Publié dans Dossier

Michel D. Ramiaramanana - « La visite par les classes moyennes est un réel succès »

Publié le dimanche, 26 mars 2017

A l’issue de la deuxième édition du salon Asia-Io, Michel D. Ramiaramanana, président du comité d’organisation de l’évènement au sein de l’agence « Première ligne », a tenu à appuyer le réel succès du salon. Celui-ci s’est particulièrement distingué par la visite d’un grand nombre d’individus issus de la classe moyenne et de la mobilisation d’un grand nombre de jeunes.

 

La Vérité : Monsieur le président, quelles sont vos appréciations de ces quatre jours du salon Asia-Io ?

Michel D. Ramiaramanana : On a constaté que l’action marketing sur la distribution des invitations 0 ariary a été véritablement efficace. Nous avons vu une augmentation de 35% des visiteurs en seulement deux jours, et cela se traduit comme une augmentation sur tous nos évènements : Fim, Salon de l’habitat, Enjoy… Et quand nous avons effectué un sondage sur la qualité des visiteurs, nous avons remarqué que la visite des classes moyennes a été renforcée, et ce pour la première fois à un salon international dans la Grande île. Cela est pour nous un réel succès : nous avons pu convaincre les classes moyennes d’aller à la découverte de foires internationales. D’autre part, nous avons appris que des participants ont fait des ventes inhabituelles. L’Air Mauritius a vendu beaucoup de billets. Il n’y avait pas pensé. Hyundai a réussi à vendre des voitures et des moteurs hors-bords.

 La Vérité : Nous avons également remarqué une forte mobilisation des jeunes. Vos appréciations ?

Michel D. Ramiaramanana : Oui, en effet, et c’est  d’ailleurs la première fois qu’autant de jeunes se mobilisent. Nous pouvons dire que les jeunes sont véritablement convaincus de se mettre au diapason du développement économique annoncé. Samedi, il y a eu un grand nombre de jeunes qui sont venus assister à la conférence sur les zones économiques exclusives.

La Vérité : Des mots particuliers ?

Michel D. Ramiaramanana : Nous tenons à remercier premièrement les visiteurs, puis les exposants et les chancelleries qui ont fait de gros efforts et qui vont aussi développer leurs efforts pour la prochaine édition. Nous sommes reconnaissants de la mobilisation des ministères pour aller à la rencontre du public. Ils ont pu expliquer leur politique. Et puis après, c’est aux visiteurs de voir s’ils sont d’accord ou non…

Tiasoa Samantha

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs
  • Ecole nationale de la magistrature - La Cnidh exige une annulation des examens
  • Andry Rajoelina Pas d’excuses pour Rajaonarimampianina
  • Sefafi - Les caméléons politiques au pilori !
  • Epidémie de peste - Le pire est à venir
  • Team Building gouvernemental - Mahafaly Olivier Solonandrasana tacle Rolly Mercia

Editorial

  • Futiles doublons
    Madagascar, un archi-pauvre pays, se permet le luxe d’avoir deux ou trois instances administratives pour s’occuper d’un même secteur d’activité. Parmi les cinq pays les plus pauvres de la planète, la Grande île malmène les maigres possibilités financières entre ses mains. La notion d’austérité échappe totalement à nos pauvres dirigeants. Le peu que l’on dispose doit être géré scrupuleusement et consciencieusement. Trois grands domaines sont principalement touchés par l’ineptie du gaspillage de l’argent public : l’environnement, le tourisme et le transport. Des secteurs d’activités qui nécessitent, chacun pour leur part, une meilleure gestion. Les deux premiers, grands pourvoyeurs de devises, ont besoin d’un ensemble de stratégies bien ficelé. Tandis que le troisième, le transport, exige un traitement particulier. L’environnement, un patrimoine particulièrement riche et endémique qui ne demande qu’être traité de façon méthodique et rationnel, se trouve tiraillé par le ministère de l’Environnement et de la Forêt (Mef), d’une part, et…

A bout portant

AutoDiff