Publié dans Dossier

Showbiz et événementiel - Des jeunes s’adonnent à la culture des fesses

Publié le vendredi, 14 avril 2017

L’habillement constitue un des aspects de l’existence humaine et entretient, dans chaque civilisation, une relation directe avec sa conception de l’homme. Il  s’avère être le miroir de sa vision du monde. Pendant des siècles, les jeunes filles malagasy sont encore bien vêtues, et même dans les boîtes de nuit, il est indécent pour les femmes de porter des vêtements qui soumettent les hommes à la tentation. Les femmes couvrent leur corps avec une tunique.

A l’époque du président Philbert Tsiranana, il était interdit pour les femmes de porter des mini-jupes. Le port en public de tenue dite : « mini-jupe » ou « mini-robe » et, en général, de toute autre tenue contraire à la décence, aux mœurs, et coutumes malagasy. D’ailleurs, le vêtement est fait pour donner une valeur au corps, mais il sert également à le cacher. Actuellement, la modernité est de rigueur. Qu’elles soient des enfants, jeunes filles, mères, elles savent attirer l’intention en portant des vêtements qui moulent le corps ou qui sont transparents,  à savoir des mini-shorts, mini-jupes et qui font voir les fesses. En plus de bouger les fesses partout, en écoutant la musique, dans des spectacles ou des événements familliaux, cet art est le bienvenu dans toutes les quatre coins de la Grande île.

Les artistes définissent la civilisation d’un peuple, surtout que Madagascar est un pays jeune. Les chansons, les clips représentent une manière d’éduquer les jeunes. Pourtant, nombreux  sont les artistes à mettre leurs atouts physiques en avant. Si, pour certains, c’est une vraie identité, pour d’autres, c’est un moyen de faire monter son chiffre d’affaires. Une chose est sûre : en tout cas, la nudité, ça fait parler. « On le sait, quand on est artiste, il faut savoir donner de sa personne. Parfois, il suffit juste d’un bout de peau dévoilé ou même de son intention pour s’assurer le succès ou faire parler », a avancé un artiste qui a préféré garder son anonymat.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Corruption dans l’administration - Un maire et un géomètre sous détention provisoire
  • Destitution de Robert Mugabe - Leçon à retenir pour les Présidents amoureux !
  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens

Editorial

  • De façon draconienne !
     Les grands pays occidentaux, au tout début de l’industrialisation et du grand boum des activités industrielles entre les 18e et 19e siècles, furent des pays d’accueil. En effet, la révolution industrielle qui exigeait pour une pleine expansion et une rentabilité rapide demandait une main-d’œuvre abondante et …moins chère. Les Etats-Unis, l’Angleterre et la France, à titre d’exemple, recevaient à bras ouverts les migrants arrivés sur leurs sols.

A bout portant

AutoDiff