Publié dans Dossier

Célébration du 8 mars - L’autonomie des femmes au premier plan !

Publié le jeudi, 09 mars 2017

Malgré l’annulation de la célébration nationale de la Journée de la femme, les diverses manifestations organisées dans ce cadre ont quand même pu se faire. Le concours de projets « Vehivavy mizaka tena ara-toekarena » a pu être mené jusqu’au bout. Une occasion pour les associations féminines des 4 coins de l’île de présenter des projets innovants pour une autonomie financière des femmes. Le village des talents au féminin ou « Vohitra kanto mihary » n’était pas en reste, cette semaine.

 

578 candidatures reçues. Le concours de projets « Vehivavy mizaka tena ara-toekarena », lancé le 12 janvier dernier par le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (Mppspf), a vu la participation de diverses associations de femmes issues des 22 Régions de l’île. Le concours, axé sur l’autonomisation des Femmes, surtout du côté financier, consiste à présenter un projet estimé à 20 millions d’ariary. Après les différentes étapes de présélection, les 18 meilleurs projets ont été présentés mardi dernier au Carlton à Anosy. La remise de prix aux 3 meilleurs projets s’est ensuite tenue hier, au lendemain du 8 mars. Rappelons que les 3 premiers prix s’élèvent respectivement à 20 millions, 10 millions et 5 millions d’ariary. Des sommes qui permettront de financer la réalisation effective des projets méritants, proposés par les associations des femmes primées.
« Ampela miray asa » à l’honneur !
Le sacre à l’association féminine provenant d’Ambovombe Androy. Le premier prix de ce concours initié par le Mppspf revient à « Ampela miray asa », laquelle a remporté le chèque de 20 millions d’ariary. Ladite association œuvre depuis 10 ans sur une pépinière afin de fournir divers jeunes plants ainsi que des arbustes fruitiers. « Avec ce soutien financier que nous venons de gagner, l’association pourra recruter 15 femmes de plus pour l’extension de notre projet. Nous allons également améliorer le système d’approvisionnement en eau en utilisant des puits modernes et des panneaux solaires. Bref, cette somme attribuée au premier prix servira de passer de la culture traditionnelle à celle moderne », avance Avisoa Aimée Rambesy, présidente de ladite association. Cette première responsable d’ajouter que « les jeunes plants, notamment les arbres fruitiers produits par la pépinière de l’association, sont très prisés à Ambovombe Androy. Les forêts s’y font de plus en plus rares ces dernières années ».
Un million d’ariary par association finaliste
Lors de la remise des prix qui s’est tenue hier au Carlton, les 15 autres associations finalistes du concours (outre les 3 premières) ont reçu chacune un chèque d’un million d’ariary venant de la Première dame. Un lot « surprise » qui a ravi les associations féminines, lesquelles ont exprimé leur joie par des remerciements et par des… danses. D’ailleurs, les autres partenaires techniques et financiers (Ptf) du Mppspf n’ont pas manqué d’attribuer des cadeaux, dont un smartphone avec crédit pour chaque association finaliste. Pour sa part, le Fonds des Nations unies pour la Population (Unfpa) a remis un chèque de 3 millions d’ariary pour assurer le suivi de la mise en œuvre des projets méritants. « Cela ne va pas s’arrêter à ce stade de concours. Le ministère envisage de chercher des financements pour la réalisation des restes de projets, lesquels sont tous innovants et contribuent à l’autonomisation financière des femmes », s’exprime Onitiana Realy, numéro un du Mppspf.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff