Publié dans Culture

Festival Sobahya - Réussite de la quatorzième édition

Publié le mardi, 07 août 2018

Une réussite. C’est ce que l’on peut dire du festival Sobahya qui a eu lieu la semaine dernière à Katsepy. L’ouverture officielle samedi, a vu la présence d’un aréopage de personnalités aussi bien civiles que militaires. De plus, une délégation de l’Inner Wheel Virmont –Belgique est venue assister et participer à la festivité. L’ancien sénateur et non moins académicien Soudjay Bachir Adehame est à l’origine du festival Sobahya, du nom de ce morceau tissu porté pas les rois, la famille royale ou encore pour les grandes occasions. « Cesaire Rabenoro alors président de l’académie malagasy m’a suggéré de faire connaitre les traditions vestimentaires des Sakalava et plus particulièrement des Antalaotsy, a-t-il expliqué. J’ai hésité entre le Sobahya de couleur rouge et orangé, le Deboany, plus violacé et le Dahalany, de la soie de Chine que ma mère avait l’habitude de porter mais après, mon choix s’est fixé sur le Sobahya ». Le premier festival a eu lieu en 2003, et cette année c’est la quatorzième édition.

A lui d’expliquer  « En comptant les années, le festival  devrait être au seizième, mais il y a eu deux années d’absence. Ce festival se tient à Katsepy, la porte du Marambitsy chaque année, et est un rendez-vous culturel ». Danses et chants traditionnels animent le festival et les participants arrivent des quatre coins  des Districts de Mitsinjo et Soalala, ainsi que Mahajanga. Mitsinjo et Soalala sont le berceau des Sakalava Antalaotsy. Originaire du golfe arabique, la population reste en majorité musulmane et a aussi gardé l’animisme et le culte des ancêtres. Les Ampanjaka Bemazava et Bemihisatra y cohabitent en toute fraternité, bien que l’Ampanjaka Amina reste la plus vénérée, étant elle-même la tante ou Angovavy de l’Ampanjaka Bemihisatra.
Bachir Soudjay Adéhame est egalement à l’origine de l’Akiba ou musée renfermant l’histoire, les traditions et la culture des Sakalava Boeny,  en partant de Maintirano jusqu’à Ambanja dans le Sambirano. Ce musée a été inauguré samedi lors de l’ouverture officielle du festival Sobahya. Construit à Katsepy, il a été financé en totalité par Bachir Soudjay et sa famille. L’idée a germé après la première édition du festival Sobahya, dit-il, et j’ai commencé à réunir les pierres (ndlr les blocages pour la construction). En même temps, j’ai dû aussi financer les études de mes enfants, alors la construction a pris du temps, et n’a été achevée que cette année. Par ailleurs, il lance un appel à tous ceux qui ont des documents, des vestiges ou encore des objets qui font partie des cultures et traditions sakalava Antalaotsy pour enrichir le musée. Questionné sur l’architecture de ce musée, il a répondu que les Antalaotsy étant d’ascendance musulmane, un de leur lieu saint est la moquée de Al Aqsa, à Jérusalem. A lui de rappeler que les trois grandes religions monothéistes (judaisme, christianisme et islam) sont toutes originaires du Moyen-orient et que les Antalaotsy ont gardé leur religion. Il est donc tout à fait normal qu’un musée qui leur est dédié ait la forme de la mosquée d’Al Aqsa.
La devise choisie cette année est « izay mitady tsy trobo haligno » litteralement que ceux qui recherchent ses origines  ne seront jamais perdus. Said Jaffar, chef de région Boeny de marquer qu’un peuple qui oublie son histoire, ses origines est un peuple perdu. Nous avons besoin de repère pour pouvoir avancer et nous développer, a-t-il dit. Il a également rappelé que ce sont nos différentes cultures qui font de nous des Malagasy.
Vanessa Zafimahova

Fil infos

  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs
  • Représentations extérieures de Madagascar - 18 postes d'ambassadeur, trois représentants permanents, trois consulats généraux  à pourvoir
  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

La Une

Editorial

  • Ntsay, le maestro !
     Au fil des jours, des semaines et mois, Ntsay Christian se confirme de façon incontestée à son poste. Qui aurait cru que cet ancien haut fonctionnaire du Bureau international du Travail (BIT)  en poste à Antananarivo serait encore là où il est, au palais de la Primature à Mahazoarivo. Nommé le 4 juin 2018 en tant que Premier ministre de « consensus », ce natif du grand Nord, 58 ans révolus, à la surprise générale, maîtrise les arcanes de l’Administration. Normalement, prévu pour ne durer que le temps d’organiser l’élection présidentielle anticipée, Ntsay y reste toujours un an et deux mois après et contre toute attente son aura augmente imperturbablement en envergure. Le mouvement des « 73 députés pour le changement » en avril 2018 porta un coup fatal pour le régime HVM de Rajaonarimampianina Hery. Trop habitués à … taper contre tout mouvement de contestation, Rajao et ses acolytes commirent l’irréparable ce jour…

A bout portant

AutoDiff