Publié dans Economie

Centre d’études diplomatiques et stratégiques - Rentrée académique 2016-2017

Publié le mercredi, 09 novembre 2016

Le Centre d’études diplomatiques et stratégiques (Ceds) a pour objectif de contribuer au développement de Madagascar dans le cadre du renforcement des capacités nationales. Il permet aux cadres supérieurs de la fonction publique malgache et ceux du secteur privé de perfectionner leur connaissance en relations internationales sur les plans diplomatiques, économiques, commerciaux, juridiques.

Il organise aussi plusieurs formations en leadership, management ou en évènementiels culturels. Le Ceds publie des études et colloques internes avec ses auditeurs. Chaque promotion annuelle réunit des diplomates, décideurs, ambassadeurs, directeurs généraux,…

Conférence sur la sécurité

Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (Onu) a pour objectif d’assurer les répressions par rapport à des crimes graves comme les actes de génocide ou de violation grave du droit humanitaire. Cet organe peut saisir la Cour pénale internationale (Cpi). Selon le Professeur émérite des Droits internationaux à l’Université de Paris-Sud, Professeur au Ceds Paris et conférencier à l’Ecole militaire de Paris, Daniel Dormoy, neuf sur dix décisions prises au niveau de cette Cour portent sur des affaires africaines.

« En ce qui concerne Madagascar, aucune affaire le concernant n’a été soumise à la Cpi, et le pays n’a déposé aucune plainte », avance le Vice-amiral, Lucien Rakotoarisoa, directeur de Cabinet du Secrétariat d’Etat auprès du ministère de la Défense nationale chargé de la Gendarmerie nationale. L’ouverture de l’année académique 2016-2017 de la 13ème promotion du Ceds de Madagascar a été marquée par une conférence sur les compétences du Conseil de sécurité en matière de répression pénale internationale, une conférence qui s’est tenue au Café de la Gare, Soarano.

D.H.R.

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff