Publié dans Economie

Industries et entrepreneuriats - Cinq sociétés primées

Publié le vendredi, 23 décembre 2016

Cinq industriels, à savoir Obio Hamy, Hita, Newpack, Gasyplast et Bionexx ont obtenu des prix pour leur dynamisme et volonté concrète d’accompagner le développement de l’économie.  La troisième édition du Gala de l’industrie et du secteur privé, organisée par le mutuel du ministère de l’Industrie et du Développement du secteur privé, a eu lieu le 22 décembre dernier à l’hôtel Carlton, Anosy. Cet évènement a eu pour thème : « L’industrie, levier du développement durable et du secteur privé ».


La société Obio Hamy intervient dans la production de l’énergie renouvelable, notamment l’éthanol combustible. Hita (Huilerie Industrielle de Toamasina), une industrie de fabrication d’huile de table raffinée à partir d’huile brute végétale de soja ou de palme, s’est démarquée par l’importance de la responsabilité sociétale d’entreprise à travers la réalisation d’un projet structurant au bénéfice de la jeunesse et des générations futures, notamment la construction d’une Epp la plus moderne de Madagascar qui s’inscrit parmi les projets présidentiels. La troisième industrie récompensée de la soirée est la société Newpack, spécialisée dans la fabrication de cartons ondulés. La société Gasyplast Sarl, quant à elle, œuvre dans la transformation de matières en plastique. Les activités de la société Bionexx concernent les domaines pharmaceutique, paramédical et cosmétique et la transformation de plantes médicinales.

Des porteurs de projets reconnus


Cinq porteurs de projets, respectivement baptisés « Moringala », « Tsiro », « Sahaza », « Saha Manitra », Trondro Fy, ont été primés lors des concours organisés par deux entités partenaires du ministère de l’Industrie et du Développement du secteur privé, dans le cadre de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes. A cela s’ajoute le jeune startupper, lauréat de l’« Anzisha prize 2016 », en la personne de Tahiana Randriarimanana.


Le projet « Moringala » concerne la transformation des graines de moringa afin de produire de l’huile et du savon. Le projet se rapportant dans le domaine de l’exploitation, de gisement et d’extraction de sel gemme en vue de la production de sel (« siratany »), pour sa part, est le fruit de la recherche du porteur de projet « Tsiro ». « Sahaza » a opté pour la fabrication de produits laitiers de soja (ajout de la poudre de feuilles de moringa), si « Saha Manitra » s’est démarqué par la fabrication de l’huile de géranium et enfin, « Trondro Fy » avec la pisciculture et le commerce de viande de poisson.


Tahina Randriarimalala, lauréat de l’« Anzisha prize 2016 », âgé de 22 ans, a créé sa petite entreprise dénommée « Fiombonana », spécialisée dans la transformation de fruits et de produits laitiers. La compagnie Vidzar et le groupe Star, partenaires fidèles de l’association, se sont vu remettre chacun un trophée de reconnaissance.
D.H.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff