Publié dans Economie

Inflation - Les Malgaches paient le prix fort

Publié le mercredi, 01 mars 2017

Dès le début de cette année, il y a eu une révision de prix des carburants à la pompe. La hausse de prix de ces derniers s’est poursuivie en février dernier avec une menace d’augmentation de prix du ticket de bus. D’ailleurs, certains conducteurs de « taxi-be » ont même profité de cette situation pour augmenter le frais de transport. Parallèlement à cela, la plupart des ménagères se plaignent de la hausse de prix des produits de première nécessité (Ppn).

A part le riz dont le prix commence à être en légère baisse, les légumes, les viandes, l’huile, le sucre,… connaissent également une augmentation. Irène Rasoanirainy, une ménagère, affirme : « Avec le même montant, la quantité de légumes que j’achète, surtout les carottes et les haricots verts, diminue. » Durant le premier trimestre de cette année, la hausse de prix des Ppn et des produits agricoles sur le marché ne laisse plus d’un indifférent. De plus, certains spéculateurs et commerçants profitent de la situation pour élever le prix de leurs produits. Malgré l’existence des agents du ministère du Commerce chargés de surveiller le respect du circuit de distribution et lutter contre la spéculation, la maîtrise de la situation que ce soit dans les marchés de la Capitale ou en provinces reste difficile.


Enième hausse de prix du carburant


Depuis la nuit du 28 février, le prix du litre de l’essence et celui du gasoil ont encore enregistré une hausse de 80 ariary. Le litre de l’essence est désormais à 3 800 ariary contre 3 720 ariary auparavant. Le litre du gasoil est passé de 3 150 à 3 230 ariary. Quant au pétrole lampant, il se vend actuellement à 2 370 ariary le litre. Ndriana Ramasimanana, chauffeur de taxi, affirme : « Ce n’est plus une nouvelle. Les consommateurs s’attendent perpetuellement à la hausse de prix des carburants malgré les discours endormants de l’Etat ». Il déplore pourtant la non adéquation entre l’inflation et la hausse de salaire des employés. Onja Rafanomezantsoa, salarié, confie : « La hausse de prix des carburants signifie pour moi un risque d’augmentation de prix des Ppn et surtout du frais de transport. » Dans tous les cas, ce sont les consommateurs qui endossent les conséquences de cette hausse continuelle de prix des carburants, que ce soit directement ou indirectement.
D.H.R.

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Un mois passé à écouter les doléances des Tananariviens
  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

La Une

Editorial

  • Chance exceptionnelle !
    La session exceptionnelle du Bac (général) débute ce jour mercredi et ce jusqu’au vendredi 25 octobre 2019. Un évènement inédit à Madagasikara depuis la chute de l’Amiral rouge en 199I. Suite à une vague de fuite de sujets des examens du Bac option « général », le Président  Rajoelina Andry Nirina décida d’organiser une session exceptionnelle sur toute l’étendue du territoire national, uniquement pour le Bac (général) et destinée seulement pour les recalés de la session normale. Pour cause, les fuites constatées dans plusieurs Centres d’écrit du pays durant les  sessions du 30 septembre au 4 octobre 2019 causèrent d’importantes perturbations qui, évidemment, provoquaient de graves préjudices  au bon déroulement des examens et portant atteinte à la sérénité des candidats.  C’est une décision juste et légitime de la part d’un dirigeant sensible au souci de son peuple et ce pour corriger les erreurs de certains « ennemis de la Nation ». Un acte délibéré…

A bout portant

AutoDiff