Publié dans Dossier

Showbiz et événementiel - Des jeunes s’adonnent à la culture des fesses

Publié le vendredi, 14 avril 2017

L’habillement constitue un des aspects de l’existence humaine et entretient, dans chaque civilisation, une relation directe avec sa conception de l’homme. Il  s’avère être le miroir de sa vision du monde. Pendant des siècles, les jeunes filles malagasy sont encore bien vêtues, et même dans les boîtes de nuit, il est indécent pour les femmes de porter des vêtements qui soumettent les hommes à la tentation. Les femmes couvrent leur corps avec une tunique.

A l’époque du président Philbert Tsiranana, il était interdit pour les femmes de porter des mini-jupes. Le port en public de tenue dite : « mini-jupe » ou « mini-robe » et, en général, de toute autre tenue contraire à la décence, aux mœurs, et coutumes malagasy. D’ailleurs, le vêtement est fait pour donner une valeur au corps, mais il sert également à le cacher. Actuellement, la modernité est de rigueur. Qu’elles soient des enfants, jeunes filles, mères, elles savent attirer l’intention en portant des vêtements qui moulent le corps ou qui sont transparents,  à savoir des mini-shorts, mini-jupes et qui font voir les fesses. En plus de bouger les fesses partout, en écoutant la musique, dans des spectacles ou des événements familliaux, cet art est le bienvenu dans toutes les quatre coins de la Grande île.

Les artistes définissent la civilisation d’un peuple, surtout que Madagascar est un pays jeune. Les chansons, les clips représentent une manière d’éduquer les jeunes. Pourtant, nombreux  sont les artistes à mettre leurs atouts physiques en avant. Si, pour certains, c’est une vraie identité, pour d’autres, c’est un moyen de faire monter son chiffre d’affaires. Une chose est sûre : en tout cas, la nudité, ça fait parler. « On le sait, quand on est artiste, il faut savoir donner de sa personne. Parfois, il suffit juste d’un bout de peau dévoilé ou même de son intention pour s’assurer le succès ou faire parler », a avancé un artiste qui a préféré garder son anonymat.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff