Publié dans Culture

Journée internationale du jazz - Les femmes à l’honneur

Publié le mercredi, 01 mai 2019

Tout au long de son histoire, le jazz est un moteur de transformation sociale positive et l’est encore aujourd’hui. C’est pourquoi l’UNESCO a créé  la journée  internationale du jazz. Depuis ses origines enracinées  dans l’esclavage, cette musique  a  fait  entendre sa voix  passionnée contre toutes les formes d’oppression. Elle est une langue de liberté qui parle au cœur de toutes des cultures. Tels sont les mots d’Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO de 2009 à 2017. A noter que Madagascar célèbre ladite journée depuis 2012. Cette année, la célébration est placée sous le thème « Jazz, femmes et développement ».

D'après le ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo,  c’est la première fois que ce département ministériel a participé à la célébration de la journée internationale du jazz. « Le jazz est une musique qui véhicule l’éducation, la paix, la fraternité, la liberté. C’est cette richesse qui nous captive. Ainsi, le ministère ne restera plus comme un observateur, quant à la promotion de la culture malagasy. Il y participera », avance le ministre. Chaque année, cet événement est marqué par un atelier de sensibilisation et initialisation au jazz pour les jeunes, un podium animé par plusieurs artistes et groupes reconnus, comme Rolf et Imiangaly, Mamy Robinson, Jazz Club du CGM,… Et un cabaret concert  au Kudéta Anosy  clôturait la journée.

Ainsi, une conférence- concert intitulée « Jazz, femmes, développement » a été au menu. Elle s’est tenue à la Bibliothèque nationale à Anosy et a vu la participation de Fanja Andriamanantena, Joëlle Claude, Zara Rajaonarisoa, Sity Rakoto, Antsiva Andriamasimanana ainsi que Nirindra Rafalimanana avec l’intervention des musiciens de l’Af jazz. Durant leur intervention, ces femmes, figures emblématiques du jazz à Madagascar et dans le monde, ont avancé leurs points de vue concernant leur  participation  ainsi qu’au développement de la communauté et le pays à travers toujours le jazz. Beaucoup pensent que la musique jazz est seulement faite pour les hommes mais la présence de ces femmes en témoigne leur volonté de promouvoir cette musique de la liberté.

Anatra R.

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff