Publié dans Dossier

13 mai 72 - 45 ans après, ils en parlent

Publié le vendredi, 12 mai 2017

Aujourd’hui,  jour pour jour, Madagascar commémore la journée du 13 mai 1972.  Cependant, la plupart des générations actuelles ignorent ce qui s’est vraiment passé lors de cette grande grève générale et quelles en sont les vraies causes. De la grève générale passant par les déportations à Nosy Lava pour finir par le renversement du Président Tsiranana, les évènements du 13 mai 1972 méritent un peu plus d’attention pour que les mêmes erreurs ne se reproduisent plus. 45 ans après, certaines personnes en parlent.


Yolande Raveloarison / « J’étais à Nosy Lava »
Alors que ses camarades de lutte soutenus par la population de la Capitale investissent l’avenue de l’indépendance le matin du samedi 13 mai 1972, Yolande Raveloarison, passait son deuxième jour de garde à vue à Nosy Lava. Arrêtée quelques jours auparavant à l’université d’Ankatso où se tenait quotidiennement  la réunion des conseils permanents des différentes entités ayant pris part à ce mouvement populaire, Yolande Raveloarison a été de suite embarquée avec plus d’une centaine  de manifestants en direction d’Arivonimamo. « Notre réunion se déroulait chaque nuit à l’amphithéâtre de la faculté des sciences à Ankatso et ce depuis un mois. Tout le monde savait qu’on risque gros et on s’attendait toujours que des Forces de l’ordre y feront irruption pour nous arrêter. Mais comme on était une cinquantaine à prendre part à cette réunion nocturne, le moral était toujours au beau fixe. L’arrestation tant attendue et redoutée survenait, je ne me souviens plus du jour exact, en pleine réunion. Des membres de  la Force républicaine de sécurité (Frs) armés jusqu’aux dents encerclaient notre salle de réunion. Ils nous ordonnaient ensuite de monter un à un dans leur camion. Le tout avec une brutalité inouïe », se souvient Yolande Raveloarison qui, à l’époque, représentait l’école normale d’Avaradrova avec une autre fille prénommée Rondro, membre également du conseil permanent dudit établissement scolaire.  A ce moment de l’arrestation, nous ne savons pas où ces membres des Forces de l’ordre vont nous emmener, narre Yolande Raveloarison qui de ses 21 piges n’a pas eu la peur de braver les dangers.  « On n’a cessé de crier et de chanter dans le camion afin de passer le message aux gens de l’extérieur quant à notre arrestation, d’autant plus que la file de camions militaires où nous étions embarqués, traversait des quartiers d’Antananarivo avant de prendre la Route nationale 1. Première étape, l’aéroport d’Arivonimamo où un gros avion de l’Armée attendait sur le tarmac. Tout le monde y était  introduit et c’était sans doute le pire moment de ma vie », continue Yolande Raveloarison. En effet, selon ses dires, le pilote français leur avait annoncé qu’il ne savait que faire d’eux. « J’attends l’ordre d’en haut mais il se pourrait qu’on vous jette en plein ciel », lançait-il sérieusement se remémore la jeune collégienne d’Avaradrova qui sentait à cet instant la peur qui lui montait petit à petit. Finalement, l’avion  a décollé au petit matin et a atterri quelques heures après à l’aérodrome d’Antsohihy. De là, le groupe des « détenus » a rejoint sur route Analalava avant d’être transferé par vedette à Nosy Lava.  « A notre arrivée dans cette île, il y avait déjà le Père Rémi Ralibera et Manandafy Rakotonirina  ainsi que André Resampa. Celui-ci n’a pas été arrêté dans le cadre du mouvement populaire mais a été accusé à l’époque de trahison », explique Yolande. La première nuit à Nosy Lava était la plus dure mentalement et physiquement, témoigne notre interlocutrice qui avance toutefois que les grévistes ont été bien traités durant leur séjour dont elle ne se souvient plus de la durée. Mariée quelques années plus tard avec Rakotobe Andrianabelina alias Nono, le défunt guitariste du groupe Mahaleo, Yolande Raveloarison Rakotobe est actuellement une retraitée  du ministère de l’Education
nationale.
 R. Michel

Famille Ratsimbazafy / Un accouchement secoué…
L’attente a été très longue. La journée a été mouvementée pour la famille Ratsimbazafy habitant à  Andavamamba. Etant une famille nombreuse, la mère allait accoucher de son neuvième enfant le jour du 13 mai 1972. Sur la route de l’hôpital, accompagnée par son mari, ils n’ont pas remarqué la moindre irrégularité ou un danger imminent. A 6 heures du matin, ils ont été déjà accueillis par des sages-femmes de la maternité de Befelatanana. Rentré à la maison pour récupérer d’autres articles indispensables à l’accouchement, le mari n’a pas pu en sortir que vers 16 heures. Suite à l’affrontement entre les étudiants et les Forces républicaines de sécurité (Frs)  à l’avenue de l’Indépendance à Analakely. Toutes personnes désireuses de se déplacer ont eu recours à d’autres moyens de locomotion. Ainsi, la libre circulation s’avérait être impossible. A Andavamamba comme dans les autres quartiers avoisinants, les usagers de la route doivent se munir d’une autorisation spéciale pour pouvoir circuler librement. En espace de quelques heures, le père de famille a enduré différentes épreuves et a couru de gauche à droite pour en avoir à sa disposition. Le laissez-passer obtenu, voilà que d’autres problèmes surgissent comme le blocage de toutes les rues de la Capitale par les Forces de l’ordre. Des barrages ont été mis en place partout notamment à Ampefiloha. L’itinéraire a, ainsi, changé et il a été obligé de passer par le tunnel d’Ambohidahy où les militaires étaient présents et en position de tir pour les moindres mouvements. « Ils nous ont forcé à courir tellement vite que le thermos rempli d’eau que j’ai emmené, était tombé. Un bruit identique à une explosion d’une bombe a créé la panique  qu’ils se sont rués vers nous, prêts à tirer », explique Marie Jacqueline, un membre de la famille. D’après ses explications, depuis le balcon d’une maison avoisinante à Andavamamba, les restes de la famille étaient horrifiés de voir dans la rue des dizaines d’étudiants grièvement  blessés. Par ailleurs, ce n’était que vers  19 heures qu’ils ont aperçu  la fumée se dégageant de l’Hôtel de ville à Analakely , a-t-elle continué. Néanmoins, la famille a été soulagée avec l’arrivée de Rahatamalala Odette au petit matin du 14 mai 1972.
Kanto R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Syndicats magistrats - greffiers - Grève générale et illimitée décrétée
  • Retouche de la Constitution - Une mission du futur président élu selon Camille Vital
  • Corruption et abus de fonction à Morondava - Un officier supérieur et un élu dans le viseur de la justice
  • Conjoncture socio–économique - Le régime se limite aux promesses trimestrielles
  • Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française
  • Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?
  • Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation
  • 72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina
  • Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…
  • Président Hery Rajaonarimampianina - Un soudain sursaut de réveil pour les archives

La Une

Editorial

  • Incendiaire
    Un puissant séisme politique secoue le Togo et menace sérieusement la dynastie Gnassingbé.  L’opposition togolaise conteste, de la manière la plus énergique et déterminée, l’acharnement des Gnassingbé à s’incruster au pouvoir. A l’issue d’un coup d’Etat en 1967 au Togo, un petit Etat d’Afrique occidentale, sur le Golfe de la Guinée, le Lieutenant Colonel Etienne Gnassingbé Eyadema monta au pouvoir. Il y resta jusqu’à sa mort en 2005, soit, 38 ans de règne sans partage. Son fils Faure Gnassingbé, avec la complicité de l’Armée, lui succéda. « Réélu », successivement en 2010 et 2015, il compte rééditer le schéma classique, comme une lettre à la poste, en 2020. Seulement voilà, l’opposition monta au créneau et décida de lui barrer la route.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff