Publié dans Culture

« Tsy ny vary no very fa i Madagasikara » - Un film sur la triste réalité de la vie dans la Grande île

Publié le lundi, 23 juillet 2018

Le cinéma, tout comme la musique est le moyen de communication le plus utilisé et efficace pour transmettre des messages ou illustrer la réalité dans la vie d’une société. Certes, nombreux sont les films qui adoptent déjà cette manière d’enrichir les scénarios par le quotidien de la population, mais peu de réalisateurs osent vraiment exposer les « mélis-mélos » dans le pays ni encore exposer les sources des problèmes et enfin proposer des solutions ou encore apporter des initiations au développement. Parmi ces films qui racontent l’histoire du pays figure « Tsy ny vary no very fa i Madagasikara », une œuvre produite par Voltage production en collaboration avec l’antoko PSD, qui a été présentée en avant première au Skandal Buffet Ankorondrano samedi dernier durant une soirée spéciale.

Un titre qui en dit déjà long et qui, effectivement, pointe du doigt tout ce qui ne va pas dans le pays, sans avoir une visée ou quelconque tournure politique. En effet, le film relate l’histoire de Madagascar, de la règne de Philibert Tsiranana jusqu’à aujourd’hui où le pays est dans la décadence totale. Riche en information avec un très bon jeu de rôle des acteurs dont Eliana Bezaza, petite-fille même du Président Philibert Tsiranana et secrétaire nationale du parti PSD occupe le personnage principal.
Histoire
En effet, le film parle entre autres de l’histoire de feu Président Philibert Tsiranana qui est un personnage politique éminent et méritant le surnom de « père de l'indépendance » ainsi que ses projets pour développer le pays. « Ne jamais mourir de faim ni de maladie son peuple, tel était le principal objectif de l’ancien Président. Il a toujours cherché des moyens pour épanouir les Malagasy. Il a créé plusieurs systèmes bénéfiques pour les citoyens malheureusement, la première République malagasy fut renversée lors d’évènements qui eurent lieu en mai 1972 et tous ses projets étaient tombés à l’eau. Il n’avait plus droit à la parole et par malheur, c’est à ce moment que le déclin de Madagascar a commencé. C’est donc ainsi qu’il a écrit et illustré en photo le « Tsy ny vary no very fa i Madagasikara », explique le producteur. Certainement, Madagascar avait ses valeurs pendant la Première république, l’union des compatriotes et la paix régnaient et tout le monde se prenait soin les uns des autres. Contrairement à ce que nous vivons aujourd’hui : les Malagasy baignent dans la misère, raison pour laquelle tous les actes de barbarie voient le jour dans tout le pays. Plus de « Fihavanana », un fils est prêt à tuer son père pour de l’argent. C’est donc cet aspect que le film essaye de faire passer à travers des belles images et scénarios inspirés de faits sociétaux dans la vie quotidienne des Malagasy. Trafic d’ossements humains, prostitution, vol et viols ou encore les vindictes populaires y sont parlés.
Projection
En tout cas, le film a attiré le regard du public venu apprécier cette grande première en haute résolution. « Le film est riche en information et beaucoup sont les mystères qui ont été dévoilés dans le film dont les Malagasy ne connaissent même pas. Beaucoup d’éducation à tirer, un long métrage qui nous apprend à mieux construire le futur », clame un invité de la soirée.  Le film a été réalisé pendant plusieurs mois notamment à Antananarivo et à Mahajanga. Après la diffusion en avant première, le grand public pourra apprécier le film au cinéma Ritz Analakely le 28 juillet prochain. Après la Capitale, l’œuvre fera le tour des régions pour d’autres projections.
Tahiana Andrianiaina

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent

Editorial

  • Quelle chance !
    Coup de théâtre ! Ravalomanana Marc n’est pas candidat. Finalement, il décline l’offre des caciques du parti (TIM) et celle du RMDM (plate-forme de l’opposition) qui voulaient le propulser au starting-block à l’élection communale à Antananarivo prévue ce 27 novembre 2019. Le suspens aura duré jusqu’à la dernière minute, au son de cloche de la clôture. En fait, Ravalomanana mit à sa place un jeune de trente-trois ans, Ny Riana Tahiry Randriamasinoro, administrateur civil de son état et secrétaire général de la mairie en cours. Un illustre totalement inconnu du bataillon ! Apparemment, Ravalo a omis de consulter l’état-major du parti, entre autres les députés. Il les a mis devant le fait accompli.  

A bout portant

AutoDiff