Publié dans Economie

Projet « Wikwio » - Etude sur les adventices

Publié le mardi, 04 octobre 2016

Dans les îles de l’océan Indien, les mauvaises herbes ou adventices causent des pertes économiques dans les systèmes de culture vivrière et de rente. La production est limitée en raison de l’inefficacité du contrôle des mauvaises herbes, lesquelles sont responsables de 20 à 80 % des pertes de rendement.

 La connaissance de l’écologie et de la biologie des mauvaises herbes permet de contrôler l’enherbement. Le projet « Wikwio » (Identification et connaissance des adventices des cultures dans l’ouest de l’océan Indien) a été initié par plusieurs pays dont Madagascar à travers le Fofifa (Centre national de recherche en développement rural à Madagascar). Ce projet consiste à gérer par une approche scientifique et technologique les mauvaises herbes en vue d’une amélioration des rendements et de la protection des cultures.

Le programme « Wikwio » vise à construire un réseau « Science & Technology » qui consolidera les connaissances existantes, ainsi qu’à faciliter le partage des techniques sur les mauvaises herbes et la pratique de gestion efficace.

Chercheurs, agents de vulgarisation, enseignants universitaires, agriculteurs, ainsi que des partenaires venant de France, Inde, Maurice, Madagascar, Comores sont impliqués dans ce projet, lequel est financé par le programme Acp (Afrique-Caraïbes-Pacifique)-Science et technologie II de la Commission européenne. Parmi les résultats figurent le portail participatif sur la connaissance et la gestion des mauvaises herbes, le renforcement du réseau régional, le recensement de 420 espèces de mauvaises herbes.

Le projet « Wikwio » a été lancé en 2014 et s’achèvera cette année. L’atelier de clôture se tient à l’hôtel Panorama, Andrainarivo du 3 au 6 octobre.

D.H.R.

Fil infos

  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs
  • Représentations extérieures de Madagascar - 18 postes d'ambassadeur, trois représentants permanents, trois consulats généraux  à pourvoir
  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

La Une

Editorial

  • Ntsay, le maestro !
     Au fil des jours, des semaines et mois, Ntsay Christian se confirme de façon incontestée à son poste. Qui aurait cru que cet ancien haut fonctionnaire du Bureau international du Travail (BIT)  en poste à Antananarivo serait encore là où il est, au palais de la Primature à Mahazoarivo. Nommé le 4 juin 2018 en tant que Premier ministre de « consensus », ce natif du grand Nord, 58 ans révolus, à la surprise générale, maîtrise les arcanes de l’Administration. Normalement, prévu pour ne durer que le temps d’organiser l’élection présidentielle anticipée, Ntsay y reste toujours un an et deux mois après et contre toute attente son aura augmente imperturbablement en envergure. Le mouvement des « 73 députés pour le changement » en avril 2018 porta un coup fatal pour le régime HVM de Rajaonarimampianina Hery. Trop habitués à … taper contre tout mouvement de contestation, Rajao et ses acolytes commirent l’irréparable ce jour…

A bout portant

AutoDiff