Publié dans Dossier

Dossier fête des Mères - Ces Mamans... exceptionnelles

Publié le vendredi, 25 mai 2018

Les enfants constituent les richesses de leurs parents. Particulièrement pour les mères, elles s’estiment heureuses d’être spéciales aux yeux de leurs descendants. A travers ce dossier, la vie des mamans reflète un parcours du combattant qui ne s’arrête jamais. L’histoire des femmes battantes et activistes prêtes à surpasser les difficultés de la vie témoigne ce propos. Le Village d’enfants figure parmi les centres démontrant que le travail d’une mère ne se limite pas à une seule tâche. Elle peut être à la fois une éducatrice, une amie, une confidente.  Certaines d’entre elles œuvrant dans différents milieux s’inspirent également de leur situation familiale pour  monter des projets professionnels. Et il existe également une mère, élément des Forces de l’ordre, qui doit être en temps réel toujours au service de l’Etat.  

Rasamimanana Edmondine Yvette

Son amour pour les enfants l’a encouragé à avancer

 Rasamimanana Edmondine Yvette est la mère de deux enfants de 22 et 11 ans. Elle est éducatrice, depuis 23 ans, au sein de l’Organisation Sos Village d’Enfant. Pour Edmondine, le soutient de son époux et son amour pour les enfants l’a encouragés de perdurer à ce travail jusqu’à  maintenant. «  Ces enfants  font face à des grands difficultés dans la vie. Ils sont des orphelins ou issus des familles défavorisée », raconte t-elle. Elle enseigne des enfants de 3 à 6ans. 

Pour cette mère de famille, être une éducatrice est différent des enseignants. « Même si on partage le même objectif qui est de former un citoyen responsable et autonome, être une éducatrice est une tâche difficile. Le Sos village d’enfant accueille des orphelins ou issus des familles défavorisées. En plus de les enseigner les bonnes manières, éduquer ces enfants pour avoir un meilleur avenir est un autre défi pour nous », avance t-elle. Le travail commence par l’éveil des enfants, la stimulation des sens, le civisme, le savoir- faire et savoir-vivre. Durant ces 23 ans, elle a pu former 600 enfants. « Ce travail m’inspire sur la façon d’élever mes enfants, à travers les formations que nous avons reçu à l’Organisation, en plus des expériences », continue t-elle.  

 Pour pourvoir effectuer son travail dans la tranquillité, Edmondine se réveille à 5 heures du matin. Avant de quitter  sa maison, elle fait les ménages et prépare ses enfants pour l’école. Puis, elle rentre au bureau.

Anatra R.

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff