Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Economie

Contrôles fiscaux des entreprises - Une des activités les plus exposées aux corruptions

Publié le mercredi, 05 octobre 2016

Un atelier sur la transparence dans les contrôles fiscaux des entreprises, organisé par « Transparency international-Initiative Madagascar » s'est tenu hier à l'hôtel Carlton, Anosy. Un projet de cet organisme a révélé en 2014 que les services fiscaux sont parmi les secteurs les plus exposés à la corruption.

Le directeur de cabinet du ministère des Finances et du Budget affirme que les avis de vérification générale envoyés cette année étaient seulement au nombre de 24, contre 589 en 2015 et 1 112 en 2014. Près de 43 % des entreprises qui y ont recours sont satisfaites. Des mesures comme l'enrichissement d'outil d'analyse risque ont été prises. La bonne foi de l'entreprise est également requise.

Le cabinet d'audit Pwc (« PriceWaterhouseCoopers ») estime que le système est complet mais l'indice de perception de corruption de Madagascar est très mauvais. Avant 2015, le contrôle fiscal n'était pas encore compris par les contribuables. Depuis 2015, les réformes ont ravivé les espoirs. Néanmoins, les anciens dossiers sont en suspens et sont sources de harcèlement. Les contrôles ne sont pas terminés et les réclamations sont en cours. Pour les nouveaux dossiers, les contribuables résistent à l'application des lois.

Les contrôles fiscaux favorisent la corruption. Les vérificateurs peuvent créer une impasse jusqu'à menacer la survie d'une entreprise. L'environnement favorise aussi la corruption. Ainsi, tout se règle moyennant une certaine somme. Ce phénomène est dû à l'absence de volonté politique, l'ignorance de droit, l'instabilité politique, l'absence de civisme fiscal… Les vérificateurs soupçonnent systématiquement des fraudes. Il importe de réviser à la baisse les pénalités, les amendes, et de mettre à jour les guides d'application du Code général des impôts.

D.H.R.

Fil infos

  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes
  • Guy Maxime Ralaiseheno - « Un changement se base sur une pratique politique saine de tous »
  • Vente de la Résidence de Madagascar à New-York - La sulfureuse affaire refait surface
  • Ministères et institutions publiques - Les factures impayées de la JIRAMA ne seront plus acceptées
  • Grands travaux pour l'Emergence de Madagascar - Tous les feux sont au vert !
  • Protection des zébus - Les puces électroniques opérationnelles
  • Relations Inde -Madagascar - Un appareil de radiothérapie bientôt inauguré dans le pays
  • Législatives - Le TIM veut renverser le régime

La Une

Editorial

  • De bonne guerre !
    Le combat sinon la course bat son plein. On ne se fait pas de cadeau. A la guerre comme à la guerre, à la course comme à la course. Le semi-marathon pour siéger à Tsimbazaza entame sa dernière ligne droite.  La campagne électorale pour le scrutin des Législatives prendra fin ce samedi 25 mai. Il reste donc cinq jours aux quelque 800 candidats à convaincre leur électorat. Les 151 concurrents qui arriveront premiers gagneront les trophées et porteront chacun et chacune l’honorable titre de « Député de Madagasikara ». Mais avant tout, il faut batailler dur ! Globalement, les concurrents se répartissent en deux camps ou deux fronts. Le premier, le camp soutenant les candidats proches du régime IEM, présentés par « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » (IRMA). Ils couvrent les 119 Districts du territoire national. Le second, le camp que l’on pourrait qualifier d’adverse, regroupe les candidats de certaines formations politiques d’opposition…

A bout portant

AutoDiff