Publié dans Dossier

Sortie pascale - Les douze collines sacrées de l’Imerina

Publié le jeudi, 18 avril 2019

Un moment d’évasion pour ce week-end pascal ! Une excursion s’avère nécessaire pendant les périodes de fête pour s’éloigner un peu du train-train quotidien. Pour les amoureux de sortie, la ville des Mille renferme des sites intéressants à savoir les douze collines sacrées. Ce sera le moment de s’imprégner les histoires royales. En effet, le Roi Andrianampoinimerina se fixait comme objectif d’unifier l’Imerina lors de son règne. Pour ce faire, il épousa alors douze femmes issues des douze villages rivaux pour se protéger des envahisseurs. Ces douze collines sont  Ambohimanga ou la colline bleue, Ilafy ou la colline des pintades, la colline d'Ambohidratrimo, la colline d'Antsahadinta, la colline sacrée d'Alasora, la colline d'Ambohimalaza, la colline d'Ampandrana, la colline sacrée d'Antongona, Ambohimanambola ou la colline aux trésors, la colline d'Ambohitrabiby, la colline de Kaloy. Le chiffre douze devient alors sacré dans la tradition malagasy et symbolise la perfection et la plénitude.

Rova d’Ambohimanga ou la colline bleue

Cette colline sacrée se trouve à une quinzaine de kilomètres de la Capitale dans l’axe Nord est. Le Palais s’étend sur une surface de 59ha et comporte sept portails d’entrée et des fosses de 30m de hauteur. Elle est constituée de lieux sacrés, d’une cité royale  et de nombreux lieux de culte. Andrianampoinimerina y demeurait  de 1788 à 1810. Le Palais est baptisé patrimoine mondial de l’UNESCO en 2001 car la colline reflète les vraies cultures merina. A titre d’anecdote du village, le mur de l’enceinte est couvert d'un enduit fait à base d'œuf.

Rova d’Antananarivo appelé aussi Palais de la reine

Le Palais se trouve au plus haut sommet de la ville des Mille où résidaient les rois et reines. Pour y parvenir, il faut passer par Andohalo en poursuivant le chemin vers le Palais du Premier ministre à Andafiavaratra pour arriver enfin à la Haute Ville. Cet édifice est construit par Jean Laborde lors du règne de Ranavalona I. Le site a pour vestige des tombeaux royaux et une église. A titre de rappel, le Palais a été incendié le 06 novembre 1995. Après ce terrible feu, l’église a pu être réhabilitée. Il reste encore quelques tombeaux royaux dans le site. Le Gouvernement actuel poursuit en ce moment les travaux de réhabilitation du Palais.

La colline d’Ambohidratrimo

Elle est située dans l’axe Nord-ouest d’Antananarivo. Il faut emprunter la RN4 vers Mahajanga pour y accéder. La colline d’Ambohidratrimo se trouve à quelques minutes du Lac Mandriambero. A titre d’information, Ambohidratrimo est la capitale de Marovatana. Ce nom vient du nom du Roi Ratrimo. Le Roi Andrianampoinimerina a épousé Rambolamasoandro, fille de Ratrimo et mit au monde Radama I. Ce site était le théâtre d’un incendie en 2015. Mais il abrite encore trois tombeaux royaux alignés appelés « Tranomanara ». Une sculpture représente l'image de deux seins et symbolise la fécondité féminine. Ella attire la curiosité des visiteurs. Cette sculpture fait d’ailleurs  l’objet de plusieurs offrandes.  

Ilafy ou la colline des pintades

La colline d’Ilafy se trouve à dix kilomètres au Nord de la Capitale dans la Commune rurale d’Ankadikely vers Sabotsy Namehana. La colline est entourée d’une belle verdure et est réputée comme la seigneurie d’Andrianjafy. Ce dernier est mis à mort après avoir comploté un plan contre Andrianampoinimerina. Le site conserve comme vestige le tombeau du Roi Radama II. Ce souverain mérina a été assassiné par ses entourages le 11 mai 1863. Il est inhumé sur le lieu et est transféré au Palais de la reine. La première usine de fabrication d’arme et d’explosif à Madagascar a été construite à Ilafy en mai 1932 par Jean Laborde. Plus tard, faute de moyens, d’équipement et de ressource naturelle, l’usine à été transférée et restaurée à Mantasoa

La colline d’Antsahadinta

Antsahadinta ou « la plaine aux sangsues ». Son nom vient de la forêt environnante qui était infestée de sangsue. La colline se trouve dans le Sud ouest d’Antananarivo dans l’axe de la Route nationale 1.  Il faut continuer la RN1 jusqu’au village d’Ambatofotsy et tourner à gauche (route d’Antsirabe) en direction d’Antsahadinta. Le site abrite encore aujourd’hui une case royale en madriers, puis des tombes royales surmontées d’un « tranomafana ».

Le musée contient aussi un lit et une chaise de la dernière reine Rabodozafimanjaka.  Ce lit est appelé « lits aux oreillers inversés » parce qu’on peut dormir dans un sens et dans l’autre. Le Palais est aussi réputé par la fabrication de rhum artisanal. Tous les instruments y sont d’ailleurs présentés. De grands figuiers symbolisent aussi le caractère royal. A cette époque, ceux qui plantaient les grands ficus sont exécutés. Deux ficus se sont d’ailleurs imbriqués. Des jeunes couples amoureux s’y rendent pour se faire des promesses.

La colline d’Antongona

La colline d’Antongona est située dans la partie ouest de la Capitale à 5km au nord d’Imerintsiatosika c’est-à-dire au niveau de la RN1 vers Tsiroanomandidy. Elle se trouve dans la route qui mène vers Itasy. Le site est difficilement accessible puisqu’il faut se lancer dans une longue marche de 7km pour arriver dans la colline. Les visiteurs doivent suivre un sentier de  rizière et grimper ensuite la colline. Le Palais royal est bâti sur un grand rocher afin de repousser les envahisseurs. Du haut du rocher, les soldats allument le feu pour avertir la population en cas de danger. Le site figure parmi la liste des patrimoines mondiaux de l’Unesco. Les visiteurs ont l’occasion de découvrir les armes, les colliers et bracelets exposés dans les cases royales. Le site conserve également des tombeaux et des vestiges de fortification.

La colline d’Ambohitrabiby

Ambohitrabiby vient de Rabiby, l’arrière grand-père de Ralambo. Le village est desservi par la RN3 à 21 km de la ville. La mémoire de la monarchie à Ambohitrabiby se résume à un Kianja où se déroulait la cérémonie royale. Le tombeau de Ralambo s’y trouve encore. Andrianampoinimerina a installé Rasendrasoa dans ce site. Elle est devenue le « vadibe » ou épouse principale du roi quand Rabodonimerina a tiré sa révérence. Son tombeau attire encore la curiosité lors des visites. Outre cela, le village était l’origine du développement puisqu’on y trouve les écoles créées par Radama, l’église créée par Radama II. Le roi Ralambo a aussi appris au peuple à consommer de la viande. L’épouse du Roi Andrianampoinimerina qui y résidait se nommait Rasendrasoa. Son tombeau fait encore partie des curiosités de cette région. Ambohitrabiby est aussi réputé comme village de la soie. On y rencontre encore des artisans malagasy quand on s’y rend.

La colline d’Ampandrana

La colline d'Ampandrana se trouve derrière le village d'Ambohimasimbola, à une dizaine de kilomètres au sud d’ Antananarivo. Le site s’intègre dans la Commune Antsimondrano. D'après les récits, le village est le berceau de la royauté puisque c'est ici que la caste des Hova aurait érigé leur premier royaume. D’ailleurs, des tombeaux des premiers rois de cette classe sociale s’y trouvent encore. D’après les récits, la colline était habitée par les Vazimba (peuple primitif) mais aussi d’Andriampandrana ou Rafandrana. Cette dernière est  à l’origine du nom du Palais de justice d’Ambatondrafandrana (qui signifie littéralement « sur la pierre de Rafandrana »). Elle renferme encore les sépultures des anciens Hova.

La colline de Kaloy

Elle est située dans la partie Nord de la Capitale. Le site se trouve un peu loin de la Capitale dans la route menant à Talata Volonondry. Pour parvenir à la colline, il faut  prendre la direction de Soavina puis prendre le chemin à gauche en direction d’ Ambatofisaorana. Le Palais est visible à l’horizon. A noter que la colline est estimée à une journée de marche d’Ambohimanga. C’est dans cette colline que le Roi Ralambo et Andrianampoinimerina ont vu le jour. A l'instar des autres Palais royaux d'Antananarivo, la cité de Kaloy est entourée par une enceinte en terre rouge. Un « tranomasina » est érigé sur le point culminant du site. L'ancienne demeure royale est également agencée à flanc de colline. Divers objets utilisés quotidiennement par les souverains de l'époque sont exposés dans ce musée. Un lieu d'offrande a également été aménagé au cœur des jardins royaux. Les visiteurs et les descendants des souverains viennent y déposer de l'argent, des friandises ou des bijoux pour demander la bénédiction des ancêtres.

La colline d’Alasora

La colline est située dans l’axe Sud-est de la Capitale dans la route de By-pass. Des rois y ont vu le jour à savoir Rafohy et Rangita ainsi qu’Andriamanelo et Ralambo. Quant à Andrianampoinimerina, il y a installé son épouse Ramanantenasoa. Le site conserve encore ses prestigieux tombeaux royaux « tranomasina » et « tranomanara ».La tombe du roi Andriamanelo fait l’objet d’offrandes et de recueillement. Ce roi a d’ailleurs créé les grands fossés « hadivory » et « hadifetsy » pour divertir l’envahisseur et retarder leur arrivée au Palais.

 Ambohimanambola ou « la colline aux trésors »

La route qui mène à Ambohimanambola est située dans l’axe de By- pass. Pour y arriver, tourner vers la gauche une fois arrivé au croisement d’Ankaditratombo. Cette colline est réputée par le fétiche d’Andrianampoinimerina nommé « Ikelimalaza », la reine de  ses douze idoles.  Cette dernière est enfermée dans un coffret qui renfermait d’innombrables bijoux et autres trésors. Non loin de la case en bois qui abritait l’idole royale se trouvait une pierre sacrée sur laquelle étaient sacrifiés les animaux. On invoquait la protection de l’idole royale Kelimalaza si l’on était malade, stérile ou pauvre. Les rois la sollicitaient et demandaient sa protection avant un conflit ou une guerre.

La colline d’Ambohimalaza

La colline sacrée se trouve dans la partie Est d’Antananarivo. Elle est située dans l’axe de la RN2 de la route d’Ambohimangakely. Cet endroit est considéré comme fief du prince Andriantompokoindrindra et de ses descendants. Le roi aimait particulièrement le jeu « fanorona ». C’est ce qui fait également la réputation du village. Ce fut le lieu de célébration du fandroana ou bain royal. Ambohimalaza fait partie des rares localités malagasy où les tombeaux sont tous construits au même endroit, dans une enceinte close. Ce fut aussi à Ambohimalaza que le concept de tranomasina ou tranomanara est né. Le Palais « tranomanara » du tombeau d’Andriantompokoindrindra a été incendié en janvier 2017 avant d’être reconstruit.

Dossier réalisé par Solange Heriniaina

 

 

 

Fil infos

  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina
  • Accident mortel de la circulation - Le MD automatique, une aberration
  • Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice
  • Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »
  • Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population
  • Andry Rajoelina à Morondava - Réouverture imminente de la SUCOMA

La Une

Editorial

  • Corporatisme et impunité
    Lors de la « Concertation nationale des grands responsables de la Police nationale tenue à Ivato (CCI) le 20 août 2019, le Premier ministre Ntsay Christian sort de ses gonds. D’habitude conciliant dans ses interventions publiques, le Chef du Gouvernement n’a pas pu retenir la colère face à la défense exclusive et parfois aveugle des intérêts professionnels constatée au sein de la Police nationale. Ntsay a tapé sur la table ! Il dénonce le comportement corporatiste qui frise l’impunité dans les rangs des Forces de l’ordre.Néanmoins, le scélérat geste le moins que l’on puisse dire de la Police nationale n’est seulement le fait de cette unité des Forces de l’Ordre, le regrettable comportement s’enregistre malheureusement aussi chez d’autres Corps de métier et qui s’apparente à une tendance généralisée à asseoir l’impunité en tant que système. De l’immunité parlementaire. Les largesses que la Loi fondamentale donne jouissance à un parlementaire préoccupent le citoyen…

A bout portant

AutoDiff