Publié dans Dossier

Ny Domohina Andrianavalona alias Doumie - Une excellente chanteuse malgache vivant aux States

Publié le vendredi, 09 juin 2017

Passionnée de la musique depuis son plus jeune âge, Ny Domohina Andrianavalona, alias Doumie, est connue surtout par les internautes sur les réseaux sociaux avec ses covers ou interprétations des grands tubes malgaches.

Née à Madagascar mais vivant actuellement aux Etats-Unis, elle a depuis quelque temps partagé sur internet ses œuvres qui, apparemment, plaisent beaucoup. Ne voulant en aucun cas devenir une célébrité, elle fait de la musique pour son propre plaisir mais surtout celui de représenter son pays d’origine là où elle vit actuellement. Dernièrement, la façon dont elle a repris la chanson « Tsy ferana » d’Eric Manana a étonné plus d’un.  A en croire les commentaires, c’est l’une des meilleures covers de ce morceau de tous les temps. D’ailleurs, ce titre a été repris par bon nombre d’artistes ces derniers temps. Ouverte à tous et sociable, souriante et dotée d’une beauté inouïe, Doumie a accepté de partager avec nous son petit parcours de combattante. Interview ! 

Propos recueillis par Tahiana Andrianiaina 

 

La Vérité : Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs ?

Doumie : Mon vrai nom est donc Andrianavalona Ny Domohina, mais les gens qui me côtoient m'appellent Doumie ou aussi Dou ou Radoum. Je suis née à Antananarivo. J'ai grandi à Antsahabe et j’ai quitté le pays à l'âge de 18 ans pour faire mes études aux Etats-Unis. Je travaille et en même temps j’étudie, pour devenir un « physician associate »,   donc la médecine. Mais je fais aussi de la musique qui est l’essence pour moi d’être zen et d’avoir la joie de vivre. La musique malgache m'a suivie jusqu'ici aux Etats-Unis. Comme vous voyez d’ailleurs, j’ai partagé sur ma chaîne Youtube mais aussi sur facebook des vidéos covers de mes quelques chansons préférées.  

La Vérité : Comment êtes-vous tombée amoureuse de la musique ?

Doumie : Moi et la musique c’est une histoire qui date de bien longtemps. Tout d’abord, j’ai grandi dans une famille aimant cet art et au fil du temps, j’ai toujours en moi cette flamme qui m’accompagne chaque jour. La musique fait partie entièrement de ma vie. Il fut un temps, quand j’étais encore à Antananarivo, où tous les weekends, on faisait de la « jam session » avec ma famille et des amis. Ces souvenirs m'ont apprise à encore donner un peu plus d'importance à la musique mais surtout à la musique malagasy. Ça fait longtemps que je joue à la guitare mais je suis encore en train d'apprendre beaucoup de choses qui vont me permettre d'être un peu plus « confortable » au niveau de la performance publique. Sinon, je suis toujours en route pour de nouvelles aventures. De plus, et je me suis mise à apprendre le Cajón qui est une forme de percussion péruvienne. Le fait de côtoyer beaucoup d'amis artistes malagasy m'a aidée à apprécier encore plus les chansons venant de mon pays natal. C’est pour cette raison que je compose des chansons originales et je fais des reprises ou des covers. Ça me fait toujours plaisir de partager tout ce que j'ai et je suis fière d'être malagasy. 

La Vérité : L'idée de devenir chanteuse vous est déjà passée à l'esprit?

Doumie : Pour moi, ce n’est pas vraiment l'idée d'être chanteuse. En réalité, c'est la musique qui m'a choisie. Donc oui je chante, mais on va dire que c'est beaucoup plus une vraie passion que la popularité qui m'a attirée à faire de la musique. Je chante pour mon propre plaisir mais surtout pour partager aux gens cet amour que j’ai en moi pour cet art.  

La Vérité : Pourquoi la guitare ?

Doumie : C'est en fait un instrument qui parle, qui touche notre âme. J'aime tous les instruments mais la guitare acoustique m'a toujours donnée un sentiment pas comme les autres. Une sensation vraiment inexplicable. Quand je suis triste ou quand je suis contente, bref peu importe mon humeur, j’adore particulièrement jouer de la guitare.  

La Vérité : Ecrivez-vous des chansons? 

Doumie : J’ai toujours aimé écrire des chansons. J’ai même un cahier de chants. J'écris surtout ce qui me touche mais la plupart du temps, j’ai tendance à me laisser guider par mes sentiments et il m’arrive de n’écrire que des chansons sur le thème de l’amour. Toutefois, je n'ai pas encore sorti les originales c'est-à-dire, je ne les ai pas encore enregistrées en studio. Mais je pense m’y mettre l'année prochaine. Les covers j'en fais mais je compose en même temps. 

La Vérité : Aviez-vous côtoyé des artistes malgaches quand vous étiez encore à Madagascar ?

Doumie : Effectivement, j’ai toujours été entourée de chanteurs. Etant donné que je suis très ouverte, les gens ne se sont pas gênés de parler de projets musicaux avec moi, et même proposer une collaboration. J'ai côtoyé des artistes comme Bambs une amie à la famille, Martiora Freedom avec qui j'ai chanté pour quelques années, Sayda un des mes meilleurs amis au lycée, Yves Rakotomalala (Rakoto) qui me pousse encore à écrire et à continuer cette passion. Et même jusqu’à maintenant, nous continuons mes amis artistes malgaches et moi de nous communiquer à travers les réseaux sociaux. 

 

La Vérité : Aviez-vous déjà participé à un quelconque événement ?

Doumie : Oui, il m’arrive parfois d’être sollicitée dans plusieurs événements mais jamais de concerts. J’ai par exemple participé aux journées de talents à l'école, à l’église. J’ai pas mal de fois aussi chanté avec mon père lors de mariages. Parmi mes projets, un saut à Madagascar. J’aimerai organiser un événement là-bas avec mes amis artistes qui partagent certainement mon avis. Ce sera pour très bientôt. 

 

La Vérité : Vos objectifs en faisant de la musique ?

Doumie : Je veux tout simplement partager ma passion et la raison pour laquelle je suis Doumie. Je veux aussi faire connaître la musique malagasy en étant loin du pays. C'est une façon pour moi de toujours être reliée aux origines. Je chante surtout car je veux partager cette joie de vivre en moi. Car la musique est parfois un remède et une échappatoire à la dureté de la vie quotidienne. 

 

La Vérité : Un message pour conclure ?

Doumie : Je m’adresse ici à mes amis chanteurs et ceux qui font du cover comme moi : continuez à partager du love et à avoir la musique comme passion! Comme on dit, c'est une façon de vivre pour avoir une longue vie !

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Baccalauréat 2017 - Fuite de sujets impossible
  • Détournement de deniers publics - Claudine Razaimamonjy aperçue en ville
  • Meurtre du jeune Golo Achimo à Nosy Be - Un inspecteur de police accusé de complicité
  • Circulation - Hécatombes sur les routes nationales
  • André Rasolo - La dérive dictatoriale du régime dénoncée
  • Groupe des Experts Nationaux - Madagascar sur « une poudrière »
  • Marc Ravalomanana à Mandritsara - Visite sous haute surveillance policière
  • Presse internationale - La piètre image du régime Rajaonarimampianina
  • Palais de Mahazoarivo - Qu'est-ce qu'il s'y passait ?
  • Colonel Coutiti Assolant - Devenu un farouche partisan du Hvm

Editorial

  • Bérézina scolaire
        C’est la déroute ! L’année scolaire se termine par des résultats plus que catastrophiques. Les taux des admis aux examens officiels relevant du ministère de l’Education nationale (Men), à savoir le Cepe et le Bepc, descendent tous au-dessous de la barre des 50 %, et même en dessous des 20 à 10 % pour certains cas.  

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff