Publié dans Economie

Recherches scientifiques - Des espèces emblématiques du pays en danger

Publié le mardi, 20 septembre 2016

Le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) a effectué des travaux afin de mettre à jour le statut de conservation de deux espèces très emblématiques de la Grande-Ile.

Il s’agit du gorille de Grauer (« Gorilla beringei ssp. Graueri »), le plus grand des primates et le baobab situé dans l’Allée des Baobabs à Madagascar (« Adansonia grandidieri »). La dernière mise à jour de la liste rouge de l’Uicn (Union internationale pour la conservation de la nature), qui répertorie les espèces animales ou végétales en danger dans le monde, a été présentée au Congrès mondial de la nature qui s’est tenu à Hawaï (Etats-Unis) du 1er au 10 septembre dernier. Le gorille de Grauer, sous-espèce du gorille de l’Est, est désormais classé en danger critique d’extinction. Sa population a en effet diminué de près de 80 % en passant de 17 000 à moins de 4 000 individus sur les vingt dernières années. La principale cause de la diminution du nombre d’individus est le braconnage pour la viande de brousse, à destination des ouvriers travaillant dans les mines illégales situées dans l’aire de distribution de ces singes. Cette situation place désormais les deux espèces de gorilles (gorilles de l’Ouest et ceux de l’Est) au plus haut niveau concernant le risque d’extinction des espèces, selon les critères de l’Uicn. Six espèces endémiques de baobab n’existent que sur la Grande-Ile. L’« Adansonia grandidieri » est l’espèce qui constitue la fameuse Allée des Baobabs à Madagascar. Elle fait partie des sept espèces de baobab présentes à Madagascar. Cette espèce est également en danger. Elle rencontre de grandes difficultés à se régénérer. Les habitats forestiers propices à la germination des graines et à la survie des jeunes arbres ont en effet disparu à cause de la déforestation, liée à la pratique de l’agriculture sur brûlis dans le Sud-ouest de Madagascar.

D.H.R.

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Un mois passé à écouter les doléances des Tananariviens
  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

La Une

Editorial

  • Chance exceptionnelle !
    La session exceptionnelle du Bac (général) débute ce jour mercredi et ce jusqu’au vendredi 25 octobre 2019. Un évènement inédit à Madagasikara depuis la chute de l’Amiral rouge en 199I. Suite à une vague de fuite de sujets des examens du Bac option « général », le Président  Rajoelina Andry Nirina décida d’organiser une session exceptionnelle sur toute l’étendue du territoire national, uniquement pour le Bac (général) et destinée seulement pour les recalés de la session normale. Pour cause, les fuites constatées dans plusieurs Centres d’écrit du pays durant les  sessions du 30 septembre au 4 octobre 2019 causèrent d’importantes perturbations qui, évidemment, provoquaient de graves préjudices  au bon déroulement des examens et portant atteinte à la sérénité des candidats.  C’est une décision juste et légitime de la part d’un dirigeant sensible au souci de son peuple et ce pour corriger les erreurs de certains « ennemis de la Nation ». Un acte délibéré…

A bout portant

AutoDiff