtres humains, car après tout, nous sommes tous égaux. « Avant d’entamer mon 3e album, j’ai décidé de faire une grande pause afin de profiter du beau cadeau qui a été offert à ma naissance : la vie. Il y a eu beaucoup d’autres choses à découvrir et à vivre. J’ai fait mon grand retour en Afrique en 2009 où j’ai laissé la musique de côté afin de découvrir de nouveaux métiers. Je n’ai pourtant pas cessé d’écrire car je savais que j’y reviendrai,
tôt ou tard, sous une autre forme », explique-t-elle. Par ailleurs, étant convaincue de la disparition de la misère à Madagascar, suite à de nombreux voyages  dans la Grande île, elle a décidé de mettre en lien la musique et le projet de rendre la dignité à l’être humain. Elle est d’ailleurs la fondatrice de l’association « Fahamendrehana » œuvrant dans l’humanité dont les initiatives sont et auront été pensées et accomplies de sorte qu’elles aient le maximum d’impact sur la population.  « Je m’assure de m’entourer de personnes motivées car nous lançons un projet qui n’est pas facile à réaliser. J’espère que de nombreuses personnes, la diaspora malagasy entre autres, marcheront à nos côtés… tous ces sans abris auraient pu être nous », conclut-elle.
T.A.

Fil infos

  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement

Editorial

  • De bons auspices
    Le régime IEM part d’un bon pied ! Sous une bonne étoile, Rajoelina semble débuter son pouvoir à la magistrature suprême du pays dans un cadre encourageant. Les signaux affichés sur le tableau de commande sont au vert pour ne pas le dire « à l’orange ». Tout commença par une élection présidentielle sans anicroche ni la moindre escarmouche. Une élection crédible et reconnue par …tous. Les deux finalistes, Rajoelina et Ravalomanana, après la proclamation des résultats définitifs par la HCC, se sont donné la main. Avec un score honorable et sans appel de 55,66 %, Andry Rajoelina gagna, haut la main, le scrutin. Et donc, une alternance par la voie royale des urnes et où la démocratie jouit de son plein droit. « Zandry Kely » se débarrassa définitivement de l’étoffe de « putschiste » qu’on lui avait taxé injustement depuis la Révolution Orange de 2009.  

A bout portant

AutoDiff