Publié dans Culture

« Glita be » - Une 8ème édition s’annonçant toujours plus promettante

Publié le jeudi, 02 août 2018

Les amoureux de six cordes et de la musique à la sauce « Gasigasy » seront de nouveau ravis. Le concept « Glita be » est de retour avec sa 8ème édition qui promet toujours d’être exceptionnelle et ennivrante avec la même formule mais certainement avec d’autres chansons dans le répertoire. La guitare sera ainsi à l’honneur et le Palais des sports sera, le temps d’un après-midi le « Tamboho » sur lequel inconditionnels et artistes joueront les incontournables morceaux joués depuis toujours avec cet instrument.

L’idée est tout simplement de réunir sur une même scène des artistes issus de différentes générations mais réunis par la même passion pour la six cordes. Des vieux briscards comme Tselonina, Benny et Bebey ou encore Njila se joignant avec les jeunes Kiady, Fara Gloum, Lilie ou encore Jovin et Nini, l’ambiance ne peut qu’être mixte.
Folk
Armés de leurs guitares, ils interprèteront les chansons  qui, malgré le temps, restent toujours dans le cœur de tous. « En fait le concept est de jouer ensemble tous les morceaux qui ont été créés et chantés à la guitare. Chose qu’on ne peut pas faire pendant seulement un spectacle d’où la continuité du projet. On a voulu mettre sur pied cette idée car nous savons bien que les malgaches aiment tout ce qui est folk et que malgré ça, on n’a pas souvent l’occasion de voir des spectacles de ce genre. On a donc voulu, d’un coup, réunir tous les pratiquants sur une même scène et de faire vivre un moment fou mais surtout nostalgique au public. Les retrouvailles vont remuer beaucoup de souvenirs et l'idée de faire partager tous les moments de bonheur s’imposera d'elle- même », explique Rija Ramanantoanina, artiste participant mais également tête pensante du projet.
60 chansons
A part les propres chansons de chaque artiste, les morceaux du temps de Rasamy Gitara, Tanisa, Bouboul, Rambao ou encore de Razilinah seront interprétés de façon plus vivante. Pour cette 8ème édition, de nouvelles chansons viendront s’ajouter à la liste, cependant, il y a des titres incontournables dont la formation est obligée de chanter à chaque prestation. Au total, 60 chansons seront fredonnées pour l’occasion. Pas de chance que l’assistance reste, ne serait-ce qu’une seule fois, muette puisque tous ces titres sont connus par cœur de tous. Il y aura même un moment où l’on se souviendra l’existence d’un ou deux morceaux au moment où le groupe le chantera. Les répétitions s’enchaînent déjà et apparemment, tout le monde est déjà prêt pour le grand jour. Gasy Events, organisateur du show de son côté, promet un moment exceptionnel à tous. Rendez-vous donc ce dimanche 5 août à partir de 15 heures dans « Glita be » avec la participation de Njila, Benny, Bebey, Luc, Mahery, Rija Ramanantoanina, Lilie, Nini Kolibera, Samoela, Gothlieb, Fara Gloum, Tselonina, Davis, Jovin et Kiady.
Tahiana Andrianiaina

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff